Focus #17 Jay-Jay Okocha, l’aigle qui a déployé ses ailes au PSG

Régulièrement, Canal Supporters vous propose de revenir sur la carrière d’un joueur passé par le PSG. Pour ce 17ème numéro, nous avons retracé la carrière sportive de Jay-Jay Okocha, mais également les passages de sa vie qui ont fait l’homme qu’il est. Focus sur Jay-Jay Okocha.

Les terrains bosselés comme terrain d’entraînement

Nous sommes le 14 août 1973. La température frôle la trentaine de degrés à cette époque-ci de l’année, à Enugu au Nigeria. Enugu, capitale de l’état d’Anambra ce matin de 1973. En dialecte nigérian, Enu Gwu signifie La ville sur la colline et c’est donc dans cette capitale au sol riche en charbon que naît Augustine Azuka Okocha. Né d’une mère somalienne, le jeune Augustine Azuka vit une une enfance modeste dans un pays où les coups d’État sont trop communs. Le Nigéria, indépendant depuis 1960, subit les affres des pays où tous veulent le pouvoir. Les guerres ethniques, raciales, agrémentent le paysage visible à travers les yeux de celui qui sera bientôt surnommé Jay-Jay par son frère. Le ballon rond semble être rapidement un exutoire et le jeune Augustine Azuka commence donc le football tout d’abord dans les rues de sa ville avec un ballon confectionné avec ce qu’il trouvait, puis au sein de l’équipe de jeunes du club local, l’Enugu Rangers International Football Club, club formateur de John Utaka, futur Lensois. Dans un entretien accordé à la BBC, il est revenu sur le football qu’il a découvert dans les rues d’Enugu : « Pour autant que je m’en souvienne, nous jouions avec n’importe quoi, avec n’importe quelle chose ronde que nous avions pu trouver, et chaque fois que nous avons réussi à obtenir une balle, c’était du bonus! C’était incroyable! » Son talent est déjà visible, mais ne dépasse pas les frontières des terrains bosselés du Nigeria. Et c’est donc à l’abri des regards qu’Okocha se perfectionne. Tout du moins jusqu’à ses 18 ans.

L’Allemagne, première terre d’accueil

Tout juste majeur, Jay-Jay Okocha fait un voyage en Allemagne pour rejoindre son ami Binemi Numa. Ce dernier est un modeste mais respecté joueur du VfB Borussia Neunkirchen. Le joueur a ses laissez-passers et permet donc à Jay-Jay de prouver sa valeur lors de différents entraînements. Il ne lui faudra que trente minutes pour taper dans l’oeil de la direction allemande qui lui propose un contrat dès le lendemain. Le Nigérian s’engage avec le Borussia et en devient rapidement un élément majeur. En troisième division, sa technique attire les regards des grands clubs allemands et après six mois et sept buts en 35 matches, il s’engage avec l’Eintracht Francfort.

 

 

 

Nous sommes donc en décembre 1991 quand Jay-Jay Okocha découvre la Bundesliga. Sa tonicité, ses dribbles déroutants, la puissance de ses frappes et la beauté de ses arabesques séduisent très vite. En Allemagne, le Nigérian devient une véritable star où il inscrit le but de l’année face au Karlsruhe d’Oliver Kahn.

Admiré par les supporters, respecté par ses pairs, Jay-Jay voit également les portes de la sélection s’ouvrir devant lui. Il fait ses débuts avec les Super Eagles en 1993 face à la Côte d’Ivoire (victoire 2-1). Une rencontre qui permet au Nigéria de filer aux USA pour la Coupe du Monde. Avant de rejoindre les Etats-Unis, la sélection participe à la CAN. Jay-Jay Okocha joue peu, ne marque pas et reste dans l’ombre d’Emmanuel Amunike, Daniel Amokachi et de Rashidi Yekini. Jusqu’aux demi-finales de la compétition, il joue peu mais, comme un symbole, il rayonne face à la Côte d’Ivoire et devient ainsi indétrônable au milieu de terrain jusqu’à la victoire finale. Direction les USA pour participer à la Coupe du Monde et sous les ordres du Néerlandais Clemens Westerhof, les Nigérians accèdent aux huitièmes de finale après avoir terminé premiers du groupe D. Les Super Eagles se feront finalement éliminés par les finalistes italiens sur le score de 2 buts à 1. Il est temps pour Jay-Jay de revenir en Allemagne afin continuer à briller.

En 1994, Jupp Heynckes débarque à l’Eintracht. Réputé ferme, l’entraîneur aura par moments maille à partir avec le Nigérian. Ce dernier, caractériel, n’aime pas les méthodes fortes de son entraîneur et lui fait savoir. Lui reprochant un entraînement tardif la veille d’un match face à Hamburg, Okocha refuse de jouer la rencontre. Alors que tout joueur se serait vu sanctionné, la popularité du Nigérian le protège. Okocha est adoré par la population de Francfort et certains politiciens, à l’image d’Andreas Von Schöller, n’hésiteront pas de tenter la récupération politique. Jay-Jay surfe sur la vague de sa popularité et se permet même de sortir un CD, sobrement appelé « I’m Jay-Jay », et qui se vendra à plus de 10 000 exemplaires.

