[28/8] Revue de presse PSG

Vu et lu dans la presse hexagonale du dimanche 28 août 2016 au sujet du PSG.

« Après deux succès acquis à Bastia et contre Metz, Paris joue cette fois un vrai test en principauté. On en saura davantage sur le réel potentiel de l’équipe d’Unai Emery, estime Le ParisienOn ne change pas une équipe qui gagne. Si Unai Emery ne cesse de répéter l’importance de la concurrence, l’entraîneur parisien devrait néanmoins de nouveau faire confiance aux vainqueurs de Metz dimanche dernier (3-0). Un doute subsiste cependant autour de la possible titularisation de Matuidi. (…) Le technicien espagnol devrait faire confiance à une défense qui n’a concédé qu’un seul but lors des trois matchs officiels disputés cet été. Même s’ils ont participé à l’opposition effectuée hier matin au camp des Loges, Thiago Silva (hanche) et Marquinhos (de retour lundi des JO de Rio) attendront la fin de la trêve internationale pour démarrer leur saison sous le maillot parisien. Jesé, lui, n’est pas totalement remis de son opération de l’appendicite effectuée le 13 août. L’attaquant va poursuivre son programme de reprise au camp des Loges. L’attaque sera donc emmenée par Cavani, Di Maria et Lucas, avec Pastore au soutien. En espérant que l’avant-centre uruguayen se montre plus efficace qu’il y a une semaine… »

« Contre Metz, dimanche, les Parisiens ont beaucoup raté, surtout Cavani. Di Maria, Pastore et Kurzawa ont encore régalé, mais l’inefficacité offensive les a fragilisés, l’énergie dépensée dans les pressings et les duels les a épuisés et les arrêts de Trapp les ont parfois sauvés. Ils n’ont ni régné sur le match, ni bouché tous les trous, ni confisqué le ballon, dans ces passes à dix qui faisaient leur signature. Le temps où Motta et Verratti doublaient et redoublaient les passes à l’infini est révolu : c’est dans la gestion des efforts personnels et collectifs plus que dans la maîtrise du ballon que le nouvel entraîneur attend ses hommes. L’idée dominante du PSG restera la même ce soir : jouer chez l’autre, l’asphyxier et aller vite vers l’avant, annonce L’EquipeOppressés, les Monégasques risquent de l’être et devront être forts techniquement pour ressortir et exister. Cela devrait les changer du pousse-ballon stérile de Villarreal mais ils voulaient jouer la C 1 à tout prix. C’est un peu ce soir qu’elle commence. »

« S’il n’était pas devenu entraîneur, Unai Emery serait peut-être DRH. Le coach du PSG cultive une passion pour une des facettes de son métier : la gestion des joueurs. Il a même coécrit un ouvrage avec un éminent spécialiste en management d’entreprise, lit-on par ailleurs. Appliquée au football, la méthode Emery repose sur un trait fort : la méritocratie. Chacun doit gagner sa place, avec une priorité à l’équipe en place. Seule exception, les joueurs importants (…) par leur expérience, leur histoire et leur poids dans l’équipe ».

« Suspendu pour le Trophée des champions, Grzegorz Krychowiak a ensuite accompagné le groupe parisien lors des deux premières journées. Dix-neuvième homme à Bastia (1-0), sur le banc face à Metz (3-0). Et un temps de jeu donc qui ne décolle pas. De quoi soulever des inquiétudes ? se demande le quotidien sportif. Chez ses conseillers anglais, on invite les observateurs à la « patience ». Pas question de s’alarmer, Emery n’a pour l’instant effectué que très peu de changements. Après deux saisons intenses à 42 et 48 matches à Séville et un Euro poussé jusqu’en quarts de finale, le Polonais, gêné en fin de saison par une douleur à un genou, a repris progressivement. (…)  » Il savait qu’il devrait attendre. C’est un professionnel, il bossera et patientera », explique un proche. Krychowiak n’a pas le choix. Il le sait mieux que personne. Emery n’accorde pas de passe-droit. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Retour sur… PSG / Nice du 27 avril 1997

C’est un PSG blessé qui s’apprête à recevoir demain l’OGC Nice, actuel leader de la ...