PSG-OM 0-3 (0-1) 28/02/2010

Encore inefficace en attaque et fébrile en défense, le PSG aura subi la loi d’un OM plus réaliste que souverain. La plus large défaite jamais enregistrée au Parc dans un Clasico.

Il n’y aura donc pas eu de miracle dans ce Clasico. Le PSG a une nouvelle fois montré ses carences de la saison : une défense en bois et une attaque inefficace. Pourtant venu en nombre, le public du Parc des Princes était plus là par curiosité et pour faire honneur au maillot que pour emmener les Rouge&Bleu vers la victoire. Pas de bâche côté Auteuil et pas de Tifo, des joueurs sifflés à l’annonce du speaker… l’ambiance n’était pas vraiment à la fête. Pourtant tout avait plutôt pas mal commencé côté terrain. Malgré une compo d’équipe bancale (Giuly milieu gauche devant Armand, Traore en défense centrale), le PSG va bien entamer la partie et acculer l’OM dans son camp. Des 20 mètres, Clément reprend un ballon en demi-volée qui se loge dans le petit filet (2′). Boulogne joue son rôle de 12ème homme et le Parc reprend quelques couleurs. Il faut attendre 5 minutes avant qu’Edel ne touche son premier ballon, c’est dire si les Parisiens ont bien attaqué cette rencontre. Toutefois, les attaques des hommes de Kombouaré sont plus le fait d’une envie de bien faire que d’une véritable maîtrise. Les actions sont menées au forceps et le jeu n’est pas d’une grande fluidité.

Alors que le PSG possède le ballon, l’OM hérite d’un coup-franc excentré. Cheyrou le détourne de la tête pour Ben Arfa qui enrhume Ceara d’un crochet et trompe Edel (0-1, 14′). Paris ne baisse pourtant pas la tête et repart à l’attaque. Commence alors un festival d’occasions vendangées, comme d’habitude. Erding manque le cadre (22′, 26′), Giuly loupe son lob et frappe sur Mandanda (32′). Puis c’est à nouveau Erding qui dribble Mandanda sur le côté, repique au centre et loupe le cadre. Enfin c’est Hoarau qui adresse une tête au-dessus (44′). L’Om vient peu dans le camp parisien mais s’y montre bien plus efficace. Sur un nouveau coup-franc, Heinze, (largement conspué par le public à chacune de ses interventions) place une tête sur le montant gauche d’Edel. A la pause, l’OM mène 1-0, ce qui est plutôt flatteur.

Malheureusement, le PSG va se décomposer en deuxième mi-temps. Abandonnée par son public, l’équipe de la capitale souffre devant le milieu marseillais remanié (Abriel a remplacé Valbuena). Sur un centre d’Heinze repoussé par Edel dans les pieds de Lucho, l’attaquant olympien qui n’en demandait pas tant marque à son tour (0-2, 55′). Désabusée, l’équipe parisienne va bien tenter de repartir de l’avant en essayant de construire des actions qui ne mènent nulle part. La défense marseillaise est bien regroupée et il faudrait plus de talent pour la déstabiliser. Pire, le PSG s’expose à des contres rendus plus faciles car les Parisiens fébriles peinent à se replacer. Cheyrou trompe une nouvelle fois facilement Edel pour clore le ban d’une soirée ratée (0-3, 70′). Non, il n’y aura pas eu de miracle dans ce clasico et la hiérarchie aura été respectée.

PSG – MARSEILLE 0-3 (0-1)
Spectateurs :
43813.
Arbitre : M. Gautier.
Buts. Ben Arfa (15e), Lucho Gonzalez (55e), Be. Cheyrou (71e).
Avertissements. PSG : Jallet (17e), Traoré (44e), Kezman (89e). Marseille : E. Cissé
(63e).
PSG : Edel – Ceara, Camara, Traoré (Sankharé, 57e), Armand – Jallet, Makelele (cap.) (Kezman, 87e), Clément, Giuly – Hoarau (Maurice, 84e), Erding.
Marseille : Mandanda – Bonnart, Diawara, Mbia, Heinze – Lucho Gonzalez (Kaboré, 76e), E. Cissé, Be. Cheyrou – Valbuena (Abriel, 46e), Niang (cap.), Ben Arfa (Koné, 70e).

À propos Redaction