Revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce lundi 19 décembre 2016.

“La nouvelle défaite du Paris Saint-Germain à Guingamp samedi (1-2) pourrait être celle de trop pour Unai Emery. Plusieurs entraîneurs sont déjà cités pour le remplacer, six mois seulement après son arrivée, écrit l’AFP. Le journal Le Parisien évoquait hier les pistes italiennes menant à Roberto Mancini et Fabio Capello, tandis que TF1 parlait du Néerlandais Louis van Gaal. Rien n’a filtré de la direction du PSG, mais les sonnettes d’alarme commencent à carillonner en chœur du côté de la capitale, entre les déjà quatre défaites à la mi-saison, l’écart croissant de points avec les deux autres membres du podium (Nice et Monaco) et enfin la perspective d’une élimination dès les 8es de finale de C1, par le FC Barcelone. […] Il est vrai qu’Unai Emery a aussi pâti des circonstances, liées à un recrutement raté ou aux blessures d’Adrien Rabiot et Javier Pastore. Le PSG pourrait du coup se montrer actif lors du mercato hivernal. Mais la question se pose désormais de savoir s’il concernera, aussi, le poste d’entraîneur…”

“Unai Emery, la greffe ne prend pas, affirme L’EquipePendant les vacances de Noël, il avait prévu de se replonger dans ses cours de français, interrompus depuis quelques semaines en raison de l’enchaînement des matches. À moins que d’ici là, après Lorient, mercredi, son sort ne soit scellé. Le PSG n’apparaît jamais en capacité de renverser des scénarios défavorables. Après avoir été mené au score, Paris n’a gagné qu’une fois sur huit. L’argument du manque de leaders à même de secouer le groupe est valable. […] Emery n’est pas parvenu à faire intégrer le principe fondateur de sa méthode : le pressing constant. Ce déficit donne l’impression d’un bloc qui se délite. Entre des défenseurs adeptes du recul frein, des milieux relayeurs trop hauts et des éléments offensifs qui ne défendent pas à l’exception de Cavani, irréprochable dans l’engagement. Cela donne un bloc fragile. Le technicien ne parvient pas à faire émerger d’autres buteurs que Cavani.”

“Ce n’est pas encore une catastrophe industrielle mais cela en prend le chemin. Si la seconde partie de saison est du même acabit, le PSG ne sera même pas qualifié directement pour la prochaine Ligue des champions, prévient Le ParisienA deux jours du dernier match de l’année face à Lorient au Parc des Princes, la direction du club donne l’impression de naviguer à vue, en plein brouillard et sans boussole. Un comble, alors qu’un nouvel entraîneur a justement été embauché l’été dernier pour redonner un nouveau cap après la fin des années Ibrahimovic. […] Pour le PSG, Unai Emery ne peut porter seul la responsabilité des résultats. C’est juste : ce n’est pas de sa faute si Di Maria est en crise tout seul depuis le début de saison et si Thiago Silva n’est pas un cadre fiable. En revanche, c’est de sa faute de ne pas avoir réglé le cas Di Maria plus tôt et trouvé une solution de substitution à l’absence de leadership du capitaine. Ses expérimentations tactiques sidèrent et son coaching laisse songeur.”

La crise la plus grave depuis QSI ? Oui affirme le quotidien francilien : En décembre 2014, le PSG connaît la même semaine ses premières défaites : à Barcelone (3-1) en Ligue des champions et à Guingamp (1-0) en L 1, avant un nul contre Montpellier (0-0) au Parc et une reprise catastrophique en janvier à Bastia (4-2). Quatre matchs sans victoire mais une séquence a priori moins violente. Menacé, Laurent Blanc annonce un changement de management et redresse rapidement les résultats.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée