#BP « Fluctuat Nec Mergitur … pour l’instant ! » par Stéphane alias Mystérion

Nous vous proposons depuis plusieurs mois d’être un « Blogueur Parisien » (lire ici), Stéphane alias Mystérion nous propose un nouveau billet.

[Celui-ci, comme tous les autres, de tous les blogueurs, n’engage que son auteur. Canal Supporters ne relaie pas, ne valide pas, ne censure pas, il propose un point de vue de supporter, son analyse, sa grille de lecture, vous disposez, analysez, jugez. Pour que vive le débat. Bonne lecture.]

Fluctuat Nec Mergitur … pour l’instant !

Le bateau tangue ! Les résultats, le jeu, la dynamique sont médiocres. Quelles en sont les causes ?

En préambule, pendant le mercato d’été, j’avais émis certaines hypothèses sur la nouvelle direction engagée par la direction du PSG. On mettait en place un nouveau cycle qui consistait en :
– Contourner la faible attractivité de la L1
– S’appuyer sur la formation pour profiter du vivier parisien et donner une identité ‘’locale’’
– Formation qui permettrait sur le long terme de (partiellement) compenser financièrement l’écart avec la BPL
– Recruter un nouveau DF biberonné à la politique de promotion interne made in Amsterdam

En parallèle, le Club a redistribué les cartes en se séparant de joueurs dont certains ne représentaient plus l’avenir et cadraient mal avec la nouvelle politique. Sont arrivés dans un relatif scepticisme des nouveaux joueurs pour donner du sang neuf à un groupe qui avait besoin de renouvellement.
Enfin, nous avons vu débarquer un staff qui avait fait ses preuves dans l’une des deux Coupes d’Europe, et dont le coach était annoncé comme un des plus prometteurs de la prochaine décennie.

Mais voilà, au bout de 6 mois, les résultats ne sont pas là. La qualité de jeu est sur courant alternatif. Depuis plusieurs semaines, les matchs s’enchaînent, les grosses déceptions avec.
Dans ce marasme collectif, la direction semble fuir ses responsabilités, le coach à l’air abandonné, et personne sur le terrain ne semble en mesure de redonner un nouvel élan. Les médias étrillent plus que jamais ce PSG moribond, qui vacille, et qui semble enfin en position de lâcher tous ou partie de ses trophées.

Mais quelles sont les raisons à l’origine de cette situation ? Pour ma part, j’en vois 3 :

1 – Une communication défaillante autour de la mise en place du nouveau cycle du Projet :

L’absence de communication, afin de présenter le Projet dans son ensemble, est désormais préjudiciable. Nous sommes tiraillés entre les objectifs initiaux (tout remporter en y mettant les moyens) et la patience qui devrait être de mise avec l’orientation du Projet, basé désormais sur la jeunesse.
Or, supporters et médias n’ont pas été informés de manière précise sur les fondements de ce nouveau PSG, des moyens et de sa finalité, et donc prévenir des possibles difficultés qui pourraient survenir.
Cela avait-il pour but de ne pas faire fuir les sponsors et montrer à certains joueurs que le Projet est toujours ambitieux, malgré sa nouvelle forme ? Toujours est-il qu’ aujourd’hui, l’une des grandes questions est : qu’est-ce que veut faire QSI et comment, avec qui et pourquoi ? Nous avons notre petite idée, mais la réponse doit venir du PSG. Officiellement.

2 – Une Direction qui génère de l’instabilité, ce qui affaiblie le Club :

Nasser, le Qatar, ou les 2, semblent être exigeants quand il s’agit d’être performant en C1 ou régner avec la manière en L1, quitte à faire fuir les précieuses compétences ramenées au club. Cela provoque de l’instabilité dans l’organisation (changements de DS/DF, coachs, staffs) et donc dans la conduite des Projets (recrutement, formation, etc…).
Le football a montré qu’en changeant trop souvent les hommes, cela à une incidence sportive majeure sur les résultats.
Ainsi, il nous manque des dirigeants qui soient installés sur un cycle d’au moins 4 ans, faisant preuve d’autorité, capables de tenir le cap dans la tempête, d’affirmer l’unité du club, et de conserver cette fameuse stabilité indispensable à la pérennité du club au haut niveau.
On peut constater que cette absence de constance est à l’origine de choix peu réfléchis, d’un manque de représentation, et de la dilution des responsabilités et des tâches. La partie sportive est probablement la plus touchée par ces nombreux changements.

3 – Un mauvais choix dans les profils des recrues :

Si on prend le parti de la jeunesse, il faut dans ce cas avoir des joueurs pouvant encadrer ce groupe.
Or, le constat actuel est cinglant : cette équipe manque de caractère, de leaders, sans compter des profils en écarts avec les exigences du haut niveau ou non compatibles avec les besoins du club.
L’apparition de nouveaux patrons dans ce groupe n’a pas (encore) eu lieu, et ceux identifiés comme tel n’ont finalement pas la capacité, ou bien la légitimité sportive ou comportementale pour cela.
Aujourd’hui, le groupe semble perdu, bancal, non encadré, parfois immature, et sans cohésion.
Et au final, Emery n’a pas tant de choix pour inverser le cours des choses, quand en plus il s’entête dans son absence de turn-over, ou de dispositifs tactiques parfois pas adaptés.

De ces 3 points découlent, selon moi, les difficultés actuelles. Elles pourront avoir des conséquences fâcheuses sur la fin de la saison.
Si la reprise en main espérée ne s’effectue pas pendant la trêve, il y a un risque que le groupe implose. Les trophées dont nous sommes les détenteurs changeront de main.
Et ce qui sera le plus à craindre arrivera : s’en suivra une nouvelle période d’instabilité avec, probablement, une énième réorientation du Projet, de nouveaux hommes, de nouvelles idées. Cela entamera la crédibilité du club à l’échelle continentale, et renverra nos rêves de grandeurs à plus tard.

par Mystérion

À propos Redaction

x

Check Also

Le Bayern Munich a supervisé Marco Verratti (Bild)

Carlo Ancelotti apprécie énormément Marco Verratti. Le Mister a d’ailleurs essayé de faire venir au ...