Retour sur… Bordeaux / PSG du 14 janvier 2014

Comme chaque veille de match, Canal Supporters vous propose de revivre la même affiche mais quelques années auparavant. Autres joueurs, autre époque, autre football, voici les ingrédients souvent retrouvés à travers cette rubrique. Demain, le PSG se déplace à Bordeaux pour affronter des Girondins bons sans être rayonnants. Si sur un match couperet tout est possible, les hommes d’Unai Emery seraient bien inspirés de se remémorer ce quart de finale il y a trois ans. Beaucoup de joueurs sont d’ailleurs toujours au PSG, raison de plus pour ne pas oublier ce match qui aurait pu se transformer en piège. Pourtant, le match semblait déséquilibré sur le papier puisque l’équipe de Bordeaux était en difficulté depuis le début de la saison tandis que celle du PSG était en pleine forme et caracolait en tête. Retour sur Bordeaux / PSG du 14 janvier 2014.

F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1-3 (0-1)
29 250 spectateurs. Buts : Javier Pastore, 45′ + 1 ; Poko, 48′, Adrien Rabiot, 85′, Blaise Matuidi, 88′.
L’équipe de Bordeaux : Cédric Carrasso – Julien Faubert, Paulo Henrique, Lamine Sané, Lucas Orban – Landry N’Guémo (Grégory Sertic, 89′), Abdou Traoré (Ludovic Obraniak, 89′), André Poko, Nicolas Maurice-Belay – Guillaume Hoarau (Henry Saivet, 75′), Diego Rolan. Entraîneur : Francis Gillot
L’équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Marcos Marquinhos, Zoumana Camara, Thiago Silva, Lucas Digne – Adrien Rabiot, Marco Verratti (Blaise Matuidi, 79′), Javier Pastore – Lucas Moura, Zlatan Ibrahimović (Edinson Cavani, 46′), Jérémy Ménez (Ezequiel Lavezzi, 79′). Entraîneur : Laurent Blanc

C’est un PSG modifié dans les grandes largeurs qui affronte ce soir les Girondins de Bordeaux en quarts de finale de Coupe de la Ligue, avec seulement quatre titulaires du dernier match au coup d’envoi (Sirigu, Thiago Silva, Rabiot, Ibrahimovic). C’est au même stade de la compétition que le PSG s’était incliné la saison dernière face à l’AS Saint-Etienne (0-0, 5-3 tab). Le club de la capitale reste sur deux déplacements victorieux tandis que les Girondins viennent d’être défaits 0-1 face à Toulouse. D’entrée de match, Marquinhos réalise un grand pont sur Lamine Sané et tente sa chance dans un angle fermé mais sa frappe passe au-dessus des cages de Cédric Carrasso. Les deux équipes coup sur coup bénéficieront d’un corner que la défense contrôlera bien. Mais Bordeaux semble insister côté gauche et Landry N’Guémo obtient d’ailleurs un coup-franc, bien excentré, en tentant de forcer sur ce côté. Diego Rolan se charge du coup-franc en tentant le centre tendu que repousse bien des poings Salvatore Sirigu. Mauvais début de match pour ce PSG remanié qui multiplie les mauvais choix et les longs dégagements devant. Les Bordelais enchaînent les corners, mettant sous pression la défense parisienne. Heureusement pour les hommes de Laurent Blanc, Thiago Silva coupe bien les offensives adverses et Zoumana Camara fait ce qu’il à a faire et le fait bien mais les hommes de Francis Gillot se démènent, à l’image d’un Lamine Sané omniprésent et d’un Guillaume Hoarau qui veut se montrer face à son ancien club. Mais les Parisiens vont se rebeller par l’intermédiaire de Javier Pastore, auteur de l’un de ses meilleurs matche sous le maillot parisien. L’Argentin sert parfaitement Zlatan Ibrahimovic qui, à la lutte avec Julien Faubert, décoche au point de penalty une volée du droit qui trompe Crrasso. Malheureusement, l’arbitre signalera un hors-jeu et refusera le but. C’est l’action qui va réveiller le PSG puisque Paris accélère quand Bordeaux freine. Sur coup-franc, le Suédois du PSG trouve le poteau bordelais suite à une lourde frappe déviée par le mur girondin. Mais, une minute plus tard, Ibrahimovic sert Lucas qui accélère, dribble Lucas Orban à droite de la surface de réparation et sert un Pastore libre de tout marquage. L’Argentin reprend du droit et trompe Cédric Carrasso (0-1, 45’+1). El Flaco retrouve le chemin des filets 9 mois après avoir marqué face à Evian. Il était temps et cela permet au PSG de rentrer aux vestiaires avec un but d’avance.

