Revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce dimanche 15 janvier 2017.

« Julian Draxler n’a pas seulement offert la victoire (1-0) au PSG d’une frappe du droit délicieusement travaillée après un décalage de Verratti, il a aussi donné des gages aux dirigeants parisiens qui ont déboursé 38 M€ pour s’attacher ses services. Sous ses traits juvéniles perce déjà le masque d’un redoutable compétiteur qui n’entend pas jouer les utilités, écrit Le Parisien. Il y avait quelque chose de saisissant à le voir évoluer hier avec le PSG. Comme une évidence. Certes, l’Allemand a baissé de pied après la pause à l’instar de ses partenaires. Mais sur les 45 premières minutes, il est impliqué dans trois des meilleures occasions parisiennes dont celle aboutissant à son but. Surtout, il a combiné sans cesse pour trouver des décalages. La relation technique avec Verratti — qui l’a souvent cherché côté opposé — sonnait comme une évidence. Evidemment, cette intégration express convient parfaitement à Unai Emery. L’efficacité de l’Allemand est peut-être moins du goût de Di Maria, relégué hier sur le banc et qui n’affichait pas un franc sourire. »

Les notes du Parisien : Trapp 6 / Meunier 5.5 / Marquinhos 5 / Silva 5.5 / Kurzawa 5 / Verratti 7 / Motta 6 / Matuidi 4.5 / Lucas 4 / Cavani 4 / Draxler 7

Les notes de L’Equipe :  Trapp 6 / Meunier 6 / Marquinhos 5 / Silva 6 / Kurzawa 4 / Verratti 7 / Motta 6 / Matuidi 4 / Lucas 5 / Cavani 4 / Draxler 7

« Depuis son arrivée, Draxler séduit le vestiaire parisien par sa simplicité et sa bonne volonté. « Il parle déjà mieux français que Di Maria », se marre un habitué du Camp des Loges, commente L’Equipe. Il se pourrait d’ailleurs qu’il s’agisse de la seule nouvelle tête de l’hiver. Hier, Patrick Kluivert, le directeur du football du PSG, déclarait : « Je ne vais pas acheter un joueur pour acheter. Si on n’en trouve pas un qui améliore l’équipe, on n’achètera pas. » Il avait pourtant assuré, trois jours plus tôt, qu’il y « aurait une arrivée sûre, peut-être deux ». En attendant, Draxler offre déjà une nouvelle concurrence en attaque. Et hier, c’est Angel Di Maria qui en a fait les frais et s’est installé sur le banc avec un enthousiasme très limité ».

« Le mercato parisien n’est a priori pas terminé mais il porte déjà ses fruits, lit-on dans le JDD. Deuxième match officiel de Julian Draxler, acheté 36 millions d’euros à Wolfsburg cet hiver, et deuxième but tout en délicatesse. Sans être éblouissant, le champion du monde allemand a, lui, été bon, notamment dans sa relation technique avec Marco Verratti. Le milieu italien retrouve le niveau qui était le sien avant que sa pubalgie ne le coupe dans son élan. Passeur décisif, il aurait aussi pu bénéficier d’un penalty ; mais l’arbitre a estimé comme le gardien breton Benoît Costil qu’il était « par terre avant qu’il y ait quelque chose ». Si le PSG ne ronronne plus dans le jeu, c’est en partie grâce à lui. Si l’équipe parisienne retrouve le chemin de la victoire en déplacement, c’est qu’elle a arrêté de prendre l’eau à la moindre vague. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

PSG, Bayern, Celtic, Anderlecht : le point complet sur le groupe B

Pour cette cinquième journée de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain a conservé seul la ...