#BP « De Blaise à Matuidi » par Erwan

Nous vous proposons depuis plusieurs mois d’être un « Blogueur Parisien » (lire ici), Erwan nous propose un premier billet.

[Celui-ci, comme tous les autres, de tous les blogueurs, n’engage que son auteur. Canal Supporters ne relaie pas, ne valide pas, ne censure pas, il propose un point de vue de supporter, son analyse, sa grille de lecture, vous disposez, analysez, jugez. Pour que vive le débat. Bonne lecture.]

Si je devais définir Blaise Matuidi en une action, ce serait lors d’un PSG – LYON saison 12/13. Au cœur du froid, l’homme aux poumons d’or, délivre le Parc avant la mi-temps dans un match plus que crispant. Sur une contre-attaque bien sentie, Matuidi avale l’espace libre plein axe, pendant que sur le côté droit, d’un crochet qui démonte les reins de Lovren façon meuble IKEA, le grand suédois adresse un centre au point de penalty d’où surgit Blaise ! D’une tête pleine d’envie, il ne laisse aucune chance à l’infâme et vulgaire Vercoutre. Ce soir la Paris gagnait 1-0 en même temps que Blaise gagnait les cœurs.

Qu’il était beau notre Matuidi, plein d’allant et d’énergie, quelle fierté de voir un joueur se donner corps et âme pour nos couleurs. Rien à foutre de ses erreurs techniques, de ses choix de passes douteux, de ce squelette démantibulé prêt à tomber, tenu en équilibre par des bras écartés. La pieuvre et ses multiples tentacules ne sera jamais Dahleb ou Verratti pas même Susic ou Pastore. Qu’importe jeunes gens, si Blaise a choisi football alors qu’il était destiné à l’athlé ! Tel Dustin Hoffman dans Marathon Man, Matuidi galope comme personne sur les prés des mauvais pâturages made in Ligue 1. D’après la légende, certain dise encore qu’il ne courrait plus mais qu’il volait. Tout était pardonné pour ce joueur moche à voir mais qui forçait le respect !

De ce joueur attachant que l’on appelait par son prénom, comme le bon pote que l’on aimait présenter à son entourage avec sourire, quasi fièrement, depuis deux ans maintenant il n’en reste rien. Celui que l’on appelait Blaise se nomme à présent Matuidi, presque caché aux yeux des autres comme ce copain devenu gênant. Cador du vestiaire Parisien, couronné de fleurs et de lauriers, titres en poche bien mérités, jamais volés, notre héros de guerre parade à présent plus qu’il ne bouge. Décoration militaire sous l’écusson, Matuidi est le vieux soldat plein de bravoure, monté en grade mais obligé de rester au front.

Fatigué d’accélérer le jeu de transition, de prendre les espaces et de réaliser des dépassements de fonctions, lasse de cavaler pour quatre quand l’humain moyen peut courir seulement pour un, Matuidi se traîne, peine à se retrouver dans un statut d’officier. Lui le bon soldat tente de jouer un jeu qu’il n’a pas. Sans technique ni précision, le Blaise déçoit, frustre à en devenir pénible et énervant ! Avec un pied gauche souvent aussi bon que celui des droitiers, avec une course aussi lente qu’un unijambiste dans un fauteuil roulant face au vent, Blaise est moqué, raillé et à juste raison !

Mais ne doutez en aucun cas un seul instant qu’il n’en ait pas conscience. Cet été, Blaisou le bien aimé était aux portes de la Vieille Dame mais finalement stoppé ! Nasser qu’a tu fais ?! N’as-tu pas senti cette odeur de pâté ?! Notre pieuvre se transformait petit à petit en poulpe, proche de passer de la case héroïque à joueur pathétique, dont les noms durant les mauvaises années se sont accumulés. Par ta faute président et à ton sentimentalisme dégoulinant, tu prives notre marathonien d’un truc improbable où nul à la vue de ses qualités footballistique, n’aurait parié et imaginé une telle sortie !

Don Sallustre joué par Louis de Funès dans La Folie Des Grandeurs, n’aurait pas renié ces mots : Oh mon Blaise ! Qu’il est bon et brave ce Blaise !

Alors tient le coup Matuidi, jette tes dernières forces dans la bataille, lutte au mieux de tes capacités et surtout part vite tant qu’il est encore temps. Aide ceux qui t’ont aimé naturellement ou comme moi par la force, à garder de toi une image propre du gladiateur que tu as été !

Blaise Matuidi bravo à toi, merci pour tout ! Mais surtout bon vent…

À propos Redaction

x

Check Also

Dupraz : « Emery a gesticulé et vociféré autant que moi »

Pascal Dupraz, entraîneur du TFC, est revenu sur RMC sur le match du Parc des Princes ...