Matuidi : « La Juventus, j’ai hésité à un moment donné »

Invité du Football Show sur beIN Sports, Blaise Matuidi est revenu sur l’actualité chaude du Paris Saint-Germain et notamment sur le match nul face à l’AS Monaco hier soir. Voici la retranscription complète.

La confrontation face à Monaco
« Les ailiers de Monaco, Lemar et Bernardo, rentraient souvent à l’intérieur. Cela nous a gênés dans la récupération du ballon parce qu’on voulait aussi les chercher mais ce n’était pas évident. Avec Adrien (Rabiot), si on allait chercher haut, il y aurait eu de l’espace derrière. Leurs latéraux jouent aussi très haut. Ils ont des bons joueurs de qualité. On n’a pas vu le meilleur PSG non plus. On était en-dessous de notre niveau habituel. Ce nul est critiquable, on a des regrets surtout en ayant ouvert le score. On avait fait le plus dur. » 

Sa performance individuelle face à Monaco
« On était à trois au milieu et dont trois gauchers. Adrien peut évoluer à droite et moi à gauche. Thiago était en pointe basse. On a essayé de varier, moi d’aller de temps en temps à droite pour mettre Adrien dans les meilleures conditions. C’est à nous sur le terrain d’évoluer suivant la physionomie du match. Je n’ai pas fait un très bon match par rapport à ce que je peux faire. J’aurais pu participer plus au jeu. J’avais l’impression d’être parfois très haut. A moi de rectifier le tir. Quand Monaco avait le ballon, il fallait défendre bas. On ne savait pas s’il fallait sortir sur leur milieux ou rester bas. Honnêtement c’est une très belle équipe. Il faudra compter avec eux sur le titre. Rien n’est joué. On n’a pas vu le meilleur Paris, nous sommes unanimes là-dessus. C’était important hier mais ce n’est pas le pire des résultats. On va tout faire pour recoller et repasser devant. C’est notre objectif. »

Ses consignes personnelles
« Elles n’ont pas changé. J’ai le même rôle dans ce 4-3-3 où je peux me projeter. C’est vrai que c’est avec un peu moins de réussite que ces derniers temps. Les adversaires nous connaissent mieux aussi. Je peux toujours me projeter et apporter du soutien aux attaquants. J’aimerais être plus décisif qu’actuellement mais, dans le jeu, je n’ai pas de frein et j’ai toujours la même liberté. A moi de continuer d’aller de l’avant, centrer et marquer aussi. »

Ses inspirations
« Jay-Jay Okocha m’a fait vibrer. Mon papa m’a donné la chance de le voir joueur. J’adorais ses transversales. Je l’ai découvert à la Coupe du Monde 1998. Ce qu’il a fait à Paris était super. Ramires, quand j’étais à Saint-Etienne, je regardais les matches européens. Il m’impressionnait. J’aimais le voir jouer sachant qu’on avait le même style de jeu. Je le prenais comme exemple pour mon évolution. Enfin, Jean Tigana, quand j’ai commencé ma carrière, Jean-Marc Furlan me disait que je lui faisais penser à lui. Ce n’était pas de mon époque mais j’ai regardé quelques vidéos de lui et il avait raison. Mais le numéro 14, c’est un pur hasard. »

Rumeurs à la Juventus cet été
« Il y a eu des discussions. Il y a eu un intérêt. Au retour de l’Euro, il y a eu des discussions avec mon agent et le club aussi. Je voulais savoir la situation du coach qui avait changé au PSG. Une fois que j’ai discuté avec lui, c’était assez clair. Il fallait ensuite régler certaines choses avec les dirigeants. Honnêtement, j’ai hésité à un moment donné. Je suis très heureux aujourd’hui au PSG. C’est du passé et je suis fier d’être au PSG. J’espère porter les couleurs parisiennes le plus longtemps possible. »

La cohabitation sur le côté gauche avec Julian Draxler
« Il s’est très bien intégré. Il connait le football, il est aussi international allemand. C’est un joueur qui a beaucoup de qualités techniques avec une bonne vision du jeu. Ça ne fait pas si longtemps qu’il est là mais il s’est bien adapté. Il est déjà décisif et c’est ce qu’on lui demande aussi. Il aura besoin de temps pour connaitre toute l’équipe. Mais il démontre déjà de très belles choses donc c’est un plus pour lui. »

>> Retranscription Canal Supporters ©

À propos Grégoire Anne

x

Check Also

OM / PSG : Pas de supporters parisiens à cause du « contexte très tendu dans les banlieues »

Les supporters parisiens auraient dû être 500 à se présenter au Vélodrome dimanche prochain, comme le ...