DOSSIER – En renouant avec ses Ultras, le PSG a relevé le plus beau défi de sa saison

Il y a les titres, et puis il y a les célébrations qui vont avec. Il y a le PSG des transferts et des récompenses, et puis il y a celui de la ferveur et des fumigènes. Il y a ceux qui transpirent sur le terrain, et d’autres qui hurlent à plein poumon en tribunes et devant leurs écrans. Il y a les joueurs, et puis il y a les supporters. Et depuis plusieurs années, ces deux univers s’entrechoquaient du côté de la capitale française, faute de réconciliation.

Pourtant portés par deux même couleurs – ce rouge et bleu si prestigieux – club et amateurs se réservaient leurs émotions, chacun de leur côté, à défaut de partager à l’unisson. D’abord parce que certaines mesures liberticides ont empêché les plus anciens supporters de vivre leur passion dans l’enceinte des stades (suite au fameux plan Leproux, depuis 2010), puis parce que les rares mains tendues par le club ont été des échecs (en témoigne la tentative ratée de célébration du titre en 2013 avec les débordements que l’on connaît).

Parce qu’il a fallu du temps, au PSG, pour comprendre que les minorités violentes ne faisaient pas la majorité qui supporte. Il lui a fallu du temps pour comprendre aussi que la pacification totale du stade rimait aussi avec l’éradication de toute forme d’ambiance. Que le passé appartenait au passé, mais que les Ultras parisiens pouvaient aussi se conjuguer au présent et pourquoi pas au futur, avec un peu de volonté.

« C’est une vraie fausse bonne idée. Au PSG, ambiance a souvent rimé avec violence. Personne ne comprendrait que le club revienne en arrière après avoir solutionné ce grave problème. Il faut arrêter avec les énièmes chances données », jugeait pourtant Antoine Boutonnet, le responsable de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (il a quitté son poste début 2017), dans les colonnes de L’Equipe en juin 2016.

Cette volonté, pourtant, elle été initiée par le président du PSG, qui s’est parfois opposé à certains en interne pour ouvrir un peu plus les portes du club aux supporters historiques, et s’est ouvertement affranchi des consignes de la préfecture de police et de son responsable de la sécurité du stade, Jean-Philippe d’Halivillée. Parce qu’il fallait aussi revenir à des fondamentaux et que la réussite des joueurs, comme la visibilité d’un club, passent également pas son public, bien souvent. Matuidi comme Kurzawa ou Aurier, en se prononçant à plusieurs reprises publiquement pour le retour de ces supporters, ont en tout cas fait germer l’idée au sein du club.

En interne, on nous confie d’ailleurs que tous ont été dans cette volonté unanime de redonner une âme au Parc des Princes, une ferveur à l’un des clubs les plus prestigieux du continent, quitte à devoir redoubler de détermination face aux plus réticents. Notamment pour le président, qui n’a jamais baissé les bras devant des pouvoirs publics plus que sceptiques (en témoignent les 9 arrêtés préfectoraux qui ont interdit ces mêmes supporters de déplacements à l’extérieur cette saison).

Côté supporters, c’est la reconstitution d’une vraie association de supporters, via le Collectif Ultra Paris et sous l’impulsion de l’ADAJIS (Association de Défense et d’Assistance Juridique des Intérêts des Supporters), qui a été le déclencheur d’une nouvelle ère. Le CUP – réunion de plusieurs groupes parisiens et de supporters « lambda » qui souhaitent donner de la voix, s’investir socialement pour la ville de Paris, organiser les déplacements et œuvrer pour le retour des Ultras au sein du Parc des Princes – s’est tout de suite fixé des limites. Pour preuve, tous les adhérents (listés par le PSG) ont signé une charte de bonne conduite et se sont attachés à ne pas trop bousculer la direction parisienne, en attendant qu’elle s’assouplisse devant tant de compromis. Et le défi est relevé puisque peu à peu, après moult turbulences (boycott, négociations, apparitions et manifestations lors des rencontres des jeunes ou des féminines du club etc.), et de nombreuses discussions encadrée par l’ADAJIS, le PSG a enfin laissé les Ultras revenir.

« C’est grâce au président Nasser, il a été à l’origine de tout, même si nos actions pacifiques ont également dû jouer un rôle. Il a réussi à convaincre le préfet d’un retour des Ultras. Sans lui rien n’aurait été possible, il nous a fait confiance, et on le lui rend bien », nous a par ailleurs expliqué Wissam, l’un des leaders qui pilote le CUP.

Depuis octobre 2016, pied par pied, banderoles par banderoles, ce sont d’abord quelques dizaines, puis quelques centaines d’Ultras qui ont pu se réunir du côté de la tribune Auteuil du Parc des Princes, avant que les leaders autrefois refoulés puissent eux aussi revenir à la maison.
Le tout, au nez et à la barbe des services de sécurité du stade, et de la Préfecture de police, qui a tenté vainement de freiner ce come-back.