Le milieu de terrain offensif restera en tout et pour tout 4 ans en Bundesliga et inscrira 18 buts en 90 matches en championnat mais également deux en Coupe de l’UEFA (en 14 matches). Lors de l’été 1996, Jay-Jay Okocha décide de quitter l’Allemagne pour rejoindre la Turquie et plus précisément le Fenerbahçe. Un transfert qui rapportera 3 millions et demi d’euros au club allemand. Une somme déjà jugée insuffisante à l’époque puisque le joueur touchait un peu plus d’un millions d’euros annuels (salaire très important au milieu des années 90).

Jay-Jay, figure en club et en sélection

Avant de rejoindre Istanbul, Okocha ira à Atlanta pour participer aux JO. Titulaire, il participe grandement à l’excellent parcours des siens. Ils éliminent le Brésil et battent, en finale, l’Argentin d’Hernan Crespo. Le Nigéria se révèle et fait peur, mené par Okocha, Oliseh et Taribo West. Une fois à Istanbul, Jay-Jay Okocha explose et devient rapidement l’un des joueurs les plus réputés du championnat. Dès sa première saison, il devient meilleur buteur du club avec 16 réalisations. Il était plus qu’un joueur, Okocha est devenu un people. Le Nigérian vend 300 000 euros les images de son mariage avec Nkeshi, mannequin dans son pays. Comme en Allemagne, le joueur en est presque idolâtré et prend même la nationalité turque et adopte le nom de Mohamed Yavuz. En Turquie, le joueur acquiert plus de régularité qu’en Allemagne, et devient également plus efficace. Il est de l’équipe qui fait tomber le géant mancunien à Old Trafford le 30 octobre 1996.

Véritable pilier du club stambouliote, il inscrit pas moins d’un but tous les deux matches (30 buts en 60 matches), soit les meilleures statistiques de sa carrière. Mais sa présence dans un championnat peu réputé, malgré le club historique qu’il défend, ne font pas encore de lui la star mondiale qu’il mérite d’être. Et pour cela, la Coupe du Monde 1998 devrait lui être utile. Et elle le sera.

D’une grande importance lors des phases de qualification, Jay-Jay Okocha permet de redorer le blason d’une sélection africaine alors estimée première à pouvoir remporter la Coupe du Monde. La blessure qu’il subit durant la préparation ne l’empêche pas d’être présent lors du premier match des Nigérians face aux Espagnols. La sélection brillera et finira première du groupe D devant le Paraguay, l’Espagne et la Bulgarie. Le Nigéria apparaîtra comme un vent de fraîcheur, écrasant leurs adversaires. Mais la hauteur des débats entamera fortement le physique des joueurs qui se feront malheureusement sortir en huitièmes de finale face aux Danois (4-1). Toutefois Okocha s’est encore un peu plus révélé et a donc attiré les regards des plus intéressés. Y compris le PSG.

« Le football est fait d’abord pour s’amuser et donner du plaisir » Jay-Jay Okocha

Jay-Jay Okocha, le Super Eagle fait son nid à Paris

Après l’élimination du Nigéria, Charles Biétry, directeur des sports de Canal+ et futur président délégué du PSG, fait part de son intérêt pour le spectaculaire et télégénique Jay-Jay Okocha. Il voit en lui le successeur de Rai et entame donc les négociations avec la direction de Fenerbahçe. Un accord est vite trouvé et le Nigérian rejoint le PSG pour quatre ans et pour un montant de 90 millions de francs (un peu moins de 14 millions d’euros), ce qui en fait à l’époque le transfert le plus cher de l’histoire de la Division 1 et le joueur africain le plus cher de l’histoire du football. Le départ ‘Okocha créé l’émoi à Istanbul et le club du Fener est alors assailli par les supporters stambouliotes. Et les débuts parisiens du joueur feront vite comprendre aux supporters l’admiration qui règne autour du Nigérian. C’est face à Bordeaux qu’il effectuera ses premières minutes. Il entre à la 76ème minute, récupère le ballon, dribble deux joueurs et frappe soudainement des 25 mètres. La frappe, lourde, trouve la lucarne d’ un Ulrich Ramé impuissant. Premières secondes, premier ballon, première frappe, premier but. Tout est dit. C’est le début d’une belle histoire entre Jay-Jay Okocha et le PSG.

Malheureusement, la beauté de son football se lie trop souvent avec une inconstance. Le Nigérian se blesse trop souvent, et quand il est apte il alterne l’excellent et le bien moins bon. Toutefois, son entente avec Marco Simone saute aux yeux. Au PSG, il peaufine son geste technique, le « Jay-Jay » (roulette du pied droit, puis feinte de roulette pied gauche enchaînée à une feinte de corps). