pressepsg

25/10 Revue de presse PSG : Neymar, Emery, Di Maria, Kimpembe…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce mardi 25 octobre 2016.

« La prolongation du contrat de Neymar avec le FC Barcelone, officiellement signée vendredi, devrait mettre fin aux spéculations sur une arrivée à moyen terme. Pourtant, le PSG a longtemps imaginé, espéré, caressé le rêve de sa venue, l’été dernier. Il était la priorité pour remplacer Ibrahimovic. Neymar répondait au profil idoine. Et il avait de sources concordantes, la tentation de signer au PSG, écrit L’EquipeUne rencontre physique a lieu, courant avril, à Sao Paulo, entre Létang, Wagner Ribeiro et le père de Neymar. Pendant plusieurs heures, ils évoquent l’avenir du Barcelonais, qui dispose d’une clause libératoire de 192 M€. Elle n’effraie pas Paris. Le père de Neymar croit au projet. Il croit aussi en la capacité du PSG à extraire son fils des tracas financiers dans lesquels il est empêtré. Le 27 mai, des informations circulent, en Espagne, sur une rencontre (…) En fait, al-Khelaïfi et Létang, confiants dans l’aboutissement ont effectué l’aller-retour dans la journée à Ibiza pour discuter avec le clan Neymar au complet. Cette fois, les deux parties entrent dans le vif des négociations. Le président du PSG répète être disposé à payer la clause. Il veut vraiment Neymar. (…) Mais, ils n’étaient pas disposés à s’aligner sur les conditions salariales demandées par le père de Neymar, qui réclamait un salaire annuel net de 25M€, quand le PSG en offrait dix de moins, et exigeait aussi le règlement de la facture fiscale. Si le club s’était plié à cette exigence, Neymar serait aujourd’hui à Paris. Dans l’absolu, il s’agissait d’une opération réalisable. Mais elle aurait fait sortir Paris des clous du fair-play financier et l’aurait exposé à des sanctions de l’UEFA. »

« En marge du dossier Neymar, la priorité de l’été dernier, le PSG s’est penché sur le cas d’Antoine Griezmann, poursuit le duo Degorre-Hermant. Nasser al-Khelaïfi et d’autres décideurs qatariens n’étaient pas convaincus à 100 %. De son côté, Griezmann était assez peu emballé à l’idée de venir jouer en Ligue 1. Finalement, il a prolongé avec le club madrilène d’une saison jusqu’en 2021. Au PSG, certains regrettent aujourd’hui que le club n’ait pas exploré davantage cette piste ».

« Au-delà de la frustration affichée par deux joueurs lors de leur sortie, le mal est plus profond. Di Maria est à côté de la plaque depuis le début de saison et Emery, malgré la confiance qu’il lui témoigne, ne parvient pas à le relancer. Quant à Verratti, il peine, assez logiquement après six mois d’arrêt, à retrouver son meilleur niveau. Son remplacement dimanche a été décidé afin de le préserver puisque selon le staff médical, le joueur se plaignait de douleurs aux adducteurs, lit-on également dans le quotidien sportif. Mais Verratti a le sentiment que Paris ne progresse plus, voire même qu’il a régressé avec le départ de son ami Ibrahimovic. Et ce n’est pas le recrutement de cet été qui peut le convaincre du contraire. (…) D’autres joueurs d’expérience s’interrogent sur les choix d’Emery, notamment tactiques. Ils lui reprochent son côté brouillon, des entraînements et des séances vidéo jugés parfois trop longs. (…) Pour des familiers du camp des Loges, Emery paye encore ses propos de début de saison, où il avait laissé entendre qu’à ses yeux il n’y avait pas de statut et qu’un Kimpembe valait un Thiago Silva ou qu’un Nkunku égalait un Matuidi… Ce discours a froissé les ego. »

Enfin, il est question de Kimpembe : « Serait-il sanctionné ? A priori oui. Lors des cinq dernières rencontres disputées par le PSG n’a été convoqué qu’à une seule reprise. Parce qu’il n’accepte pas les conditions de la prolongation de contrat proposées par son club formateur. Mais il y a une autre raison. Le défenseur aurait eu une attitude qui n’a pas plu à son entraîneur. Il y a quelques semaines, il était au téléphone quelques minutes avant un match. Unai Emery lui aurait fait signe qu’il devait raccrocher. Quelque temps après, l’entraîneur parisien a de nouveau évoqué cette situation avec son joueur et lui a dit que quand il lui faisait une remarque, il se devait d’obtempérer immédiatement. Ce à quoi Kimpembe lui a répondu qu’il pensait pouvoir achever sa conversation puisqu’il n’était pas dans le groupe retenu ce jour-là… »

« Trois joueurs majeurs, Marco Verratti, Angel Di Maria puis Thiago Motta, dans une moindre mesure, ont exprimé leur mécontentement au moment de leur remplacement. Sur la place publique. Comme si leur entraîneur venait de commettre un crime de lèse-majesté. Une tentative d’intimidation classique ? Les joueurs importants aiment toujours marquer leur territoire, y compris lorsqu’ils quittent la pelouse, commente Le Parisien. Le nouvel entraîneur parisien n’est pourtant pas un révolutionnaire. Il s’adapte à son nouvel environnement. A l’exception de quelques « happy few », titulaires et sûrs de l’être, une frange de joueurs allant de Verratti à Ben Arfa, en passant par Matuidi ou Jesé, s’interroge sur le sens du management d’Emery. Apprécié pour la précision de ses consignes, l’Espagnol se voit aussi reprocher par certains de ses joueurs son caractère trop démonstratif. Plus globalement, les leaders de l’ère Laurent Blanc se posent aussi des questions sur la stratégie du PSG. Après des années de croissance sportive et des recrutements de top niveau, la qualité du dernier mercato estival a soulevé des doutes, y compris en interne. »

« Auteur d’une première saison encourageante (15 buts, 24 passes décisives), Angel Di Maria devait prendre le relais technique d’une équipe orpheline de Zlatan Ibrahimovic. Son profil est en effet le plus adapté aux préceptes vantés par Unai Emery. Sa capacité d’accélération, sa vision du jeu et sa technique léchée devraient exceller dans le jeu de transition rapide prôné par l’entraîneur basque. Il n’en est rien, juge le quotidien francilien. Dans le vestiaire, le vice-champion du monde brille par une discrétion qui frise avec l’asociabilité. Il ne parle pas français, ne compte pas l’apprendre et ne se joint quasi jamais aux sorties organisées par ses coéquipiers. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Cavani

Trophées UNFP : Cavani nommé pour être joueur du mois de novembre, pas Thiago Silva

Double vainqueur du trophée UNFP du « joueur du mois » en septembre et octobre ...