Retour sur… Guingamp / PSG du 20 septembre 2003

Demain, le PSG se déplace au Roudourou pour y affronter Guingamp, la ville supportée par plus de fans qu’elle n’a d’habitants. L’occasion donc de recroiser la route d’Antoine Casque d’Or Kombouaré. Etonnants sixièmes, les Bretons profitent de l’excellent travail de Jocelyn Gourvennec, désormais à Bordeaux, et de l’ancien entraîneur parisien. Des performances bien loin de cette saison 2003-2004 où l’EA Guingamp débutait sa quatrième année dans l’élite et devait faire avec les handicapants départs de Florent Malouda et Didier Drogba. Retour sur Guingamp / PSG du 20 septembre 2003.

E.A. GUINGAMP – PARIS ST-GERMAIN 0-2 (0-0)
17 497 spectateurs. Buts : Fabrice Fiorèse 64′, Pedro Pauleta 71′

L’équipe de Guingamp : Ronan Le Crom – Fabricio Fuentes, Auriol Guillaume (Milovan Sikimic, 81′), Blaise Kouassi, Nicolas Laspalles – Claude Michel, Christophe Le Roux (Stéphane Carnot, 76′), Jérôme Leroy, Ricardo Cabanas – Pierre-Yves André, Moumouni Dagano  Entraîneur : Bertrand Marchand

L’équipe du PSG : Lionel Letizi – Talal El-Karkouri, Frédéric Déhu, José-Karl Pierre-Fanfan, Gabriel Heinze – Selim Benachour (Paulo César, 84′), Lorik Cana, Modeste M’Bami – Fabrice Fiorèse (Bernard Mendy, 74′), Pedro Pauleta (Bartholomew Ogbeche, 81′), Branko Bošković  Entraîneur : Vahid Halilhodžić

 

Le PSG veut concurrencer l’OL, double champion de France, et tout démarre ce soir. Le PSG efficace de cette saison qui le verra finir deuxième à trois points de Lyon naîtra ce soir-là, au Roudourou. Selim Benachour, titulaire surprise, sera d’ailleurs le grand artisan de cette victoire. Pour l’anecdote, le club de la capitale est le premier à avoir évolué sur cette pelouse puisque, le 20 janvier 1990, Guingamp alors en national avait convié le PSG à inaugurer son nouveau stade (victoire 1-0). Auparavant, c’était au stade du Montbareil que l’EAG évoluait. Tout démarre à peu près bien pour le PSG. Pedro Miguel Pauleta, bien lancé par Branko Boskovic, repique dans l’axe mais Ronan Le Crom est bien placé. Jérôme Leroy côté droit va tenter d’inquiéter son ancienne équipe mais sa frappe est stoppée par Lionel Letizi. Quelques instants plus tard, Boskovic place une tête lobée qui trompe le futur portier parisien Ronan Le Crom et passe entre la transversale et le crâne de Nicolas Laspalles (8ème minute). Malheureusement, Fabrice Fiorèse est signalé hors-jeu, lui qui se trouvait, blessé, au point de penalty.  Le pressing constant du PSG et des automatismes bien rodés permettent au PSG d’étouffer Guingamp, bien aidé par un Benachour qui offre caviar sur caviar. Suite à un corner, Gabriel Heinze tente d’enchaîner au point de penalty mais Le Crom est sur la trajectoire. Modeste M’Bami peut ainsi lancer en profondeur Pedro Miguel Pauleta mais sa frappe est contrée in-extremis par un défenseur breton. Passablement énervé suite à l’annulation de son but, Boskovic perd pied et commet coup sur coup deux fautes chacune sanctionnée d’un jaune. Dans un premier temps il tacle Claude Coco Michel les deux pieds décollés et, quelques secondes plus tard, il détourne la balle de la main. Le Serbe est exclu dix minutes avant la mi-temps et laisse donc les siens à 10 contre 11. Mais Paris n’abdique pas et trois minutes plus tard, Pauleta retente sa chance mais Le Crom repousse bien le ballon. L’arbitre de la rencontre, monsieur Ruffray, siffle la mi-temps et le PSG rentre aux vestiaires. Le club de la capitale domine, maîtrise, mais ne marque pas. Pas encore.

Le retour sur la pelouse est pourtant moins bon. Moumouni Dagano est mal servi par Laspalles mais centre bien pour Ricardo Cabanas qui manque sa tête plongeante. Dagano encore lui tente une frappe de loin peu de temps après mais n’accroche pas le cadre. Le PSG peine et semble brouillon. Pourtant, c’est dans cette période d’incertitude que le PSG va ouvrir le score. Fabrice Fiorèse prend le cuir côté gauche, combine avec Pauleta qui lui remet en profondeur en une-deux. Fiorèse ouvre bien son pied et de l’intérieur trompe Le Crom (0-1, 64′). Dans la foulée, Christophe Le Roux contrôle poitrine et enchaîne sur une volée qui flirte avec la lucarne. A peine sept minutes plus tard, le club de la capitale continue ses offensives, incitant Blaise Kouassi à faire faute dans la surface sur Pauleta suite à un très mauvais dégagement du portier au cardigan. Le Portugais prend ses responsabilités, s’élance et vient tromper Le Crom (0-2, 71′). Jérôme Leroy, alors prêté à Guingamp, va bien tenter de redonner espoir aux siens mais son rush solitaire n’aboutira pas. L’arbitre siffle la fin du match, et la belle saison parisienne est lancée face à un adversaire qui lui avait pourtant fait très mal quelques mois auparavant (défaite 3-2 après avoir mené 0-2). Le PSG finira deuxième, l’En Avant Guingamp 18ème et retournera donc en Ligue 2, mais sous les ordres d’Yvon Pouliquen cette fois-ci.

