Dugarry : « Il n’y a pas quatre buts d’écart entre les deux équipes »

Christophe Dugarry a savouré le PSG/Barcelone, il salue la prestation parisienne mais…

« C’était la meilleure Saint-Valentin de ma vie. Un match comme ça il y en a un tous les dix ans. Supporter ou pas du PSG, c’était magique. Il faut être fier de ce match. Cette raclée a fait le tour du monde, en Italie on met en avant le travail d’Unai Emery, en Espagne on évoque le niveau des joueurs. Mais je suis d’accord avec Lineker, je n’imaginais pas voir le Barça perdre aussi misérablement, ce qui n’enlève rien à ce que le PSG a fait. C’est surprenant de voir un PSG aussi grand mais aussi de voir un Barça aussi nul ! Pour moi il n’y a pas 4 buts d’écart entre les deux équipes. Il faut avoir cette lucidité là. C’est important parce que le PSG peut en prendre quatre au Barça s’ils font un match de touristes comme les Catalans à Paris. Attention, les supporters ! Si le PSG a mis 4-0 à Barcelone, eux aussi peuvent mettre un 4-0 à Paris avec Messi, Suarez et Neymar, attention !! Nous quand on avait battu le grand Milan, c’est parce qu’ils nous avaient pris pour des quiches, ils étaient venus en touristes, a commenté sur RMC l’ancien attaquant. Je ne pensais pas que Kurzawa, Kimpembe ou Di Maria seraient capables de jouer à ce niveau. Emery ? Il n’y a rien eu de spécial au niveau tactique, à part peut-être Cavani et Busquets. Ce pressing haut, on le voit de plus en plus, rien extraordinaire. Mais il a fait passer son message aux joueurs. Il était agité à la Simeone sur le bord du terrain. Maintenant on sait tous qu’on peut embêter le Barça comme ça… en pressant. Ce qu’ils ont pu faire parce que Zlatan n’est plus là. Mais calmons-nous, le PSG avait battu le Barça avec Laurent Blanc, un meilleur Barça. Ce n’est qu’un match. Et attention au match retour encore une fois ! »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Niort perd son invincibilité contre le Red Star, Grange suspendu contre le PSG

Les Chamois Niortais n’avaient plus perdu depuis 10 matches à domicile. A l’heure d’accueillir le ...