Retour sur… Rennes / PSG du 7 août 1999

Comme chaque veille de match, Canal Supporters vous propose de revivre la même affiche mais quelques années auparavant. Autres joueurs, autre époque, autre football, voici les ingrédients souvent retrouvés à travers cette rubrique. Demain, soir de Coupe pour le PSG qui se déplace au Roazhon Park pour y affronter le Stade Rennais lors de ces 16èmes de finale de Coupe de France. Ce sera d’ailleurs la première fois que ces deux équipes s’affrontent en Coupe car elles ne se sont, jusqu’alors, affrontés qu’en championnat. Comme ce soir d’août 1999 qui sentait bon la reprise. Retour sur Rennes / PSG du 7 août 1999.

STADE RENNAIS F.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1-3 (1-1)
14 857 spectateurs. Buts : Laurent Robert, 13′, L.Diatta, 31′ ; Mickaёl Madar, 52′ sur penalty, Laurent Robert, 90′.
L’équipe du PSG : Bernard Lama – Jimmy Algérino, Godwin Okpara (Aliou Cissé, 27′), Éric Rabésandratana, Nicolas Laspalles – Ali Benarbia, Pierre Ducrocq, Augustine Okocha (Édouard Cissé, 46′), Laurent Robert – Mickaёl Madar (Jérôme Leroy, 55′), Bruno Rodriguez. Entraîneur : Philippe Bergeroo

Le PSG s’avance vers son second match de la saison après avoir remporté le premier 1-0 face à Troyes. Les hommes de Philippe Bergeroo sont en déplacement cette fois-ci et ont rendez-vous au stade de la Route de Lorient, à Rennes. Laurent Robert et Ali Benarbia sont venus garnir les rangs parisiens et c’est donc un PSG ambitieux qui se trouve en Bretagne pour croiser le fer avec un ancien de la maison : Paul Le Guen, jeune entraîneur. Un allant offensif qui, d’entrée, va faire des dégâts chez les joueurs locaux. Un premier avertissement suite à un corner de Laurent Robert déposé sur la tête d’Ali Benarbia mais Grégory Malicki est solide sur ses appuis. Les Rennais vont aussi tenter leur chance suite à un raid de Shabani Nonda qui résiste bien à la défense parisienne et qui passe à Cédric Bardon. Seul face aux cages, le natif de Lyon manque sa frappe et voit son ballon passer au-dessus des cages presque vides. Dommage, puisque dans la foulée Mickaël Madar récupère le ballon à quelques mètres de sa surface de réparation et joue le double une-deux avec Ali Benarbia qui lui remet sur une longue ouverture. Mickael Madar accélère et prend de distance son vis-à-vis avant d’adresser un centre tendu en direction de Bruno Rodriguez. L’attaquant parisien est trop court mais Laurent Robert a bien suivi et, d’une lourde reprise de volée du gauche, trompe Gregory Malicki (0-1, 13′). A la demi-heure de jeu, le tristement célèbre Godwin Okpara se blesse et se fait remplacer par Aliou Cissé qui n’apportera pas la même rigueur tactique que le Nigérian et la mécanique parisienne ne semble plus aussi bien huilée. Ce qui permet à Lamine Diatta d’égaliser de la tête, profitant de la maladresse de Bernard Lama et le manque de pressing de l’équipe du PSG (1-1, 31′). Les locaux continueront leurs offensives. El-Hadji Diouf perfore la défense parisienne, déséquilibre l’organisation de l’arrière-garde du PSG et centre pour Bardon qui voit sa tête repoussée in-extremis. Les hommes de Philippe Bergeroo rentrent donc aux vestiaires avec un léger goût amer dans la bouche.