De retour sur la pelouse du Stade Jacques Chaban-Delmas, le PSG est de nouveau remanié puisque Edinson Cavani a pris la place de Zlatan Ibrahimovic à la pointe de l’attaque parisienne. Un changement qui n’aura pas d’effet immédiat puisque ce sont les Bordelais qui, d’entrée, égalisent. Suite à une mauvaise passe de Marco Verratti, Adrien Rabiot perd le ballon à 25 mètres des buts de Sirigu. André Pokou, qui a récupéré le cuir, va au bout de son action et trompe du droit le portier parisien qui se retrouve lobé et impuissant (1-1, 48′). Très présent défensivement, Thiago Silva rentre dans une colère noire sur le terrain suite à cette perte de balle et exhorte les siens. Le PSG n’abdique pas et continue les offensives, plus ou moins timides. A l’heure de jeu toutefois, Jérémy Menez frappe bien mais Carrasso détourne la frappe de son futur coéquipier dans les pieds de Lucas Digne qui reprend immédiatement mais le portier bordelais a de bons réflexes et détourne sur son poteau la tentative du latéral parisien. D’un côté on a un Guillaume Hoarau méritant mais à court de forme, de l’autre un Edinson Cavani désireux de bien faire mais qui échoue dans la plupart de ses prises de balle, pourtant idéalement servi par un Pastore rayonnant. Nicolas Maurice-Belay pense redonner l’avantage quand il voit sa tentative prendre le chemin des filets mais Sirigu sauve sur sa ligne. Matuidi entre à la place de Verratti, Lavezzi remplace Menez et les Aquitains fatiguent. A cinq minutes de la fin du temps réglementaire, et alors que tous voyaient se profiler les prolongations, Javier Pastore prend l’axe et adresse un amour de passe en cloche pour Rabiot qui, malgré la pression de Orban, se rattrape de son erreur et donne l’avantage aux siens (1-2, 85′). Second but de la saison pour le jeune milieu de terrain qui avait déjà trouvé le chemin des filets face à Guingamp. Et le PSG ne s’arrêtera pas là puisque, à peine trois minutes plus tard, Pastore sert de nouveau Cavani qui, dans son malheur permet à Matuidi de marquer puisque l’Uruguayen rate son contrôle, le cuir file sur Matuidi qui ajuste tranquillement Carrasso (1-3, 88′). La messe est dite. Monsieur Ruddy Buquet siffle la fin du match et le PSG est le premier club à se qualifier pour les demi-finales d’une Coupe de la Ligue qu’il remportera aux dépens de l’Olympique Lyonnais (1-2).

Réactions :

Laurent Blanc, entraîneur : « Je pense que l’on a assez bien maîtrisé la première mi-temps, même si les conditions étaient assez difficiles pour bien jouer au football puisque le terrain était un petit peu dégradé. Mais si j‘ose dire, ce soir on a un peu tout fait. On a marqué les trois buts et on a donné pratiquement un but à Bordeaux puisqu’en gardant le ballon on le perd bêtement en milieu de terrain. En coupe, le principal c’est de se qualifier, c’est fait. On a évité les prolongations alors que l’on se dirigeait tout droit vers elles. C’est une bonne chose. On a proposé du jeu, on est venu s’imposer. On a voulu créer du mouvement, créer des occasions,  on a eu des situations de jeu intéressantes. On a été récompensé à la fin. »

Lucas Digne, latéral gauche : « On ne retient que la qualification, on continue sur notre lancée, c’est ce que l’on a fait donc c’est bien pour la suite. On était toujours confiant, ça s’est vu jusqu’à la fin. On a montré qu’on avait confiance et que l’on était serein puisque l’on a marqué dans les dix dernières minutes de jeu. On avait fait le plus dur en marquant le premier but, après on en a encaissé un mais on a su réagir et montrer que l’on avait un gros mental. »

Blaise Matuidi, milieu de terrain : « On savait que ça allait être un match compliqué à Bordeaux qui est une équipe difficile à jouer. Mais on a fait l’essentiel, à savoir se qualifier, et l’on a marqué des buts, ça c’est bien. Cela me fait toujours plaisir quand je marque, mais le plus important c’est l’équipe. Maintenant on et en demi-finale, il nous reste un match pour aller au Stade de France. Je n’ai jamais pu gouter aux joies d’une finale de Coupe donc pour moi cela serait quelque chose de bien. »

Javier Pastore, milieu de terrain : « Bordeaux a très bien joué en première mi-temps mais nous sommes restés concentrés et tranquilles. Les buts ont été marqués, c’est le plus important. Il fallait gagner. Je suis très content d’avoir marqué et offert une passe décisive, c’est ce dont j’avais besoin. Je me suis très bien senti et j‘espère que cela va continuer. »

Sources : L’Equipe / ArchivesParisFootball / Eurosport / 20 minutes / PSG.fr

À propos Quentin Polin

  • baloo

    Pastore respire tellement le football je me souviens de ce match … franchement il nous manque … il rend parfois a lui tout seul le match agreable . Lui et draxler ensemble ca pourrait tellement etre technique et beau … esperons que l’on puisse voir ca au moins une fois

    • psgforever

      et avec marco tu oublie lol

      • baloo

        Oui bien sur mais marco c autre chose encore c un génie et j’adore le voir jouer … en meme temps pastore c’est l’elegance en plus … c le 10 a l’ancienne.. le maitre du tempo le quuaterback. J’ai une affection particuliere pour pastore et j’espere le revoir un jour sous le maillot parisien. C aussi parce qu’il est blessé que je suis nostalgique

        • psgforever

          on est d accord on adore les maestro l elegance et la beaute des gestes techniques

  • MarcoGufetto

    Sur le but de Matuidi c’est limite si le goal l’aide pas a marquer

x

Check Also

Jean Michaël Seri : « S’il y a un intérêt du PSG tant mieux, parce que ça me plairait de jouer avec Verratti »

Révélation niçoise cette saison, Jean Michaël Seri a livré un entretien à Onze Mondial dans ...