Praud : « Je ne crois pas en ce nouveau PSG. Je n’y arrive pas »

Le PSG fonce vers l’échec. Pascal Praud est très pessimiste pour le PSG, dirigé par un technicien qu’il ne sent pas, porté par un avant-centre pas assez efficace.

« Il parait qu’il faut attendre, qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions. OK. Mais on attend jusqu’à quand ? Je ne crois pas en ce nouveau PSG. Je n’y arrive pas, écrit le journaliste sur Yahoo Sport. Je comprends un peu mieux les intentions d’Unaï Emery depuis le match contre Arsenal, la volonté de développer des attaques rapides, le choix du pressing mais j’ai peur que ce système soit exigeant pour ne pas dire épuisant. Je me méfie des théoriciens du tableau noir qui débarquent avec leurs idées dans un vestiaire et veulent mettre tout le monde au pas. J’espère qu’Emery est flexible, qu’il n’est pas un de ces illuminés qui croient avoir inventé le football, qu’il apprend, qu’il écoute et qu’il s’adapte. La Ligue Europa n’est pas la Ligue des champions. (…) Soyons honnête, Emery n’est pas responsable si Edinson Cavani a ouvert la saison des vendanges. Il était hier dans son ratio habituel. Il est clair que le PSG a manqué son mercato, que Zlatan Ibrahimovic n’est pas remplacé, que Paris ne dépassera pas le mois de mars en C1 avec un attaquant qui cavale, qui joue, qui transpire mais qui est d’une maladresse de cours d’école. Je l’aime bien Cavani comme tous les supporters, j’imagine. Je l’aime bien parce qu’il ne renonce jamais, qu’il se crée des occasions à la pelle, qu’il a une belle gueule de buteur sud-américain. Mais pitié ! Qu’il arrête de s’emmêler les crayons, qu’il soit plus lucide devant le but, plus efficace, plus inspiré. J’ai failli casser ma télé hier soir quand il a éliminé le gardien en première mi-temps sans pouvoir redresser le ballon derrière. J’ai pensé à mon Zlatan. Les cimetières comme les stades de football sont remplis de gens irremplaçables… »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

nice

Avant d’aller au Parc, Nice surclasse Toulouse et reprend le trône de Ligue 1

La question de ce soir était toute simple : Avec un, trois ou quatre points ...