Mais le retour des vestiaires sera plus joyeux pour les Parisiens. Ali Benarbia délivre un bijou à Rodriguez qui est à la bataille dans la surface de réparation rennaise et obtient un penalty fortement discutable. Mickaël Madar est à la frappe, il tire et marque mais doit retirer puisque des Parisiens sont entrés dans la zone de vérité avant le départ du ballon. Madar frappe de nouveau et la balle passe parfaitement entre les gants du portier rennais et le poteau, ce qui permet au PSG de reprendre l’avantage (1-2, 52′). Shabani Nonda pense égaliser suite à un superbe numéro de soliste conclut par une frappe limpide pleine lucarne mais l’arbitre annule le but et revient à la faute commise sur le Rennais sans laisser d’avantage. Les Bretons fulminent et on peut le comprendre puisque sur un contre en fin de match, Laurent Robert déclenche une belle frappe croisée du gauche qui offre définitivement la victoire au PSG. Laurent Robert rayonne, le PSG brille et tout va bien, pour le moment, du côté de la capitale française. Le Réunionnais est même meilleur buteur de Division 1 ce soir-là avec trois buts, incitant Roger Lemerre à le sélectionner chez les Bleus quelques semaines plus tard.


Sources : archivesparisfootball / Rouge Mémoire

À propos Quentin Polin

  • bobo

    #FreeJuampi !

  • bobo

    Mais quand meme, merci pour le boulot Quentin !

  • Larsson – L’incorrigible
  • Exactmat

    HS: nouvelle recrue pour les feminines

    https://twitter.com/PSG_Feminines/status/826483827061170178

    • Larsson – L’incorrigible

      Elle est bonne

      • Dieu porte le numéro 10

        Clair net précis circoncis

        • Larsson – L’incorrigible

          8 buts en 9 matchs avec son club. Très bonne

          • Dieu porte le numéro 10

            Bonne stat, bonne chance à elle au PSG pour être aussi bonne

    • laf

      AndonoWAAAAAAHHHHHH !!!!!!!!!!

    • #GiovaniLoCelso#10Titulaire

      Belle bouiille 😍

  • Juju 78

    Bobo as-tu apprécié cette finale de Melbourne dimanche ? Que des coups ^droits en demi volé et de revers croisés n’est-ce pas ?^^

    • bobo

      Yes mec c’etait du haut niveau de folie !

      Et le 6-1 dans le 3e set, il marchait sur l’eau à ce moment là comme dans ses plus belles années.

      Et puis le 5e set..ba je me suis dit comme contre Stan, le 5e set va être de trop mais non il a trouvé les ressources mentales et physique les 2 fois.

      • Juju 78

        J’avoue que c’était d’un niveau assez incroyable, un pur régal tennistique, des échanges longs et intenses qui se finissaient toujours par un point gagnant, j’en pouvais plus d’applaudir sur mon canapé tellment c’était beau, lol. Au 5ème, j’ai crains le pire aussi d’autant qu’il se fait breacké d’entrée de set, et surtout qu’il rate 3 ou 4 balles de debreack le jeu suivant. Il y a eu au moins 2 jeux de services de Nadal où il arrivait pas à conclure alors qu’il s’offrait de nombreuses balles de breack systématiquement soit sauvées par un service gagnant de l’espagnol, soit d’un coup droit boisé ou d’une vilaine faute au milieu du filet. Et quand enfin il a réussi à débreacker puis est passé devant alors qu’il était si mal embarqué dans le set, je me suis dit qu’il n’a jamais touché de si près son 18ème GC et que ça allait enfin être la bonne alors qu’il restait sur 4 ou 5 finales de GC perdu depuis 2012 et sa dernière victoire à Wimbledon. ET ce fut le cas. Je pense qu’il fera d’ailleurs l’impasse sur la saison de Terre battue pour bien préparer SON tournoi

  • fon95200

    Ouaa c le fond du caniveau la les pubs dans les commentaires

  • Jerzy

    laurent robert, quel joueur

    • LP1709

      Quelle patte gauche !

x

Check Also

Verratti

Verratti : « Prendre une revanche à Montpellier »

En déplacement samedi à Montpellier avant de mettre le cap sur le match de Ligue ...