Focus #14 Mustapha Dahleb, le Fennec qui a conquis la capitale

Régulièrement, Canal Supporters vous propose de revenir sur la carrière d’un joueur passé par le PSG. Pour ce 14ème numéro, nous avons retracé la carrière sportive de Mustapha Dahleb, mais également les passages de sa vie qui ont fait l’homme qu’il est. Focus sur Mustapha Dahleb.

Né à Bejaïa en Algérie le 8 février 1952, Mustapha Dahleb voit le jour en Kabylie. Mais tôt, très tôt, la famille Dahleb émigre en France, dans les Ardennes. Ayant trouvé un emploi dans la région, Dahleb père s’installe d’abord avec femme et enfants à Flohimond, commune à la frontière franco-belge. Tout d’abord adepte du cyclisme, le jeune Mustapha se met au football à l’âge de dix ans. Avec une technique et une rigueur athlétique au-dessus de la moyenne, le jeune Algérien se fait rapidement repérer par l’UA Sedan-Torcy, club phare de la région renommé par la suite CS Sedan-Ardennes. Là-bas il tape dans l’œil de Louis Dugauguez, futur sélectionneur de l’équipe de France. Monsieur Louis est le bâtisseur du club dans sa grande époque, et l’entraîneur tombe littéralement sous le charme de Mustapha Dahleb. Il lui fait alors signer, à seulement 14 ans, un contrat pro stagiaire. A l’époque, l’Algérien devient le plus jeune joueur de l’histoire à disposer en France de ce type de contrat. Alors en plein dans une formation d’électrotechnicien, Mustapha abandonne les études pour se consacrer à sa passion, le football. Au grand malheur de son papa, peu enclin à voir son fils quitter les siens pour taper dans un ballon, mais l’aîné des huit enfants Dahleb le convainc, et, durant huit ans, Mouss se formera à Sedan avant de devenir professionnel en 1969, à l’âge de 17 ans.

1969. Les débuts de Mustapha Dahleb dans cet impitoyable monde du football. Mais à l’époque, ce sport ne requiert pas l’attention mondiale. Le football colle encore aux valeurs de cet homme. 1969. L’année où Mustapha Dahleb aurait pu inaugurer son armoire à trophées, dès sa première saison, mais son club échoue en demi-finale de la Coupe de France face à Bordeaux (0-0/4-3). Cette saison, l’Algérien débute donc son aventure dans le football professionnel. Il joue son premier match de Division 1 face au SCO d’Angers à seulement 17 ans et dix mois. Malheureusement, ce sera sa seule apparition dans le championnat de France et il ne jouera pas plus les deux saisons suivantes puisqu’il ne participera en tout et pour tout qu’à trois matches. Son histoire avec Sedan prend une pause sur ces statistiques puisqu’il devra rejoindre l’Algérie en 1971 afin d’effectuer son service militaire. Direction la terre de ses premiers pas, retour à la maison.

L’histoire peut apparaître anecdotique. Venu seulement deux jours, pour récupérer son sursis militaire, Mouss se voit incorporer par un militaire plutôt malin. Ce n’est donc pas deux jours qu’il restera sur sa terre natale, mais deux ans. En Algérie, Mustapha Dahleb rejoint le CR Belcourt (renommé Chabab Riadhi Belouizdad), l’un des meilleurs et plus prestigieux club du pays. Au début, il n’a pas la confiance du coach mais, au fil des matches, s’affirme, inscrit 12 buts en 20 matches et remporte la Coupe du Maghreb des clubs champions. Ses performances attirent l’œil de la sélection militaire algérienne et participe à son premier match le 24 novembre 1971 face à la Libye. C’est en septembre 1973 qu’il revient à Sedan et qu’il explose enfin. Durant cette saison, il inscrira 17 buts en 27 matches mais ne pourra empêcher la relégation de son club en seconde division. C’est à ce moment-là que le PSG se lance à l’assaut du joueur et compte bien profiter de la descente de Sedan pour sauter sur l’occasion. Le club de la capitale n’est pas seul sur le coup puisque le Real Madrid, Anderlecht et Reims sont sur les rangs. Mais la capitale est belle, et le club également. L’histoire d’amour avec le PSG va commencer…

