Roger-Petit : « L’ambition, c’est Aréola. La démission, c’est Trapp »

Bruno Roger-Petit milite pour Alphonse Areola. Il veut voir le gardien de but français numéro un au PSG. Même si Unai Emery ne veut pas de hiérarchie établie.

« Le gardien de but numéro 1 se joue désormais entre Trapp et Aréola. Exit Sirigu. Emery réfléchit. Il est vrai que l’enjeu est de taille. Désigner le titulaire dans les buts d’un club tel que le PSG, c’est un aller sans retour. Ni assurance, ni rassurance. Que l’on installe le « wrong man at the right place », et c’est la catastrophe garantie, écrit le journaliste sur son blog Sport24L’an passé, Laurent Blanc avait choisir de faire confiance à Kevin Trapp. Il en a été bien attrapé. (…) Il faut être aveugle pour considérer que Trapp, malgré la sympathie qu’il inspire à titre personnel, a réussi son entrée au PSG. Loin d’être un nouveau Baratelli, Bats ou Lama, il s’est plutôt inscrit dans la grande lignée des gardiens qui ont failli. L’histoire du PSG est riche de ces gardiens que l’on annonçait géants et qui se sont révélés nains. Bernard, Revault, Casagrande, Edel (…) Aréola revient auréolé de trois saisons passés à voyager. Lens, Bastia et Villareal. Partout, il a montré qu’il était l’avenir des gardiens de buts à la française. Y compris avec les équipes de France de jeunes. A 23 ans, il est évident, patent qu‘il est temps pour lui de plonger dans le grand bain du PSG. C’est maintenant ou jamais. Et un entraîneur de la trempe d’Emery ne peut pas ne pas le savoir. Cela étant, on comprend l’embarras prudemment affiché.Pour le moment, Emery fait mine de ne pas choisir : «Areola et Trapp sont les deux gardiens. Il n’y a pas de numéro un ou de numéro de deux ». C’est bien joli, mais chaque fois qu’un club se retrouve sans hiérarchie entre gardiens, le plus souvent, cela ne donne jamais de résultats grandioses. (…) L’ambition, c’est Aréola. La démission, c’est Trapp. Ce qui revient à dire que s’il est ambitieux, Emery choisira Aréola. »

À propos Redaction

x

Check Also

verratti-psg

Verratti défend la Ligue 1, « critiquée à l’étranger mais aussi beaucoup trop en France »

Comme chaque mois, Marco Verratti établit une chronique sur le site de Goal. Cette fois-ci, ...