Grzegorz Krychowiak, sur sa situation au PSG : « J’essaye de rester optimiste, même si ça fait mal de ne pas jouer »

Il a coûté près de 35 millions d’euros au Paris Saint-Germain durant le mercato estival, et n’a pratiquement jamais été à la hauteur des attentes placées en lui. Pourtant, Grzegorz Krychowiak ne s’est jamais démonté devant la concurrence, continuant de fournir efforts sur efforts (jusqu’à demander à évoluer avec la CFA afin de garder le rythme) pour montrer sa détermination à Unai Emery, qu’il a suivi de Séville à Paris.

All I can do is work hard #work #PSG

Une publication partagée par Grzegorz Krychowiak (@grzegorz.krychowiak) le

Et alors qu’il a été titularisé pour la première fois de l’année à l’occasion du déplacement à Niort (2-0, 8e de finale de Coupe de France), l’international polonais a cédé sa place à un quart d’heure de la fin, sans avoir ni brillé ni été vraiment dépassé. Une situation compliquée pour le milieu de terrain de 27 ans, qui s’est finalement confié au micro de Sport.pl, un média polonais.

« Avec le PSG, ça a été tout le contraire d’avec Séville, je n’ai pas eu de matches amicaux, de préparation, du temps pour apprendre à jouer avec l’équipe. J’ai dû tout de suite monter dans le train en marche. Et ça n’a pas été facile pour moi d’apprendre quelque chose de nouveau, de passer à un autre style de jeu », a tenté d’expliquer le n°4 du PSG.

« Aujourd’hui je suis dans une situation difficile. Mais beaucoup de bons joueurs ont connu ça avant moi. Ce n’est pas à ça que je m’attendais, mais c’est un test, et je dois réussir à le surmonter. Je vais travailler et attendre de saisir ma chance. J’essaie de rester optimiste. Il n’y a pas d’autre choix que de continuer à travailler dur. Je suis en concurrence avec de très bons joueurs, et jouer dans un club comme le PSG demande du temps, pour s’acclimater au style de jeu. En fait, c’est moi qui vais décider si je joue ou pas, parce que si je montre au coach que je suis le meilleur sur le terrain, alors je jouerai. Mais tant que je ne lui prouve pas, je vais devoir continuer à travailler dur. J’aurai de nouvelles occasions de lui montrer et je devrai en profiter », a-t-il ensuite ajouté, visiblement déçu de sa situation.

« Partir après six mois n’aurait eu aucun sens »

« C’est la première fois de ma carrière que j’ai du mal à me faire une place dans l’équipe, mais j’essaye de continuer à travailler comme si rien n’avait changé pour moi. Comme je le faisais à Séville ou pendant l’Euro avec la Pologne. Je ne vais pas changer ma manière de voir ce métier, même si c’est un cap difficile à passer. Ça me met en colère, mais quand je me pose des questions sur ma situation au PSG, c’est sur le terrain que je trouve des réponses. C’est à moi de montrer que je peux faire mieux », a toutefois nuancé le milieu de terrain, qui veut rester optimiste.

« Je n’ai jamais pensé à partir, pour l’instant, ce qui m’intéresse c’est le présent. Partir après six mois n’aurait eu aucun sens. J’ai même évolué avec la réserve pour être prêt physiquement au moment de jouer avec l’équipe première. Je ne voulais avoir aucun problème dans ma préparation physique. Et puis, on joue beaucoup de matches et ça me laissera plus de chances quand mes coéquipiers devront se reposer. J’essaye vraiment de rester optimiste, même si ça fait mal de ne pas jouer. Je me dis que peut-être que ces quelques mois de repos me font finalement du bien après plusieurs années sans interruptions, un peu comme la pause que j’ai eu avant l’Euro 2016 à cause d’une blessure et après laquelle je suis revenu plus fort. Mais bon, je préfèrerai jouer, et ne pas essayer d’y trouver des avantages… », a finalement concédé Grzegorz Krychowiak, qui semble vouloir définitivement prouver dans la capitale française et ce, malgré les obstacles devant lui.

À propos Ambre Godillon

x

Check Also

Les sud-américains sont revenus, plusieurs joueurs ont ménagé leur entraînement

Le groupe était au complet aujourd’hui pour l’entraînement au Camp des Loges avec le retour ...