C’est donc lors de l’été 1974 que Mustapha Dahleb débarque au PSG sous les ordres de Just Fontaine. Premier record pour l’Algérien : son prix d’achat. C’est pour un montant de 1,35 millions de francs, une somme encore jamais atteinte en France à l’époque, qu’il rallie Paris. Si sa première saison est excellente, celle du PSG l’est bien moins puisque le club de la capitale termine quinzième de Division 1. Mais Dahleb impressionne grâce à ses 13 buts en 29 matches. Sous les ordres de Just Fontaine, l’Algérien est bon, très bon, mais c’est dirigé par Velibor Vasovic qu’il deviendra excellent. L’entraîneur yougoslave replace Mustapha Dahleb en meneur de jeu, et l’international algérien rayonne. Élu en 1977 meilleur joueur étranger à évoluer en France, il devient le pilier de ce beau PSG et, face à l’OM qu’il aide à étriller 5-1, il dédie la victoire à Daniel Hechter, démis de ses fonctions et dont il est très proche. C’est dans la tribune que le meneur de jeu offrira le ballon du match à son ami.

« On dis que quand Dahleb ne jouait pas au Parc, la Tour Eiffel se Penchait de chagrin. »

Francis Borelli


En 1982, Mustapha Dahleb, numéro 15 floqué dans le dos, participe à la CAN organisée en Libye mais ne marque pas. C’est la troisième fois que les Fennecs participent à cette compétition et, cette année, se hissent jusqu’en demi-finale mais perdront face au Ghana, futur vainqueur. Lors de la petite finale, les Algériens perdront face à la Zambie et termineront quatrième. Ce qui peut toutefois s’apparenter à une bonne prestation puisque le duo des sélectionneurs Guennadi Rogov-Mohamed Maouche n’est plus à la tête de la sélection seulement quelques jours avant le début de la compétition et c’est donc Mahieddine Khalef qui est à la tête de l’Algérie. Un scénario réitéré il n’y a pas si longtemps que ça au passage…

L’histoire avec le PSG sera si belle qu’il sera le capitaine des premiers trophées parisiens. En 1982, le club de la capitale soulève sa première Coupe de France en battant l’AS Saint-Etienne de Michel Platini après un match d’anthologie (6 tab à 5 suite à une égalisation arrachée en toute fin de prolongation). Décidément, cette saison 1981-1982 sera particulière pour Dahleb puisqu’il sera de la partie pour participer à la Coupe du Monde. Le Parisien brille en phase de poules face à l’Allemagne, ou plutôt la RFA. Une victoire qui, avec stupéfaction et effroi, finira en fait par éliminer les Algériens car il provoque le célèbre « Match de la honte ». La RFA affronte l’Autriche dans un match qui décidera du sort de l’Algérie puisqu’une petite victoire allemande suffit à qualifier les deux nations germanophones et ainsi éliminer les Fennecs. Dix minutes de jeu et un but de Horst Hrubesch plus tard, les 22 joueurs se livrèrent à un jeu de passes inoffensif durant l’intégralité de la rencontre. Honteux, scandaleux, peu d’adjectifs permettent de qualifier ce semblant de match, ce manque de respect. Une supercherie austro-germanique. Et les Algériens rentrent à la maison. Et Mustapha Dahleb rentre à Paris.

