Riolo : “Le PSG peut respirer, un peu”

Le Paris Saint-Germain a sauvé sa peau en s’imposant à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue. Daniel Riolo a analysé sur son blog le match qui valait cher. Le journaliste de RMC, qui a noté un progrès, reste prudent et attend la confirmation.

“Le réveil ou le grand vide. Face à un Sainté tranquille, le PSG jouait un quart de Coupe de la Ligue qui valait très cher. Après son dernier coup de colère, Blanc opte pour un 11 avec un maximum de titulaires. Il n’y a que les présences de Digne et Douchez qui rappellent le parfum de la Coupe de la Ligue. Ça ressemble donc au match de la prise de conscience. Le PSG aborde la partie avec l’intention de la contrôler. 70/30, c’est le rapport de possession de balle. Il y avait longtemps que le PSG n’avait pas fait ça… Plus mobile que lors de ses récentes sorties, Ibra ne semble néanmoins pas au top de sa forme. Derrière la maîtrise du ballon qui faiblit au cours de cette première période, Paris ne crée pas le danger. Les Verts en profitent pour respirer. Le match s’équilibre largement. Les Stéphanois deviennent plus agressifs au milieu. Un secteur de jeu ou, par ailleurs, Motta est encore une fois loin de son vrai niveau. En deuxième période, le PSG dégage une sérénité moyenne. L’idée que ça peut craquer plane. Idée contredite par le but d’Ibra. Un but de la poitrine, original, à la Ibra. Derrière, le sublime, magnifique public de Saint-Etienne, il paraît le meilleur de France interrompt le match. Le PSG affiche des signes de nervosité au moment de gérer cet avantage, mais ça passe. Le PSG peut respirer, un peu…”

Le Paris Saint-Germain a sauvé sa peau en s'imposant à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue. Daniel Riolo a analysé sur son blog le match qui valait cher. Le journaliste de RMC, qui a noté un progrès, reste prudent et attend la confirmation. "Le réveil ou le grand vide. Face à un Sainté tranquille, le PSG jouait un quart de Coupe de la Ligue qui valait très cher. Après son dernier coup de colère, Blanc opte pour un 11 avec un maximum de titulaires. Il n’y a que les présences de Digne et Douchez qui rappellent le parfum de la…

Passage en revue

Notez l'article

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée