Cavani pourra-t-il détrôner Ibrahimovic ?

Cette saison « je joue à un poste que j’aime, que j’apprécie, je suis le numéro 9, c’est mon poste de prédilectionC’est juste ça, un Cavani qui est à un poste où il se sent bien, » expliquait l’intéressé il y a une semaine face aux caméras de Téléfoot (lire ici).

Après le doublé d’Edinson Cavani offrant la victoire face à Nantes (2-0) en Ligue 1 samedi, le capitaine parisien Thiago Silva, se permettait lui de déclarer dans les colonnes du Parisien, qu’« Edi pourrait marquer plus de buts qu’Ibra parce qu’il lui reste du temps et qu’à chaque match qu’il joue il se crée des occasions. »

D’humeur zlatanesque depuis le début de la saison, Edinson Cavani est actuellement le deuxième meilleur buteur d’Europe avec 26 buts en 26 matchs derrière Lionel Messi (28 buts en 26 matchs). Sur le point de prolonger son bail avec le Paris Saint-Germain, la question qui se trouve sur toutes les lèvres des observateurs : Peut-il faire tomber le record historique de 156 buts fixé par Zlatan Ibrahimovic ?

L’échec Maradona, Pauleta en ligne de mire

 Il s’était déjà frotté au record d’une légende nommée Diego Maradona, à Naples. Mais il n’avait jamais pu dépasser les 115 réalisations historiques de l’Argentin avec les Partenopei, restant bloqué à 104 unités. À l’époque, les rumeurs louaient même au président du club campanien, Aurelio De Laurentiis, de ne pas avoir retenu Edinson Cavani avant son transfert pour Paris, afin que ce dernier ne puisse pas faire tomber le record de l’éternel numéro 10, Maradona, pour qui le numéro ne sera d’ailleurs jamais plus attribué au club.

Depuis son arrivée dans la capitale française en 2013, Cavani n’a pas baissé de régime, et a fait du chemin sous ses nouvelles couleurs. S’offrant tour à tour les Georges Weah, Raï et autres Safet Susic, tous tombés sous les buts de l’Uruguayen dans la hiérarchie des meilleurs buteurs du PSG. Déjà détrôné par un certain Zlatan Ibrahimovic la saison passée, la légende parisienne Pedro Miguel Pauleta et ses 109 buts vont désormais être rétrogradés à la troisième place du podium des meilleurs buteurs de l’histoire rouge et bleu, puisque El Matador se retrouve à 2 petits buts de l’Aigle des Açores.

À l’ombre de Zlatan

Excentré sur les flancs ou utilisé en neuf et demi jusqu’au départ du Suédois pour Manchester United l’été dernier, Cavani a enfin pu retrouver son poste de prédilection de numéro 9, qu’il revendiquait publiquement depuis son arrivée. Et au vu de son efficacité actuelle, ses sautes d’humeur médiatiques auxquels nous étions habitués les saison précédentes, commencent à se faire valoir. À l’ombre de Zlatan depuis son arrivée il y a quatre saisons maintenant, l’Uruguayen a souvent été jugé nonchalant devant le but, vendangeant des occasions, ou se mettant davantage au service de l’équipe, accumulant les efforts défensifs propres à lui-même, et oubliant parfois de marquer. Pourtant se sont bien 81 « pions » en 148 apparitions au côté d’Ibrahimovic que le renard parisien avait placés dans les cages adverses, quand le Blågult a laissé son compteur à 156 en 196 apparitions, soit 4 saisons sous la tunique parisienne pour le Suédois. À présent ce sont 49 unités qui distancent les deux hommes.

Une prolongation qui lui permettra de détrôner Ibrahimovic ?

Oui, « Ibra » a placé la barre très haut, mais peut-être pas suffisamment pour « Cava » qui, à moins d’un revirement de situation, devrait poursuivre l’aventure parisienne la saison prochaine. Lui qui est sur le point de prolonger son bail. Même s’il est peu probable qu’il puisse faire trembler les filets 49 fois d’ici la fin de la saison, une saison supplémentaire devrait pouvoir suffire au buteur de métier qu’il est pour rétrograder le géant suédois à la deuxième place du podium.

À propos Karim Bachelez

Expériences en Colombie et à Taïwan. Bilingue espagnol, anglais, de très bonnes notions en mandarin. Parisien de naissance, PSG dans l'âme.
x

Check Also

Verratti : « Leonardo a démontré qu’il comprenait bien le football »

Leonardo, ancien directeur sportif du PSG, a fait savoir hier, dans le Corriere dello Sport, ...