Revenons-en au PSG où l’exploit de la Coupe de France sera réitéré un an plus tard en décrochant une seconde Coupe face à Nantes. Une nouvelle ère de trophées qui rime avec les premiers émois européens du Paris SG. Le PSG de Mustapha Dahleb, lors de la saison 1982-1983, se qualifie jusqu’en quart de finale de la Coupe des Coupes. Malheureusement, les Parisiens se feront éliminer face au club belge de Waterschei malgré une victoire aller 2-0 devant 49 575 spectateurs, record d’affluence du Parc des Princes. Le premier grand rendez-vous européen de ce club encore si jeune. Ce sera l’avant-dernière campagne européenne de Mustapha Dahleb puisque, en 1984, il quittera le club à qui il a tant apporté. Le club qui lui a aussi tant apporté. Si le chapitre se clôture, le roman d’amour semble encore aujourd’hui être une histoire sans fin. Dix ans. Dix ans au PSG. Cela semble utopique de nos jours, presque une hérésie aux yeux des nombreux mercenaires qui parcourt le monde du football tels des intérimaires du sport. 310 matches, 98 buts dont 85 en Division 1, le cinquième meilleur buteur du PSG toutes compétitions confondues. Beaucoup de matches certes, mais pas assez, Mouss souffrant d’un genou fébrile et enchaînant souvent les blessures.

« J’ai un faible pour Mustapha Dahleb qui a marqué son époque. Il avait un talent exceptionnel, c’est un créateur qui a le profil des joueurs dont on parle aujourd’hui comme Messi. Dahleb avait du génie avant tout, il était capable de tout. C’est le meilleur joueur de l’histoire du PSG. »

Raymond Domenech

Histoire de finir sur une note ensoleillée, aux goûts d’azur, Mustapha Dahleb s’engage à l’OGC Nice, alors en Division 2. Le temps d’une saison, le temps d’aider le club à retrouver l’élite. Il est temps pour l’amoureux du Parc de prendre sa retraite et de retrouver la ville de ses exploits, de ses émois, de ses amours. Il s’installe donc en région parisienne et aide l’insertion des jeunes en participant à des actions caritatives. Techniquement et physiquement hors-norme, Mustapha Dahleb était clairement un joueur un part, sûrement né dix ans trop tôt. En 2001, il est d’ailleurs élu Fennec du Siècle (meilleur joueur algérien de tous les temps), en 2003 il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur par Jacques Chirac. En 2004, il reçoit l’étoile d’or algérienne par le magazine Compétition. Il est et restera l’un des tous meilleurs joueurs de toute l’Histoire du PSG et, ad vitam eternam, restera dans le cœur des Parisiens. Il était une fois un Fennec qui conquis la Capitale. Et bon sang, que l’histoire fut belle.

Les précédents « focus » sur les anciens Parisiens
Focus #9 : Julio César Dely Valdés, buteur aux dents en or
Focus #10 : Jérôme Alonzo, une histoire de famille
Focus #11 : Pierre Ducrocq, Rouge et Bleu devant l’Eternel
Focus #12 : Jean-Marc Pilorget, le recordman rescapé
Focus #13 Carlos Bianchi, le grand buteur esthète du PSG

À propos Quentin Polin

  • Mystérion 😶🐠🐳

    belle histoire.
    Je vais être franc, je ne met pas Dahleb dans mon classement des meilleurs joueurs de l’histoire du PSG, n’étant pas encore supporter quand lui y était et n’ayant vu de lui que des bribes de matchs.
    Mais comme Suzic, il a clairement une place à part au club, vu comment les anciens en parle encore.

    • Spreewell

      Moi j’y étais en tant que supporter mon premier match au parc en 1982 c’était un magicien

    • trophili

      Je l’ai connu et même très bien à cette époque. Un garçon intelligent, réservé, discret…et un footballeur exceptionnel. Ayant la chance de connaitre le PSG depuis sa création ( ou la malchance parce que l’age !!) je suis d’accord pour dire qu’il fait partie du top 5 des plus grands joueurs de notre club. Simplement c’était le début et cela fait très très longtemps

    • laf

      SVP : SUSIC avec un « S » !!!!!!!!!!!!!!!

      • kz95

        Oui mais tu restes impardonnable pour la Machin plus haut sur CET ARTICLE !!!

    • pauleta28

      oui il a sa place, j’étais abonné a l’époque avec la carte des 10 plus gros matchs ( les anciens se rappelleront)quel dribbleur, patte gauche de malade !

  • laf

    HS

    C’est l’anniversaire de ce gars là aujourd’hui !!!!!!!!!!!!

    https://uploads.disquscdn.com/images/c449577b4780f1ea0ae7f1911e89c06d61f7723adddb4b2d22e4839529b81815.jpg

    • Mystérion 😶🐠🐳

      quel horreur…

    • Najbox

      Stambouli ?

      • seum73

        Rudi

    • kz95

      Mais non pas sur cet Article, M’Enfin !!!

    • Romi « YaQueUnaïQuiM’aille »

      Sergent Garcia ^^

    • Tophe – Pourquoi ???????

      J’ai vomi.

    • JohnSwaine

      Quand il parle on dirait qu’il est en train de muer. Mais une sardine n’a rien à faire sur l’article d’une légende, j’ai eu la chance de le voir jouer.

    • Augustinito #Poux triste

      53 ans cette année et l’année prochaine, après une saison à l’om, 65 ans.

    • tidav974retrouvelesourire

      Dire que c’est un essonnien…wtf 😨

  • kz95

    J’ai envie de pleurer !!!
    Quentin, je t’ai déjà remercié et félicité pour tes Focus mais là, les qualificatifs et autres superlatifs ne seront pas assez nombreux !!!
    MERCISSSSSS !!!
    Très bien écrit encore une fois et un élément que je porte à la connaissance du Fofo concernant Mr Dahleb, c’est qu’il a pris la tête d’une association en Algérie pour faire la Lumière sur la CM 1982 et demander réparation !!!
    Beaucoup de joueurs sélectionnés à l’époque de cette CM ont eu des maladies et des enfants naît par la suite avec de graves problèmes suite à un probable dopage d’État en collaboration avec les Russes …
    Intégrité, Modestie et Humilité caractérise en plus de tous ses qualités Footballistiques, ce Très Grand Monsieur !!!

    • Quentin POLIN

      Vu ta photo je comprend ton émotion! Mustapha Dahleb, je l’ai découvert vers mes 15 ans, je n’ai fait que m’intéresser à son parcours ensuite. Un très grand.

      • kz95

        Mille et un RESPECTSSS à toi et te signaler également que ton intervention avec l’autre abruti et son post débile me conforte dans l’idée de la Personne que tu es !!!

  • Mystérion 😶🐠🐳

    a quand le portrait de Christophe Landrin, ou d’Alioune Touré ? ^^

    • Quentin POLIN

      Je pensais à David hellebuyck

  • JohnSwaine

    Merci Quentin pour ces rétros qui rappellent de bons souvenirs. Surtout n’arrête pas.Les meilleurs articles de CS.

    • Quentin POLIN

      Merci infiniment !

  • pauleta28

    Mouss tu m’a fait rêver au parc !! purée qu’est ce que c’est loin tout ça..

    • loul

      Tu l’as dit. En partie à cause de lui que je suis passé du rugby au foot.

  • pauleta28

    le plus beau de tous les maillots !!

    • Quentin POLIN

      On est d’accord

    • tidav974retrouvelesourire

      Mais carrément, sans discussion aucune, y’a pas photo.

    • Parinho

      Je l’ai toujours, et ce n’etait pas du papier à cigarettes, des maillots qui tiennent chaud.

  • Olivier M.

    Mouss et son pied gauche magique !
    Un an de plus que moi !
    Que de souvenirs de ce PSG adolescent qui ravivait la flamme du foot parisien bien éteinte depuis la disparition du Racing Club de Paris, club de mon enfance.
    Ses deux 1ères victoires en Coupe en 82 et 83.
    Avec deux matchs inoubliables contre les Verts de Platini puis les Canaris de José Touré et son but « brésilien ».
    Que d’émotions de revoir ces photos avec Carlos Bianchi.
    Tous les deux revêtus du maillot Hechter.
    Le seul.
    Le vrai.
    Tellement pur face aux tristes et moches contrefaçons d’aujourd’hui.
    Merci Quentin pour ce bel article.

    • Quentin POLIN

      Merci à toi pour cet agréable commentaire.

      • eafoot

        t’aurais pu souligner que c’était un dribbleur hors pair:-))
        Merci et félicitations pour faire ces billets plein de nostalgie.

  • Marco_Verratti10

    Magnifique article. Bravo monsieur ! Connaître l’histoire de son club est primordial. Le PSG n’est pas né avec la Qatari mais bien avant.

  • tidav974retrouvelesourire

    Mais c’est de la pure jouissance ce genre d’article 😱😱😍😍😍 merci Quentin vraiment. Merci. Revoir ce monument du PSG avec ce si beau maillot c’est juste MAGNIFIQUE!!!

    • kz95

      Et dire qu’il y a 2/3 jours tu me disais que tu appréciais mon Avatar et qu’on échangeait sur cette Belle Époque !!! MAGIQUE !!!

      • tidav974retrouvelesourire

        Quentin a dû nous lire c’est pas possible autrement!!! Lol

        • kz95

          MDR !!! Il est BON ce Quentin !!! En 48h Chrono , il te fait un Super Focus !!!

        • Quentin POLIN

          ahah non je suis dessus depuis deux semaines

          • tidav974retrouvelesourire

            tu fais un sacré boulot pour nous permettre de revenir sur l’histoire des joueurs ayant écrit l’histoire du club

  • FredOise

    Superbe article, bravo. Dire que j’ai eu la chance de jouer une mi-temps contre lui lors d’un match ou il participait avec le Variété Club de France. Il jouait ailier gauche, moi arrière droit. Malgré sa dizaine d’année de plus que moi et une jolie bedaine, il m’a mis dans le vent a 2 ou 3 reprises sans toucher le ballon, sur des feintes de corps hallucinantes. Ce mec avait un talent de dribbleur hors norme. Par exemple son déboulé en finale de coupe contre Nantes ou il élimine 4 nantais (de mémoire). Par contre, je ne me souviens plus du tout qu’il avait un « physique hors norme ». Je ne le trouvais ni rapide ni costaud. Au contraire, je pestais qu’il soit très fragile, nous privant trop souvent de son talent inouïe. Ma memoire me joue des tours ?

    • kz95

      Salut mon FredOise !!!
      Le problème a toujours été son genou, après est ce que les petits bobos musculaires étaient en compensant sur l’autre jambe ???
      Je t’avoue que je sais plus !!! Sinon je t’envie que tu aies la chance de jouer contre Lui !!!
      A l’occasion faudrait qu’on échange plus longtemps, ça fait longtemps que j’ai pas lu tes interventions !!!

      • FredOise

        Salut kz. Je te remercie. Tu as raison, je n’interviens plus car j’ai changé de taf depuis 6 mois, je n’ai plus le temps. Je me contente de parcourir les sujets et lire quelques reactions dans les transports en commun. Il faut vraiment que le sujet me touche pour je fasse l’effort de poster, et rres souvent, ca tourne un peu a la nostalgie de l’ancien supporter. Franchement, je n’ai jamais retrouvé l’émotion que je ressentais a cette époque des tous premiers titres. Je crois que même une victoire en LDC ne me provoquera pas autant de plaisir que ces 2 premières Coupe de France. Les plus jeunes ne peuvent pas comprendre …. lol

  • Parinho

    Ha quand on le voyait au Parc on l’appelait le patron. Et ses coups francs c’était quelque chose. Il a même joué avec Susic.

  • les vans

    <3

x

Check Also

De nouvelles photos du nouveau maillot du PSG

Il est désormais connu le nouveau maillot du PSG. Une version 2017/2018 loin du maillot ...