[Dossier] Que sont devenus les U17 champions de France en 2011 avec le PSG ?

Ils sont 18. 18 joueurs ayant participé aux plays-offs ou à la finale du championnat de France U17 en 2011 remportée par le PSG face au rival de l’OM (2-1). Que sont devenus ces « stars en devenir » promises à un bel avenir ? Canal Supporters vous propose un dossier sur le parcours de ces joueurs depuis cinq ans.

GARDIENS
Mike Maignan (Lille, L1) : Espoir dans les buts du PSG, le gardien U17 en 2011 avait choisi de signer professionnel en juin 2013 dans son club formateur. Resté à Paris jusqu’en juin 2015 avec un poste de numéro trois, il a finalement choisi l’exil à Lille comme doublure de Vincent Enyeama. Un transfert qui a rapporté 1 M€ au PSG.
Lionel Mpasi (Libre) : Avec un an de plus que Maignan, il n’avait disputé que le 3e match des play-offs lorsque tout était déjà scellé pour la qualification. Principalement dans l’effectif U19 cette année-là (avec Mory Diaw), ce gardien n’est pas resté très longtemps au PSG. En 2012, il décide de tenter sa chance au centre de formation de Toulouse qui lui a proposé un contrat professionnel deux années plus tard. L’aventure s’est terminé à la fin de celui-ci, en juin 2015. Depuis, il a été accueilli par l’UNFP mais n’a toujours pas su convaincre un club de lui laisser sa chance.

DEFENSEURS
Pierre Bourdin (Cercle Bruges, D2 Belgique)
: Capitaine des U19 puis titulaire en puissance au sein de la réserve durant trois saisons de suite, ce défenseur gaucher avait quitté le PSG à la fin de son contrat stagiaire en 2014. Il avait décidé de rejoindre la Belgique et le Cercle Bruges pour un premier contrat professionnel. Avec une soixantaine de matches en deux saisons, son bilan personnel est appréciable. Un peu ùoins collectivement puisque son club a été relégué la saison dernière en Division 2. En terminant dans les huit premiers de son championnat cette année, le Cercle Bruges inaugurera au même titre que sept autres clubs la « Division 1-B », tournoi avec huit équipes considéré comme la seconde division de Belgique. 
Antoine Conte (Reims, L2)
 : Au club depuis 2007, Antoine Conte a fait ses grands débuts en Ligue 1 en janvier 2013 avec la tunique de son club formateur. Finaliste de l’Euro U19 avec la France la même année et promis à une belle carrière, le défenseur décide d’être prêté à l’inter-saison 2013/14 pour acquérir davantage de temps de jeu. Il choisit finalement le Stade de Reims pour un prêt d’une saison. Un prêt qui se transformera en transfert définitif à l’été 2014. Le montant n’a jamais été divulgué.
Ryan Diafat (Libre) : Rentré dans le temps additionnel de cette fameuse finale de 2011, ce défenseur n’a jamais évolué dans le monde professionnel. A l’issue de cette saison-là, il a rejoint la réserve du Mans pour deux années avant de rejoindre la réserve du RC Lens en 2013 avec qui il a joué jusqu’à l’été 2015. Aujourd’hui, il a disparu des radars et n’est plus mentionné sur le site des Sang et Or.
Arnaud Fezui (Aubervilliers, DSR) : Arrivé en 2008 à Paris en provenance de Moissy-Cramayel, ce gaucher a déjà remporté plusieurs titres en jeunes, notamment l’Al Kass Cup 2012. Blessé en décembre 2012 après avoir subi un tacle en pleine course face au Havre, il a dû faire avec une fracture du tibia pendant plus de dix mois. Il a quitté le PSG en 2015 avant de rejoindre Aubervilliers en octobre dernier. Sans jouer la moindre minute en équipe réserve.
Jordan Ikoko (Lens, L2) : Latéral droit prometteur dans les équipes de jeunes, le PSG lui avait offert un contrat professionnel de trois à l’été 2013 avant de le prêter à Créteil. Avant d’enchaîner un second prêt au Havre, il avait prolong jusqu’en 2017 à Paris. Cette saison, il a enchaîné un troisième prêt consécutif au RC Lens. Il va revenir au PSG cet été pour honorer sa dernière année de contrat, à moins qu’il ne trouve meilleur ailleurs.
Stéphane Lambèse (PSG, CFA) : Arrivé en 2009 à Paris, le latéral droit de formation est toujours au club. Il évolue en CFA (12 matches cette saison) et participe actuellement à la Copa America avec Haïti ! En juillet 2015, il a signé son premier contrat professionnel au PSG pour une saison. Tout porte à croire qu’il restera encore la saison prochaine à Paris.
Maxime Lofanga (Libre) : Repéré après une très bonne saison en U14 à Torcy, ce milieu axial devenu latéral gauche n’a pas fait long feu au PSG. Il n’a pas été conservé par le club en juin 2012. Sans aucune nouvelle depuis.