2003-04 J7 EAG-PSG 0-2 par eaguingamp19121
Réactions :

Vahid Halilhodzic (PSG)
« Nous avons réalisé un match exemplaire en ajoutant la manière aux occasions. Il était important pour nous de l’emporter ce soir et d’empocher ainsi une seconde victoire consécutive. Le PSG va mieux, et nous allons pouvoir enchaîner les matches avec plus de sérénité. Cette victoire nous apporte bien plus que trois points. Réduits à dix pendant plus d’une heure, mes joueurs ont fait preuve d’une solidarité exemplaire. »

Bertrand Marchand (Guingamp)
« Après l’exclusion de Branko Boskovic nous avons plus déjoué que joué. Je ne suis pas content de mes joueurs. Après cette exclusion, ça a été un non-match de notre part. On a eu peur de gagner. Nous n’avons pas le droit de commettre autant de fautes défensives directes qui amènent des buts. Les joueurs sont des professionnels, ce n’était pas leur premier match en Ligue 1. Nous ne sommes pas là pour faire les beaux et réaliser des matches inconsistants. Je les ai secoués dans les vestiaires après la rencontre, même si je sais qu’ils sont malheureux ce soir. »

Fabrice Fiorèse (PSG)
« C’est décidément une pelouse qui me réussit bien. Cette victoire arrive à point nommée pour redonner confiance au groupe. Je suis content pour Pedro, il m’offre le premier but et inscrit le second. Nous devons maintenant enchaîner avec un bon résultat dès le week-end prochain face à Auxerre. Nous nous attendons à une rencontre difficile, mais ce soir il y a de quoi être optimiste. »

Pedro Pauleta (PSG)
« Je n’ai jamais douté. Cette rencontre va simplement m’apporter un peu plus de confiance. Il est primordial de marquer pour un buteur. Nous avons produit ce soir un match complet aussi bien défensivement qu’offensivement. Même à dix, nous avons produit du jeu. Je suis très content. »

Jérôme Leroy (Guingamp)
« Nous avons trop déjoué ce soir. Même à onze contre dix nous ne nous sommes pas procurés d’occasions. C’est une énorme déception. »

Sources : paris canal historique / archives paris football / psg.fr / L’Equipe / Enavantguingamp.fr

À propos Quentin Polin

49 plusieurs commentaires

  1. Sélim Bénachour…

  2. J’ai kiffé cette saison !

  3. La sale équipe de traîtres (a posteriori bien-sûr)

  4. J’avais zappé que Leroy était parti à Guingamp. Boskovic le poisseux, un but refusé et derrière une expulsion bête.

  5. Quel beau maillot aussi !

  6. Disqus me déteste ce soir ou quoi ?

  7. Lorik la salop.e. Le club à tout fait pour accueilli sa famille, les papiers le logement. Et ça se termine en menace à moutier pour partir chez les sardines. Avec Fiorèse c’est la pire des trahison qu’on ai eu

  8. Conceicaoooooooooo

    • C’est marrant comme un bonne entraineur change tout.

      • c’est surtout marrant comme les joueurs se bougent le cul dès que y’a un nouveau coach !

        • Malgré le corporatisme des entraîneurs Français aidés par des médias sans scrupules un entraîneur étranger va peut être sauvé Nantes de la relégation.Et pourtant aucun média n’a osé critiquer cet entraîneur qui emmenait Nantes en ligue 2. Non ils préfèrent critiquer un entraîneur étranger qui est 3 eme

          • C’est aussi par ce que la majorité des français s’en branlent de Nantes.

            On serait à leur place avec un entraineur français ils nous en mettrait plein la gueule quand même.

            Y’a des clubs « médiatiques » et d’autres moins.

            Unai en prend plein la gueule par ce que le corporatisme aime pas trop les entraineurs qui ne sont pas du cru (encore plus quand ils ont un palmarès et/ou une bonne réputation), mais avant et surtout par ce que c’est le coach du PSG.

          • oui ok paris n’est pas aimé et se fera toujours critiqué mais bizarrement beaucoup d’équipes commencent à aller chercher des entraîneurs étrangers ce n’est pas anodin

          • Bah ils se rendent compte que le recyclages des dinosaures incompétents style Girard, Baup, Antonetti…ça commence à bien faire.

  9. Don Diego de la Vega

    Pfff…quand je vois ces tuniques…
    Rendez nous notre maillot, bordel !!!!

  10. Don Diego de la Vega

    Fabrice Fiorèse…Fabrice Fiorèse…

  11. Tonton Zola - Keep Emery

    La belle époque, une époque où notre buteur pouvait s intégrer dans des une-deux pour lancer les ailiers. Ça laisse rêveur.

  12. Conceicao en français du lourd, come on Unai cours accélérés là durant la trêve

  13. Praud….. Quelle plaie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée