willamis-souza

Willamis Souza revient sur son bref passage au PSG

Willamis Souza est brièvement passé en Europe, plus précisément au PSG, en janvier 2008. Accompagné d’Everton Santos, le milieu de terrain de São Paulo a souvent été injustement associé à l’attaquant. Pourtant, plutôt juste tactiquement et techniquement, Souza a réalisé une carrière plus qu’honorable au Brésil. Dans un entretien accordé à UOL Esporte, Willamis Souza est revenu sur quelques anecdotes parisiennes et sur l’amitié qu’il a noué, comme beaucoup, avec Marcos Ceara.

« L’entraîneur (Paul Le Guen, ndlr) m’a convoqué le lendemain (d’un Clasico perdu 2-1) pour discuter, avec le traducteur et Ceara. L’entraîneur a regardé le traducteur et lui a dit : « dis à Souza que j’ai rarement vu un Brésilien avec une telle discipline tactique ». Le traducteur ne disait rien alors j’ai dit : « dis au coach que je le remercie, dis lui que je suis venu pour aider, quel que soit mon poste, je veux aider ». L’entraîneur s’est une fois encore tourné vers Manuel, le traducteur, et lui dit : « Mais dis à Souza de ne pas faire trop de fautes sur le côté, notre gardien n’est pas en confiance, les coups de pied arrêtés sont des dangers de buts ». Alors j’ai dit à Manuel : « Demande lui s’il veut que je parte à la guerre avec un balai (rires). Comment ne pas faire de fautes ? Ces gars me mettent des coups tout le temps« . Le traducteur n’a pas tenu, quand j’ai dit ça, il a explosé de rire. Alors, l’entraîneur a demandé : « qu’est-ce qu’il a dit ? ». Là, le traducteur a menti, il lui a dit : « Souza a dit qu’il ne fera plus de faute sur le côté, non, il va les éviter au maximum (rires) ». C’était très drôle. »

Après avoir évoqué un cors de français avec une professeur qu ne parlait pas portugais, Souza est donc revenu sur son intégration au sein du vestiaire parisien.

« Un jour, Ceara m’a demandé : « tu comprends quelque chose ? ». Je lui ai répondu : « Non Ceara, ils rigolent, alors je rigole pour qu’ils ne se rendent compte de rien et qu’ils ne disent rien de mal sur moi« . Ils pensaient que je comprenais tout. C’était ma tactique (rires). Ce sont de bons souvenirs. Ceara est un bon mec, sérieux dans tout ce qu’il fait, tout ce qu’il dit. Il ne rigolait qu’avec moi. Il n’était pas trop blagueur, mais avec moi, il se lâchait un peu. »

À propos Quentin Polin

x

Check Also

Cavani

Trophées UNFP : Cavani nommé pour être joueur du mois de novembre, pas Thiago Silva

Double vainqueur du trophée UNFP du « joueur du mois » en septembre et octobre ...