MILIEUX
Franck Bambock (Huesca, D2 Espagne)
 : Arrivé à Paris en 2008, le milieu de terrain franco-camerounais y est resté sept années. Il a quitté le PSG libre, quelques mois après avoir été impliqué dans l’affaire des « comptes Twitter piratés » (sic) dixit le club, où des jeunes joueurs avaient publié des messages à l’encontre de la direction ou des professionnels. En juillet 2015, il choisi Huesca en 2e division espagnole, pour poursuivre sa carrière. Pour son premier exercice plein en professionnel, il s’est imposé comme une pièce essentielle du jeu déployé par le club situé entre la France et Saragosse (33 matches toutes compétitions confondues).
Sorel Chemin (Le Havre, CFA 2) : Formé au PSG dès l’âge de 9 ans, Sorel a souvent impressionné balle au pied. A la fin de son contrat stagiaire en 2014, il avait décidé de rejoindre Dunfermline (D3 Ecossaise) où il n’a joué que 37 minutes… avant de revenir en DSR au PSG. L’été dernier, il a intégré la réserve du Havre pour un an avec qui il a joué 15 matches cette saison, en CFA 2. Il devait discuter à l’issue de la saison pour voir si les normands compteront toujours sur lui pour le prochain exercice.
Mickaël Latour (Espanyol B, D3 Espagne) : Milieu offensif très prometteur, ce natif de Reuil-Malmaison avait décidé de quitter le PSG à l’été 2014 pour tenter l’aventure en Serie B, du côté de Virtus Entella. Après une année et demi, il a rejoint l’équipe réserve de l’Espanyol Barcelone au précédent mercato hivernal où il a joué 7 matches en 2016. Il est sous contrat jusqu’en juin 2017.
Jérémy Quemener (Beauvais, CFA 2) : Après cinq saisons passées au PSG, Jérémy avait choisir de rejoindre le FC Metz en 2012. A terme, il n’a joué qu’en équipe réserve durant deux saisons en se contentant quelques entraînements avec les professionnels sans la possibilité de jouer de matches officiel avec l’équipe fanion. En 2014, il n’est pas conservé par le club lorrain et signe à Dieppe en CFA. Bis repetita une année plus tard puisque le nouveau coach du club nordiste cherchait d’autres profils au milieu de terrain. C’est pourquoi il rejoint Beauvais en CFA 2 l’été dernier. Il a terminé deuxième meilleur buteur de son club cette année (4 buts), alors que son équipe a loupé la montée à l’échelon supérieur lors de la dernière journée.
Adrien Rabiot (PSG, L1) : Le surdoué de sa génération et celui qui a le mieux réussi jusqu’à présent. Passé professionnel en juillet 2012, il a débuté son premier match officiel avec l’équipe fanion moins de deux mois plus tard en Ligue 1 face à Bordeaux sous la houlette de Carlo Ancelotti. Après avoir refusé de prolonger son contrat dans un premier temps, le milieu de terrain aux portes de l’équipe de France (dans les réservistes pour l’Euro 2016) est désormais lié jusqu’en juin 2019 au club. Il devient une des pièces maîtresses de l’entre-jeu parisien.

