CDF : le PSG en demi-finale !

C’est aux tirs au but, au bout d’un match très mauvais des deux côtés, que le PSG se qualifie en demi-finale de Coupe de France. Inespéré dans cette saison pourrie.

Encore une belle purge que ce match de quart de finale de Coupe de France joué dans le silence du stade Abbé Deschamps. On ne reviendra pas sur la décision de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de disputer cette rencontre à huis-clos, privant les Auxerrois qui n’avaient rien demandé à personne, d’une rencontre festive. Ecoutons plutôt Benoit Pedretti nous expliquer à la mi-temps au micro d’Eurosport pourquoi les premières 45 minutes avaient été si lénifiantes : “Une mauvaise pelouse, un ballon Adidas nul et pas de public dans le stade… c’est mou, il n’y a pas de rythme et je plains les téléspectateurs”. Nous ne reviendrons donc pas sur cette première mi-temps pauvre en occasions. Le PSG domine, mais se heurte à une défense bien en place d’une équipe bourguignonne qui joue comme elle sait le faire, dans sa moitié de terrain, en attendant l’ouverture pour agir. Mais d’ouverture il n’y a point, car le PSG est aussi venu avec une défense en béton.

La deuxième mi-temps n’est guère mieux. Le PSG possède à nouveau le ballon sans se montrer dangereux. L’AJA n’est pas mieux et on a peine à reconnaître le trublion de la Ligue 1 encore en course pour le titre ! Quelques occasiounettes de-ci de-là et nous voilà déjà à la fin du temps réglementaire, si ce n’est cette main involontaire mais décollée du corps de Jallet sur un tir auxerrois après une belle pagaille dans la surface parisienne. Du genre qui peut se siffler (90′). Paris s’en tire bien sur ce coup.

Dans le temps additionnel on remet-cà avec quelques ouvertures cependant. Kezman loupe une tête facile seul devant Riou qui s’échappe en heurtant l’extérieur du poteau (104′). Il remet ça avec une frappe en demi-volée au-dessus du but (106′). Cette magnifique rencontre verrouillée se terminera donc aux tirs au but. Après une première série parfaite des deux côtés, Quercia voit son ballon repoussé par Edel et le vieux Claude Makelele ne tremble pas au moment de porter l’estocade. Paris se qualifie (6 tirs au but à 5) au bout de l’ennui, mais tient sa demi-finale. Les Parisiens, au terme d’uns saison pourrie, ne sont plus qu’à 90 minutes du stade de France.

À propos Redaction