Revue de presse PSG : C1, Meunier, Areola…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce mercredi 2 novembre 2016.

« D’une reprise de volée magistrale dans la lucarne à la 90e minute, le Belge Thomas Meunier a offert au Paris Saint-Germain la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, résume l’AFP. Marquinhos avait prévenu : « Ce sera un match très difficile. » Le défenseur brésilien avait vu juste car malgré un avantage d’un but à la pause, grâce à une réalisation heureuse de Matuidi, jamais le PSG n’a réussi à tuer le match. Certes, les Parisiens, qui ont pris le jeu à leur compte, ont fait oublier la désastreuse première période du match aller dominée par les Suisses. Certes, ils se sont appliqués à faire tourner avant de mettre sur orbite tour à tour Cavani et Di Maria. Et longtemps ils ont cru que le but de Matuidi (43e), qui détournait intelligemment un tir de Meunier, à la suite d’un corner de Lucas, était suffisant à les mettre à l’abri. (…) Le PSG, parfois brouillon et qui n’a pas fait taire toutes les critiques, disputera désormais la première place du groupe dans trois semaines à Londres sur la pelouse d’Arsenal. »

« Il était 22 h 45. Et Thomas Meunier, dans le silence du Parc Saint-Jacques, s’occupait de son gardien Alphonse Areola, coupable quelques minutes plus tôt d’une erreur d’appréciation sur l’égalisation. À cet instant, le Belge rigolait, comme content de sa petite blague. Lui le bavard, lui l’homme aux punchlines, avait sans aucun doute envie de partager son bonheur, écrit L’Equipe. Comment décrire ce geste assez incroyable ? En fait, il y a toute la personnalité du latéral droit des Diables Rouges dans cette volée. Du naturel, de la simplicité et un zeste d’inconscience. (…) La récompense d’une soirée où Meunier aura validé le choix d’Unai Emery de ne pas prendre de risques avec la cheville de Serge Aurier. Jamais mis en difficulté dans le duel, le Belge aura passé sa soirée à faire ce qu’il fait de mieux : déborder. Sa relation avec Di Maria est encore imparfaite mais, par séquences, elle a montré qu’elle pouvait avoir un avenir. Même constat avec Verratti qui n’a pas hésité, comme il le fait avec Serge Aurier, à le solliciter dans la profondeur. »

Les notes de L’Equipe : Areola : 4 / Meunier : 7 / Marquinhos : 7 / Thiago Silva : 8 / Kurzawa : 6 / Verratti : 6 / Thiago Motta : 6 / Matuidi : 6 / Di Maria : 3 / Cavani : 4 / Lucas : 4 / Unai Emery : 6

Les notes du Parisien : Areola : 4 / Meunier : 6.5 / Marquinhos : 6 / Thiago Silva : 6 / Kurzawa : 4.5 / Verratti : 6 / Thiago Motta : 6 / Matuidi : 6 / Di Maria : 5 / Cavani : 4 / Lucas : 4

« Dites donc, miroir, quel est le meilleur entre Arsenal et le PSG ? C’est le plus gros rendez-vous du club de la capitale, celui qui va sans doute faire basculer son bilan de mi-saison du bon ou du mauvais côté, avant que la réception de Nice début décembre ne règle une affaire domestique, écrit Le ParisienReste que le PSG n’a aucune chance d’obtenir un bon résultat là-bas si ses joueurs persistent dans leurs défauts récurrents, dont le plus criant demeure l’inefficacité. Combien leur faut-il d’occasions pour se mettre à l’abri ? A priori, ils ne pourront pas toujours compter sur une reprise de volée exceptionnelle de Meunier. Et comme Areola y est allé de son placement douteux, il y aura toujours une erreur pour remettre l’adversaire dans le coup. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Dante : « Même si nous gagnons à Paris, nous ne serons pas encore champions »

Interrogé par Kicker sur les difficultés actuelles de son ancien club le Vfl Wolfsburg, Dante ...