ATTAQUANTS
Anderson Banvo (Libre) : La parcours de cet attaquant est tumultueux. International dans les catégories de jeunes avec la Côte d’Ivoire, il avait rejoint Blackpool en août 2013 à l’issue de son contrat au PSG. Prêté à Stevenage (3e division Anglaise) la première saison, il est libéré par son club anglais à l’été 2014. En février 2015, il rejoint Vereya (D2 bulgare) où il ne joue que très peu. Il a été repéré en janvier 2016, en CFA 2 au Paris FC, où il a joué deux rencontres. Il est aujourd’hui libre.
Hervin Ongenda (PSG, L1) : Certainement le plus grand espoir de cette génération. Dans les catégories de jeunes, il enfilait les buts comme les perles. Après des débuts prometteurs avec l’équipe A du PSG, il décide de rejoindre le SC Bastia de Claude Makélélé sous forme de prêt en septembre 2014. Ce qui sera un calvaire toute la saison en raison puisqu’il ne joue que très peu et surtout depuis le départ de son entraîneur protégé dès le mois de novembre. Des problèmes extra-sportifs ont vu le jour et Ghislain Printant ne lui a pas a accordé sa confiance. Revenu à Paris l’été dernier, il n’a disputé que trois matches cette saison pour un but. Sous contrat jusqu’en 2017 à Paris, il serait temps de confirmer toutes les promesses faites en lui. Au PSG ou ailleurs.
Alexis Sainrimat (US Le Pontet, CFA) : Il avait inscrit le but de la victoire pour offrir le championnat de France U17 au PSG en 2011 face à Marseille mais n’a pas eu la chance de confirmer depuis. En août 2014, alors qu’il ne joue pas en CFA avec Paris, il décide de céder aux sirènes de Brest. « Je n’avais pas beaucoup de temps de jeu en CFA et je jouais donc en DH. Ça ne me convenait pas et j’ai donc préféré partir » a-t-il évoqué récemment. Aujourd’hui, et après une expérience ratée en Bretagne où il a été laissé libre, il a rejoint l’US Le Pontet depuis février : « Je me suis pris en main, je me suis entraîné tout seul. Puis j’ai envoyé mon CV au Pontet, qui m’a ensuite contacté pour effectuer un essai ». Depuis, il a joué huit matches cette année pour un seul but. Contre la réserve de l’Olympique de Marseille. Ça ne s’invente pas.
Abdallah Yaisien (Lorient, CFA) : Très prometteur en U17 puis en U19, il avait signé un contrat professionnel de trois années alors qu’il n’avait que 16 ans et 6 mois. Malheureusement, il n’a jamais su passer le cap. Le PSG ne lui a pas laissé la chance de jouer en professionnel et cet attaquant décide de rejoindre Bologne en 2013, à la fin de son premier contrat à Paris. Il est prêté deux années en Serie B et Serie C où il ne joue que 20 matches en tout et pour tout à Trapani et Arezzo. En février dernier, il se relance au FC Lorient où il a joué 11 matches avec la CFA sur cette seconde partie de saison.

À propos Grégoire Anne

39 plusieurs commentaires

  1. A part Rabiot, les jeunes ont vraiment eu du mal… 😉
    Il faut le talent mais cela ne suffit pas. Il ne faut pas se blesser, faire les bons choix.
    Ce milieu est impitoyable. Quand on voit le nombre de ceux qui restent sur le carreau, cela permet de relativiser l’empressement de certains à franchir les étapes.

  2. Ouais, à part Rabiot, beaucoup galèrent. Comme quoi, c’est pas parce qu’on est champions de U17, U19 ou de la Youth League qu’on va réussir sa carrière, il faut non seulement être bon, mais aussi faire de bons choix et espérer de ne pas être blessé.

  3. Conclusion : les jeunes devraient tous prendre Véronique Rabiot comme agent 😉

  4. Merci Greg, ca nous rappelle que le titre n’est anecdotique et que nos jeunes vont devoir continuer à bosser afin d’arriver à faire carriere

  5. ah j’y croyais à certains jeunes (Ongenda, Ikoko, Maignan et Bourdin). Hélas, les titres en jeunes ne sont pas gages de grande carrières (voir les U20 champions du monde avec Le Tallec, Simana-Pongolle, Piètre et Faty).

