[9/9] Revue de presse PSG : Emery, Ben Arfa, ASSE, Neymar, 1000e..

Vu et lu dans la presse hexagonale au sujet du PSG ce vendredi 9 septembre 2016.

« Unai Emery a-t-il un problème avec Hatem Ben Arfa ? Ses sorties pourraient le laisser penser. Au PSG on dément fermement, écrit L’Equipe. Dans l’entourage de l’ancien Lyonnais, on avance que le joueur reste «tranquille et hermétique à ces commentaires et qu’ils ne le feront pas craquer ». « Hatem joue peu et attend son heure, confie un autre ami. Mais il faut qu’Emery arrête de le traiter comme un gamin. » Les piques sur son repli défensif insuffisant sont retoquées d’un « Hatem ne fait pas de l’athlétisme ». Quant à ses kilos en trop au début de la préparation estivale et qui lui valaient les moqueries de David Luiz, ils auraient disparu. Ben Arfa pèserait « 78 kg » aujourd’hui. « Une cuisinière et une nutritionniste travaillent avec lui, nous précise-t-on. Tous ses aliments sont pesés. » Si les critiques d’Unai Emery se veulent constructives, en privé il rappelle que Ben Arfa n’est pas son choix. À la décharge de l’attaquant, il a rarement évolué à son poste de prédilection. (…) Son état d’esprit irréprochable depuis le début de saison et sa joie de vivre dans le groupe, où il apprécie notamment beaucoup Verratti, font de Ben Arfa, pour l’heure, un coéquipier modèle. Récompensé ce soir par une titularisation à son vrai poste ? Emery a laissé planer le doute. »

« L’entraîneur du PSG n’a pas encore marqué une nette rupture dans ses choix, poursuit le quotidien sportif. La mue, qui exige du temps, n’est pas favorisée par cette impression que les choix d’Emery relèvent pour le moment autant du management que du sportif. «Il y a deux choses non négociables avec lui : le groupe et le travail», éclaire Pedro Reverte. Conscient d’arriver au PSG dans un groupe qui a déjà une histoire, il n’a pas voulu bouleverser l’équilibre en place, d’où le sentiment qu’il n’est pas encore allé au bout de ses idées. »

Il également question de l’agent de Neymar, Wagner Ribeiro, qui « a confirmé que le PSG avait fait le forcing cet été pour enrôler son poulain. «Oui, Neymar était proche de rejoindre le PSG, le club était prêt à payer la clause de 190M€. Il aurait gagné 40M€ par an, net, et il a prolongé au Barça en gagnant moins parce qu’il voulait rester à Barcelone », a expliqué Wagner Ribeiro. Au PSG on ne cache pas que le Brésilien était la priorité numéro 1 du recrutement estival afin de suppléer Zlatan Ibrahimovic, mais on conteste le salaire avancé par son conseil.  C’est totalement faux, s’étrangle-t-on en interne. Chargée, cette rémunération aurait coûté plus de 60M€ par an. C’est obscène. Neymar s’est servi de nous pour faire monter les enchères avec Barcelone. »

« En cas de revers contre les Verts, la pression qui s’exercerait sur Unai Emery serait alors proportionnelle à la déflagration suscitée par l’enchaînement de deux défaites, prévient Le ParisienIl faut se méfier des emballements médiatiques et rappeler que l’arrivée d’un entraîneur dans un nouveau club n’est jamais simple. Pour preuve, après trois journées lors de la saison 2013-2014, le PSG de Blanc ne comptait que cinq points, soit un de moins que celui d’Emery aujourd’hui. Mais le Français n’avait pas perdu (deux nuls et une victoire), et on sait que la défaite instille toujours plus de doutes dans l’esprit des dirigeants, surtout à Paris. Pour relancer la machine, Emery a ciblé les manques et confirmé qu’il souhaite installer Verratti dans un rôle d’animateur du jeu parisien. Pour resserrer les lignes, le coach basque ne pourra pas compter sur Thiago Silva qui finit de se remettre de sa blessure à la hanche. Emery sera aussi être privé de Serge Aurier (cheville), et de Maxwell et Pastore (mollet). »

« Pour le 1000e match officiel du club au Parc des Princes, la direction parisienne a mis les petits plats dans les grands, lit-on par ailleurs. Nasser Al-Khelaïfi, retenu à Doha ce soir, a notamment invité plusieurs représentants des générations passées. Un film, censé résumer quarante-trois ans d’histoire du club, sera auparavant diffusé au public parisien. Enfin, pour couronner cet instant vintage, Camille Choquier, premier gardien de but de l’histoire du PSG, donnera le coup d’envoi de la rencontre. »

« A l’occasion du périlleux déplacement de l’ASSE au Parc des Princes pour affronter le PSG ce vendredi, Christophe Galtier pourra compter sur ses cinq recrues estivales : Dabo, M’Bengue, Saivet, Veretout et Lacroix », remarque Le Progrès.

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Griezmann

Griezmann : « La Ligue 1, plus tard »

Désormais attaquant d’envergure internationale, Antoine Griezmann fait saliver plus d’un club, dont le PSG qui a ...