Pancrate : « Jouer pour le PSG était un rêve d’enfant qui se réalisait »

Fabrice Pancrate, attaquant du PSG de 2004 à 2009, connait bien le futur adversaire du PSG pour avoir également évolué à Nantes. Mais c’est bien au club de la capitale qu’est attaché le joueur désormais à la retraite et c’est avec fierté qu’il est revenu sur ses années parisiennes pour le site officiel du club.

« Les trois F : fierté, famille et football ! Jouer pour ce club était un rêve d’enfant qui se réalisait. J’ai eu des hauts et des bas, mais ce club représente autant de choses dans ma vie de footballeur qu’au fond de moi, dans mon cœur. Il y a ici une atmosphère que l’on ne retrouve pas ailleurs. Quand mon agent m’a annoncé que le club s’intéressait à moi… Je n’avais plus de mot ! J’ai même cru à un canular… Quand on m’a assuré que c’était sérieux, je ne répondais plus de rien. Je n’ai plus joué jusqu’à ce que le transfert se conclue, par peur de me blesser ! Pour moi, Parisien de souche, revenir chez moi, dans le plus grand club de France… au-delà d’une fierté, c’était un rêve qui se réalisait. »

Et comme beaucoup de joueurs de son époque, l’un de ses meilleurs souvenirs reste cette victoire en finale de la Coupe de France face à Marseille le 29 avril 2006 : « La victoire en Coupe de France en 2006 ! On sortait d’une saison mi-figue mi-raisin, avec notamment l’éviction de Laurent Fournier, remplacé par Guy Lacombe. Il y avait une grosse attente des supporters, car nous étions décrochés en championnat.  La Coupe de France était donc une chance. C’était la finale rêvée ! Il y avait une grosse effervescence autour de cette rencontre. Avant le match, chaque jour était compté. Personne ne voulait se blesser à l’entraînement. La concurrence battait son plein car tout le monde voulait jouer ce match, au Stade de France, devant 80 000 supporters. Cela restera un moment magique. Il y avait une ambiance de feu. Sur le terrain, même côte à côte, on ne s’entendait pas ! »

À propos Quentin Polin

x

Check Also

Roger-Petit admiratif de la communication de Ben Arfa qui vise Emery sans citer son nom

Bruno Roger-Petit est assez admiratif de la communication maîtrisée d’Hatem Ben Arfa, qui évite les ...