Revue de presse PSG : Infirmerie, concurrence, Verratti…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce lundi 6 février 2017.

« Le mercato hivernal a permis au PSG d’intensifier la concurrence en attaque. Unai Emery peut ainsi s’appuyer, comme à Dijon, sur des remplaçants désormais décisifs, observe Dominique Sévérac dans Le Parisien. Derrière le trio Lucas-Cavani-Draxler, qui a pour l’instant ses faveurs, Ben Arfa, Di Maria, Guedes, voire Pastore, s’il retrouve enfin durablement les terrains, peuvent prétendre jouer un rôle clé. « Ils sont tous dans l’esprit », souligne Unai Emery. C’est surtout Ben Arfa qui semble profiter le plus de cette dynamique. Sa polyvalence permet aussi à son entraîneur de faire évoluer son système. Des options dont Paris espère profiter contre Barcelone — sans Guedes, non qualifié —, et dans sa course poursuite derrière Monaco ».

« Kevin Trapp a repris l’entraînement en douceur, hier matin, rapporte L’Equipe. Il a effectué quelques exercices sur les pelouses avant de regagner les mains des kinés et de poursuivre les soins. A priori, le gardien allemand du PSG pourrait être disponible contre Barcelone et même rejouer à Bordeaux vendredi. Di Maria et Meunier ont imité leur coéquipier : reprise sur les terrains et fin de séance aux soins. En revanche, Pastore, victime de douleurs musculaires à la suite d’un exercice de frappes vendredi, est resté en salle. »

« Le PSG avec Marco Verratti et celui sans le petit Italien offrent deux visages vraiment différents cette saison. On préfère le premier, écrit Damien Degorre. La victoire du PSG à Dijon (3-1), samedi, n’occulte pas certaines difficultés rencontrées dans le jeu. Privés de Marco Verratti depuis une semaine, les Parisiens n’arrivent pas toujours à changer le rythme d’un match ou à varier les sorties de balle comme c’est le cas lorsque le milieu international italien est présent. Il y a son influence directe sur le jeu de son équipe, bien sûr, qui se lit à travers le nombre de ballons grattés, ses passes « Ligue des champions », les solutions offertes à ses coéquipiers ou sa manière d’éliminer l’adversaire. Mais il y a aussi son influence indirecte, qui se perçoit par le mimétisme de ses partenaires dans leur implication ou leur positionnement sur le terrain. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Unai

Emery : « On va demander à l’équipe de poursuivre cette progression à tous les matches »

Satisfait de la performance du Paris Saint-Germain face au Celtic (7-1), Unai Emery attend encore ...