Roger-Petit : « Pour Emery, enfin, les difficultés commencent ! »

Bruno Roger-Petit estimait que le PSG/Barça était un révélateur des capacités d’Unai Emery, un curseur qu’il recule à une demi-finale de Champions League.

« Emery superstar. Parfait. Après une telle victoire, qui ne le serait pas ? Mais un match ne fait pas le printemps. Une démonstration contre Barcelone non plus. Surtout quand on est le PSG et que l’on aspire à grimper, un jour, sur le toit de l’Europe, écrit le journaliste sur son blog Le Figaro. Emery n’est pas plus remarquable après la victoire contre Barcelone qu’il ne l’était avant. Non pas pour des raisons qui tiennent à sa personne, ses méthodes, ses coutumes et ses pratiques de gestion humaine, que chacun a le droit d’apprécier comme il le veut, selon l’idée qu’il se fait des choses du football, mais à raison des résultatsEntraîneur du PSG. Tous les paradigmes touchant alors au rôle de l’entraîneur changent. Paris est un autre monde. Une autre dimension. Une autre histoire. Regardez Laurent Blanc. En deux saisons l’homme a réussi un double grand chelem national et pourtant, il a été congédié. Emery, quoi que l’on pense de lui, la victoire contre Barcelone n’est qu’une étapeAu fond, pour qui veut bien évaluer la situation d’Emery au PSG, ce dernier est dans la même position que Laurent Blanc l’an passé. Il doit impérativement accéder à la demi-finale de la Ligue des Champions cette saison. La victoire contre le Barça n’est pas la fin de l’histoire, mais son début. D’une certaine façon, à l’image du Front populaire arrivant au pouvoir en 1936, pour lui, enfin, les difficultés commencent ! »

À propos Redaction

x

Check Also

Le premier extrait de l’interview de Ben Arfa qui va « parler à cœur ouvert »

Cantonné au banc des remplaçants, Hatem Ben Arfa ne vit certainement pas l’aventure parisienne escomptée. ...