« Il y a des supporters ici, ce sont les joueurs n°1. C’est très important pour nous, on a tout fait pour et j’espère qu’ils vont continuer à venir à chaque match à domicile ou à l’extérieur », se réjouissait Nasser, au micro de BeIN Sports, en novembre dernier.

Alors en quelques mois, tout a changé. Les tambours et les mégaphones, longtemps bannis, sont revenus, tous comme les deux-mâts faits maison, qui fleurissent en tribunes. Le PSG, plein de bonne volonté, a mis a disposition du Collectif une estrade pour ses Capos, de la sono, pour lancer les chants, et a même recommencé à piloter les déplacements de supporters.

« Le PSG est aujourd’hui à l’écoute de nos besoins de base pour pouvoir animer notre tribune. Ils nous mettent en place des podiums et nous autorisent à venir aux avant matches afin d’installer notre matériel. Une certaine confiance commence à régner entre nous et le club« , nous confie Wissam, à ce sujet.

Depuis début 2017, le tournant est encore plus marqué, puisque les joueurs prennent désormais le temps d’aller saluer les virages après chaque victoire, et le collectif reprend même ses marques sur les tifos, d’abord contre Monaco en janvier, puis contre le Barça en février. Le jour de la Saint-Valentin, et face aux Blaugranas, les supporters avaient beaucoup d’amour et de passion à donner, mais aussi à demander de leurs « soldats ». Un vrai coup d’éclats pour lesquels les membres du CUP ont passé jours et nuits à penser, peindre et même coudre ces toiles d’un soir. Pas moins de 7h ont été nécessaires pour installer cette œuvre avant la rencontre, dans les allées du stade.

Le résultat est là : les joueurs ont brillamment relevé le défi catalan (4-0), et ont attribué, aussi, un peu de cette victoire à ce stade redevenu lumière. Un accomplissement pour ceux qui oeuvrent depuis des mois pour avoir le droit d’être eux aussi, acteurs de ce club.

Ce match là restera d’ailleurs comme un tournant dans la « collaboration » entre club et supporters, comme le symbole d’une symbiose que l’on n’avait plus vu depuis longtemps, entre pelouse et tribune. Comme une victoire gagnée à tous les niveaux.

D’ailleurs, preuve que les choses ont bien changé dans la capitale : l’interdiction de déplacement des Parisiens au Vélodrome, à l’occasion du bouillant OM-PSG, n’a en rien entaché la volonté nouvelle du CUP de faire vibrer la plus belle ville du monde. D’abord invité par le club lui-même à assister à l’entraînement et à rencontrer les joueurs, le bureau directif de l’association a ensuite pu démontrer tout son attachement aux valeurs retrouvées du PSG. Avant le départ des joueurs d’Unai Emery vers la cité phocéenne, ils étaient plusieurs centaines à s’être réunis au Bourget, d’où ils décollaient. Afin d’encourager, dans une ambiance que l’on ne connaissait plus, une équipe rechargée à bloc avant le choc de la Ligue 1. Le message était clair : donnez tout pour nous, et nous donnerons tout pour vous.

Alors forcément, rien de plus logique que de voir ces mêmes supporters présents de nouveau à l’aéroport, lorsque les Parisiens sont revenus avec un score électrisant dans leurs valises (5-1). Même s’il faisait froid, même s’il était 3h du matin, et même si ce n’était pas dans un stade : les Ultras étaient là, pour s’irriter la voix, pour célébrer cette communion retrouvée, pour remercier ceux qui les ont faits rentrer de nouveaux dans le cercle des grands publics de France. A coups d’accolades, entre deux fumigènes, de danses partagées, d’émotions retrouvées, les Ultras ont frappé un grand coup, ce soir là. Ils ont dit « nous sommes revenus ».

« C’était très important pour nos d’instaurer aussi cette relation de confiance avec les joueurs, de leur transmettre cette ferveur et cet amour du blason. Avant le Classico, nous n’avions pas de contacts avec les joueurs, mais une étape a été franchie depuis…« , nous explique d’ailleurs Wissam, l’un des leaders du CUP.

Et ce n’est pas pour rien que le PSG médiatise désormais cette nouvelle communion (il était encore inimaginable il y a quelques mois de voir des vidéos des Ultras sur le site officiel du club) : c’est parce que désormais, ce sont bien pour deux mêmes couleurs et main dans la main, qu’ils ont décidé de se battre et de soulever les trophées. Et parce qu’avec le retour de cette ferveur, Paris a déjà tout gagné cette saison. Qu’importe les trophées (bon, on ne dit pas non à un championnat et une Ligue de champions hein), qu’importe les adversaires, qu’importe le nombre de points : quoi qu’il arrive, cette saison, le PSG a gagné son public, et c’est déjà l’une de ses plus belles reconquêtes.

À propos Ambre Godillon

x

Check Also

L’Allemagne de Draxler en ballade face à l’Azerbaïdjan

Si l’Allemagne a encaissé son premier but depuis celui de Griezmann lors de l’Euro, elle ...