Riolo : “Il serait bon que le PSG trouve un jour un arrière droit”

Malgré l’enjeu et la forme des deux équipes, le choc entre Monaco et le Paris Saint-Germain n’a pas été éblouissant. Sur son blog, Daniel Riolo a analysé le match, mettant en avant Javier Pastore et la faiblesse du côté gauche parisien.

“La soirée était pleine de promesses. Le souci, c’est que souvent dans ces cas-là, on se regarde et ça fait match nul. (…) Le PSG venait avec Luiz au milieu et un losange. Pastore en 10, derrière Cavani et Lavezzi. (…) Au début, le milieu Verratti, Matuidi, Luiz ne s’organise pas et ne trouve pas Pastore. (…) Peu à peu, le PSG se remet toutefois en place et au sortir d’un premier quart d’heure mauvais, il se crée les premières occasions du match. (…) Paris impose son rythme et comme souvent cette année, c’est lent. Et globalement, la première période est assez terne. Le scenario qu’on attendait au début est en place dès le début de la seconde période. Le PSG est bien plus conquérant. Ça donne encore des occasions, mais Paris est inefficace. Toutes les attaques, tout le jeu de Paris passe par Pastore. Evidemment ! Le PSG domine clairement et joue beaucoup mieux. Le problème reste offensif. Comme à Lyon, il y a beaucoup d’occasions sans but. (…) A voir Paris tourner autour de la défense de l’ASM, je me dis qu’il serait bon que ce club trouve un jour un arrière droit. Transparent, Monaco arrache donc le nul, plus grâce aux actions gâchées par le PSG que grâce à son jeu. Reste qu’au final, et alors qu’il en avait largement les moyens, Paris n’est pas encore leader du championnat.”

Malgré l'enjeu et la forme des deux équipes, le choc entre Monaco et le Paris Saint-Germain n'a pas été éblouissant. Sur son blog, Daniel Riolo a analysé le match, mettant en avant Javier Pastore et la faiblesse du côté gauche parisien. "La soirée était pleine de promesses. Le souci, c’est que souvent dans ces cas-là, on se regarde et ça fait match nul. (...) Le PSG venait avec Luiz au milieu et un losange. Pastore en 10, derrière Cavani et Lavezzi. (...) Au début, le milieu Verratti, Matuidi, Luiz ne s’organise pas et ne trouve pas Pastore. (...) Peu à…

Passage en revue

Notez l'article

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée