Retour sur… PSG / Barcelone du 15 mars 1995

Comme chaque veille de match, Canal Supporters vous propose de revivre la même affiche mais quelques années auparavant. Autres joueurs, autre époque, autre football, voici les ingrédients souvent retrouvés à travers cette rubrique. Demain, ce sera face à Barcelone que le PSG devra jouer. Un match qui s’annonce déjà épique et qui, dans le coeur des supporters, renvoie inlassablement à cette rencontre de l’ère Canal+ quand, pour la première fois de son histoire, le PSG l’emportait face aux Catalans. Retour sur PSG / Barcelone du 15 mars 1995.

PARIS ST-GERMAIN F.C. / F.C. BARCELONE  2-1 (0-0)
45 700 spectateurs. Buts : Bakero 49′, Raí Oliveira 72′, Vincent Guérin 83′.
L’équipe du PSG : Bernard Lama – José Cobos, Antoine Kombouaré, Patrick Colleter – Daniel Bravo, Paul Le Guen, Vincent Guérin, Valdo Filho – Raí Oliveira, George Weah, David Ginola. Entraîneur : Luis Fernandez
L’équipe du FC Barcelone : Carles Busquets – Albert Ferrer, Ronald Koeman, Miguel Angel Nadal, Sergi – Ivan Iglesias, Eusebio, José Maria Bakero, Gheorghe Hagi (Abdelardo 72) – Txiki Begiristain (Jose Mari 58), Hristo Stoichkov. Entraîneur : Johan Cruyff

Ils se sont quittés sur un match nul 1-1 à l’aller et les deux équipes se retrouvent donc ce soir de mars 1995 pour les quarts de finale de Ligue des Champions. Pour pallier aux absences d’Alain Roche suspendu et de Ricardo blessé, Luis Fernandez titularise Paul Le Guen et Antoine Kombouaré. Coup de l’entraîneur parisien, le quatuor Valdo-Raï-Ginola-Weah est pour la première fois titularisé en compétition européenne. Efficace, puisque d’entrée de match, El Magnifico déborde et adresse un centre pour Georges Weah dont la tête heurte la barre transversale. Dans la foulée, Hristo Stoïchkov centre pour personne mais son ballon flirte dangereusement avec la ligne de but de Bernard Lama. On retrouve rapidement les deux hommes puisque le Parisien tente sa chance sur une frappe tandis que le Barcelonais voit sa tentative stoppée par Paul Le Guen. A un quart d’heure de la fin d’une mi-temps équilibrée mais indécise, Raï transmet à Ginola qui pique sa balle mais cette dernière rebondit sur la barre transversale de Carles Busquets. Dans la foulée, Valdo centre pour Raï plonge et frappe de la tête mais le gardien catalan détourne sur le poteau. Le PSG prend l’ascendant sur les hommes de Johan Cruyff et Ginola centre au milieu de la surface de réparation. Busquets, surpris, détourne sur sa propre barre. Les deux équipes retournent aux vestiaires sur un score nul et vierge mais suite à une très belle première mi-temps.

 

De retour sur la pelouse du Parc des Princes, les Catalans prennent les débats à leur compte. Sur un coup-franc de Ronald Koeman, José Maria Bakero ouvre le score de la tête (0-1, 50′). A cet instant précis du match, le FC Barcelone est qualifié. Les Parisiens pensent rapidement égaliser mais David Ginola se loupe. Les Parisiens gardent la tête hors de l’eau suite à une parade de Bernard Lama face à José Mari. Cinq minutes plus tard, c’est le moment où le PSG se décide à briller. Sur un corner de Paul Le Guen, Raï reprend victorieusement de la tête et égalise (1-1, 73′). Bernard Lama continue de sauver les siens et permet aux Parisiens de continuer à espérer. Et de rêver puisque Valdo sert Vincent Guérin au milieu de terrain. Le milieu de terrain parcourt quelques mètres et, sur une frappe lointaine à ras-de-terre, permet au PSG de pendre l’avantage (2-1, 83′). Deux minutes plus tard, les Parisiens continuent de tenter d’aggraver le score mais Georges Weah ne conclut pas. Mais ce n’est pas peine perdue puisque l’arbitre de la rencontre siffle la fin du match. Le PSG se qualifie face au FC Barcelone, à la grande joie de tout le peuple parisien. Le club de la capitale vent de marquer un grand coup, y compris dans sa propre histoire personnelle.

Réactions : 
Luis Fernandez (entraîneur) : « Je suis un homme heureux ! On a vu un match d’une grande intensité, exactement ce que l’on aime voir sur un terrain de football. Ce fut un match fou, fou ! On a réalisé un exploit »

Michel Denisot (président) : « Ce soir, c’est ma plus belle émotion de président. C’est ma plus belle soirée, c’est encore plus fort que face au Real ! »

Sources : paris canal historique / archives paris football / L’Equipe / PSG.FR / Le Parisien

À propos Quentin Polin

x

Check Also

L’Argentine coule en Bolivie, Di Maria effacé pendant toute la rencontre

Le coup de tonnerre a eu lieu avant Bolivie / Argentine où la FIFA a ...