#BP Sept propositions pour la Ligue 1 par Anton alias Hellocowboy

Nous vous proposons depuis plusieurs mois d’être un « Blogueur Parisien » (lire ici), Anton alias Hellocowboy nous propose un billet.

[Celui-ci, comme tous les autres, de tous les blogueurs, n’engage que son auteur. Canal Supporters ne relaie pas, ne valide pas, ne censure pas, il propose un point de vue de supporter, son analyse, sa grille de lecture, vous disposez, analysez, jugez. Pour que vive le débat. Bonne lecture.]

COMMENT (RÉELLEMENT) AMÉLIORER LA LIGUE 1

La Ligue de Football Professionnel réfléchit actuellement à divers moyens d’améliorer l’attractivité de la Ligue 1. Ces derniers mois, plusieurs propositions telles qu’un quota de joueurs français ou un All-Star Game hivernal ont ainsi été mises sur la table. Ces idées ne remportant pas les suffrages escomptés, voici une liste de propositions simples et peu coûteuses à mettre en place pour atteindre cet objectif.

1) Créer une ligue semi-fermée pour sécuriser les clubs et encourager l’investissement
La Ligue 1 étant relativement homogène, de nombreux clubs sont privés de visibilité à long terme à cause de la menace d’une rétrogradation en division inférieure. Sans l’assurance d’être présent dans l’élite sur une période de plus de cinq ans, beaucoup de clubs freinent leurs investissements et ralentissent le développement tactique et financier du championnat. Pérenniser les clubs est donc primordial pour le futur économique de la Ligue de Football Professionnel. Deux options existent pour résoudre ce problème :

– Instaurer un barrage entre les trois premiers de Ligue 2 et les trois derniers de Ligue 1.

– Ne faire descendre que les trois clubs comptant le moins de points sur les trois dernières saisons cumulées de Ligue 1. Ainsi, les clubs bénéficieraient d’une marge de deux saisons pour mettre en place des projets de jeu efficaces et investir dans de meilleurs joueurs.

2) Débloquer le nombre de prêts.
Les clubs français doivent pouvoir signer les meilleurs espoirs et les prêter dans la foulée. Aujourd’hui ces derniers sont limités à sept prêts et laissent ainsi échapper des jeunes talentueux qui sont impatients de ne pas jouer au haut niveau et partent s’épanouir à l’étranger. Si les clubs moteurs de la Ligue 1 comme l’Olympique Lyonnais ou le Paris Saint-Germain, qui disposent d’un important vivier de formation, pouvaient signer un grand nombre de joueurs à fort potentiel de France et d’Europe grâce à leur réputation et les prêter dans les autres clubs de Ligue 1 pour les former, c’est le championnat entier qui y gagnerait en qualité.

3) Mettre en place une variable à la performance en Coupe d’Europe
Les clubs ont des effectifs restreints qualitativement et ne peuvent pas jouer à la fois sur les tableaux européen et nationaux. On assiste ainsi régulièrement à un effort de qualification pour une Coupe d’Europe, puis à un désengagement au moment de la jouer pour ne pas chuter au classement de la Ligue 1. Une telle attitude est parfaitement rationnelle d’un point de vue gestionnaire, mais est contre productive d’un point de vue global pour la Ligue 1 car cela fait baisser l’indice U.E.F.A. des clubs et réduit l’attractivité du championnat. Il faudrait donc récompenser les bons parcours européens en accordant une variable financière prélevée sur les droits télévisés du championnat. Par exemple, 70% des 748,5M€ de droits télévisés continueraient à être versés selon les critères d’attributions actuels, et 30% seraient réservés aux primes à la performance en Coupe d’Europe.

4) Débloquer l’investissement à moyen terme
La D.N.C.G. devrait autoriser des dettes temporaires sur la base d’un business plan solide, comme cela se pratique avec le Fair Play financier mis en place par l’U.E.F.A. Les clubs pourraient ainsi effectuer des investissements conséquents pour accélérer leurs développements sans risque d’être sanctionnés.

5) Assurer les conditions optimales du spectacle
Comme cela se pratique depuis de nombreuses années en Barclay’s Premier League, une réalisation en plan serré accélère efficacement le jeu et augmente la variable spectacle. Pour ne pas léser les amateurs de tactique, il serait toutefois possible d’incruster de manière régulière des mini-écrans en plan aérien en bas de l’image afin de mieux appréhender le jeu.
Par ailleurs, la qualité des pelouses est primordiale au déploiement d’un jeu rapide et léché. Mettre en place un système de malus financier pour les clubs ne respectant pas une charte de qualité minimum définie par la Ligue de Football Professionnelle suffirait à s’assurer de leur collaboration.

6) Concilier ambiance festive et sécurité
Les associations uniques de supporters sont un moyen simple et efficace de filtrer les fauteurs de troubles tout en assurant une ambiance digne de ce nom dans les stades. Les leaders pourraient ainsi être des interlocuteurs rémunérés par le club grâce à une somme prélevée sur les abonnements. Ceux-ci auraient la responsabilité de vérifier la concordance des diverses manifestations de supporters (tifos, chants) avec une charte établie conjointement par les clubs et la Ligue de Football Professionnel.

7) Fin du goal-average au profit du nombre de buts marqués
Comme observé plus haut, l’homogénéité de la Ligue 1 oblige six à sept clubs à se battre chaque année pour leur maintien. Ceux-ci ont donc naturellement tendance à fermer le jeu pour éviter de prendre des buts. Récompenser l’attaque plutôt que la défense en cas d’égalité au classement pourrait ainsi libérer certaines équipes et rajouter du piment aux rencontres.

Hellocowboy

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG ce dimanche 11 décembre 2016 dans la presse ...