Roustan : « On n’entend pas la voix de Kluivert, ni celle de Létang »

Didier Roustan et longuement revenu sur le PSG ce matin sur Roustan TV. Alors que la presse tape sur Emery, le journaliste sportif lui apporte des excuses. Selon lui, le PSG laisse beaucoup trop gérer Unai Emery sans lui apporter de soutien. Pour Didier Roustan, le PSG se doit d’être une institution solide et ferme.

« Pour le PSG ça va être très très très compliqué, pour des tas de raison. Le PSG est au bord du gouffre. Il faut être réaliste. Quand je vois le match à Nancy où ils mènent 2-0 avec des buts étranges, et qu’après ils soient bousculés pendant 65 minutes… Je veux bien qu’il y ait le synthétique, les deux buts d’avance, mais il ne faut pas déconner. Contre Bâle, qui n’est plus le grand Bâle d’il y a deux-trois saisons, et bien tu t’en sors super bien. Et puis le Classico. Ce qui est inquiétant c’est que tu te disais après Arsenal que ce fut vachement encourageant et là tu as l’impression qu’ils ont régressé. Déjà, la presse n’a pas attendue pour s’en prendre à Emery. Il est réputé et respecté en Espagne, un pays où l’on connait un peu le football, dans le monde entier aussi. Il a gagné quand même deux-trois petites choses, ah oui c’est vrai la Ligue Europa c’est pas génial. Alors comment s’en sortir? Le PSG mis en place par Emery n’est pas vraiment le même que l’an dernier malgré ce que l’on peut dire. Lucas et Di Maria sont plus des meneurs de jeu, laissant les couloirs aux latéraux. Ce sont presque les même joueurs sur le terrain, mais pas vraiment la même disposition. Contrairement à la saison dernière, il n’y a plus Ibra et Thiago Motta n’est plus le même depuis un an, voire deux. On ne parle jamais de David Luiz, mais David Luiz ce n’était pas rien. Il a marqué des buts importants. Aurier cette saison n’est plus aussi bon que l’an dernier. Il y a des individualités qui avaient un certain niveau, mais plus maintenant. Mais le plus important, c’est le départ d’Ibra. Il était capital pour la possession de balle, tu pouvais t’appuyer sur lui, pas sur Cavani. Cavani, tu peux lui donner le ballon en profondeur, mais dos au but c’est mort, il est moins bon dans l’axe que sur l’aile gauche. Il rate trop, cela va devenir flagrant puisqu’il n’y a pas d’autres joueurs qui marquent. Emery fait avec ce qu’il a. Le fond du problème pour moi, c’est que le PSG n’est pas une institution. Verratti à la Juventus n’aurait jamais fait ce qu’il a fait dimanche soir. Emery arrive, avec toutes ces galères, il n’a pas se justifier. On n’entend que lui, on ne connait pas la voix de Kluivert, ni celle de Létang. Nasser, dans les moments difficiles, tu ne l’entends pas. L’institution doit être forte dans les mois à venir. Il faut l’équivalent d’un Leonardo.« 

À propos Quentin Polin

x

Check Also

Dante : « Même si nous gagnons à Paris, nous ne serons pas encore champions »

Interrogé par Kicker sur les difficultés actuelles de son ancien club le Vfl Wolfsburg, Dante ...