Karim Nedjari, Unai Emery et la gestion de Thiago Motta

Si Unai Emery veut un PSG qui joue autrement, avec un style incompatible avec certains cadres, il doit l’assumer, estime Karim Nedjari, ex-directeur des magazines Sports de Canal Plus.

« Le naufrage de Thiago Motta lors du dernier quart d’heure est très symbolique de la situation actuelle du PSG. Du temps de Carlo Ancelotti ou de Laurent Blanc, Thiago Motta symbolisait le jeu court, en redoublement de passes, et la maîtrise technique. Tout était dans la possession (67% de possession de balle pour le PSG à Toulouse, ndlr), la patience et le déséquilibre de l’adversaire qui devenait impuissant au fil des minutes à force de courir après le ballon, écrit Nedjari sur Yahoo SportL’identité de jeu voulue et imposée par Unai Emery ne convient pas à l’expérimenté Thiago Motta qui n’a pas le coffre ni la philosophie pour aller presser l’adversaire. Il joue contre nature et à contre-emploi. Son énervement, ses gestes d’humeur et son regard noir à la sortie du match trahissent son incompréhension. De plus, il n’est pas très malin de laisser un tel joueur sur un banc de touche pendant 75 minutes. Surtout à son âge. Sa rage altère sa luciditéSi Unai Emery veut changer le style de jeu du PSG, et c’est son droit, il doit assumer de se séparer de joueurs cadres, importants dans le vestiaire. Pour le moment, il compose pour pouvoir régner sur un groupe aux fortes personnalités. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

larque

Larqué : « C’est une tournée d’adieu que font Di Maria et Lucas ? »

Pas de Verratti, Motta, Rabiot ou Pastore, il y a eu trop d’absences dans l’entre-jeu ...