  6. Et oui … Les titres jeunes c’est un bon début mais c’est ensuite que le plus dur commence. Ceci dit faire des carrières en D1 / D2 c’est tout à fait honorable, c’est normal que tous ne soient pas au niveau de notre club.

  7. Comme quoi on forme en majorité des joueurs amateurs ou de L2 y a encore du boulot sur la selection des profils en esperant que ca bouge avec le mec du barca, arreter de prendre des catcheurs ou sprinters et privilegier la technique et l’intelligence sur et en dehors du terrain.

    • chaque génération au PSG est meilleure que la précédente.
      Le club a clairement augmenté le niveau ces 15 dernières années.
      Après, la réussite est dues à tellement de facteurs.

      • Non jpense pas ca reste de gros debiles en general par contre le meilleur on l’a loupé Coman cest dommage… On verra d’ici 5 ans si y a une evolution ou si on continu a prendre des bourrins sans avenir dans le monde pro

  8. il me semble avoir lu cette article sur un autre site, non en fait c’est el meme theme mais pas le meme contenu

  9. Super article, beau travail.

  10. JESIZI - "batterie faible"

    De toute manière ce sont des paris qu’on fait lorsqu’on signe pro des jeunes issus du CF.
    Sur 10, en moyenne 8 finissent aux oubliettes.
    Mais pas le choix il faut prendre des risques.

  11. joli travail de recherche, parce que pour retrouver la trace d’anderson banvo en d2 bulgare fallait le faire
    sinon pour être complet je crois pas que lambèse sera conservé cet été il arrive en fin de contrat et rien lui a été proposé, on a du monde au poste de latéral droit pour la cfa l’année pro entre georgen, brydges et le jeune dagba si il signe
    sinon bonne initiative toujours intéressant de savoir ce que sont devenus nos anciens titis

  12. JESIZI - "batterie faible"

    Je continue à penser que Ongenda avec un coach qui arrive à lui faire prendre conscience du monde pro et de ses exigences, il pourra au moins perçer en ligue 1.

  13. Quelques heures après l’officialisation de l’arrivée à Monaco de Bertrand Reuzeau, son successeur à la tête du centre de formation du PSG est visiblement connu. Selon le journal L’Equipe, il s’agira de Jean-François Pien, passé comme éducateur au PSG dans les années 1990. Le club parisien devrait officialiser son arrivée sous peu.

    A 49 ans, Jean-François Pien est un globe-trotter du football et a côtoyé de nombreux clubs dans sa carrière, tant en France qu’à l’étranger. Il est ainsi passé par les jeunes du FC Sens ou de Cholet, a dirigé le centre de formation du Stade de Reims et du Nîmes Olympique et a notamment passé quelques années au Qatar et aux Emirats Arabes Unis.

    Au PSG, il devrait s’occuper principalement de la partie administrative du club, la partie technique étant réservée à l’Espagnol Carles Romagosa, directeur technique.

  14. En gros, 1 très bon joueur (Rabiot) et 4 joueurs honnêtes qui oscillent entre le niveau seconde partie de tableau L1 et la L2 (Maignan, Ikoko, Conte, Ongenda).

  15. J’adore ce genre de dossier après des grosses performances chez nos jeunes qui permet de ramener tout le monde sur terre (pendant pas plus de 24h mais c’est déjà ça). Gagne tout ce que tu veux chez les jeunes, y a 1 chance sur 100 que tu perces chez les pros et 1 sur 1000 que tu exploses véritablement. Le plus important étant que ce soit clair pour les joueurs eux mêmes et qu’il continuent de travailler toujours plus dur. Y en a trop qui se sont grillés parce qu’ils ont confondu la ligne de départ avec la ligne d’arrivée en signant pro.

  16. Je pense que rien perdu pour Ongenda faut juste qu’il commence a se mettre au travail , un second prêt dans un club de L1 (milieu de tableau) serait peut-être la solution

  17. Yaisien… Quand je pense au cinéma qu’on faisait sur lui à l’époque.
    A Lorient. En CFA. Wow.

  18. Le monde du foot est impitoyable. Sortir de la formation et passer pro c’est quasi un exploit. Certains réfléchiront à 2 fois avant de traiter Chantome et Sakho de nul^^

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée