#BP « Le départ et l’arrivée d’un nouveau coach » par Simballa alias Shogun

Nous vous proposons depuis plusieurs mois d’être un « Blogueur Parisien » (lire ici), Simballa alias Shogun nous propose un billet.

Pour mon deuxième billet sur Canal Supporters, j’ai longtemps hésité entre plusieurs sujets : notamment l’arrivée de Ben Arfa dans son club de « cœur » qui a suscité beaucoup de commentaires et d’enthousiasme. Le départ de Blanc. L’arrivée d’Unai Emery. Le traitement du club par les médias, sans compter les innombrables sorties idiotes du passéiste Aulas. De tout cela j’ai préféré aborder dans un même billet le départ et l’arrivée d’un nouveau coach. De toute évidence, pour entamer un nouveau cycle, il faut repartir avec un nouveau chef d’orchestre du terrain, à savoir un nouveau coach.

A l’été 2013, après une séparation très douloureuse d’avec le coach de l’époque, une certaine incertitude s’était installée au sein du club, quand au recrutement d’un nouvel entraîneur. Nous assistâmes, impatients et impuissant, au balais des rumeurs. Ainsi on apprit que Capello, Mourinho, Hiddink, Vilas Boas, refusèrent le poste, les uns après les autres. Ainsi selon les médias, Laurent Blanc serait le 5eme, 6eme ou 7eme choix. Autant le dire tout de suite, Blanc n’arriva pas dans les conditions les plus favorables et le club porte une lourde responsabilité, tant la communication fut désastreuse.

Pour ceux qui ont suivi le feuilleton et écouté les médias « mainstream », il y a eu deux sons de cloche : Soutien plus ou moins appuyé de Canal+ à travers Pierre Menès, Dugarry et quelques autres consultants issus de France 98. D’un autre coté il y’a eu, dès le départ une opposition systématique d’une radio comme RMC, symbolisé par Daniel Riolo, qui a été jusqu’à traiter Blanc je cite de « pire entraineur du PSG».

Sur Canal Supporters, l’opposition à Blanc n’a cessé de monter au fil des années, et la minorité est devenue une majorité écrasante ; a tel point qu’il y’eut une scission forte entre les « PROS » et « ANTIS » Blanc. Il y’a ceux qui se revendiquent d’un camp ou un autre, et il y’a ceux, parmi qui je me situe, qui préfèrent regarder la situation froidement. Malheureusement la Binarité ayant pris le pas sur la raison, dire du bien de entrainement dans une situation particulière vous fait basculer immédiatement dans le camp des « PROS ».

Il faut quand même se rappeler que même si la fin de règne de Blanc a été ternie par les deux matchs contre City, même s’il nous a jamais bluffé par son coaching, même si ses conférences de presse ne resteront pas gravés dans le marbre. Il a durant son mandat participé aux titres nationaux glanés par le club, certes dans un contexte où le football français vit une période compliquée. Il a aussi eu le mérite d’installer un jeu totalement différent de celui pratiqué sous Carlo, que l’on aime ou pas. Et le point d’orgue restera cette qualification à 11 contre 10 pendant plus d’une heure, même si une fois de plus certains refusent obstinément de lui reconnaître la moindre influence dans ce résultat. Je leur dis simplement que quel que soit le coach et le contexte, on ne peut avoir comme analyse d’amputer les défaites au coach et de lui renier les succès. C’est faire preuve de simplisme dans le commentaire et de malhonnêteté intellectuelle.

C’est dans ce contexte de fin de règne que le président décida de sortir de sa réserve habituelle, pour nous annoncer de grands changements. A la lecture de ses propos dans Le Parisien, on a tous immédiatement compris qu’il y’aurait de grands bouleversements, tant dans l’effectif qu’au niveau de l’encadrement. Très vite, d’ailleurs, la majorité des commentaires a concerné le remplacement de Blanc. Deux favoris se sont rapidement dégagés ; Le charismatique et tacticien de l’Atlético, 2 fois finaliste de la Ligue des Champions, Diego Simeone. Et le recordmann des victoires en Ligue Europa en tant que coach, le Basque Unai Emery. Il est devenu évident pour tous que ce serait Emery, tant il paraissait compliquer de débaucher Simeone, chose qui a été confirmée depuis. Pour ma part j’attends du nouveau coach qu’il nous fasse progresser en LDC, qu’il nous parle de son projet de jeu et qu’il se fonde dans les valeurs de notre club. On aura toute la saison pour faire des billets sur son travail et revenir sur ses interviews passées et à venir.

En attendant je dis Bienvenue à Paris Unai Emery et Bonne suite Laurent Blanc !

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

nice

Avant d’aller au Parc, Nice surclasse Toulouse et reprend le trône de Ligue 1

La question de ce soir était toute simple : Avec un, trois ou quatre points ...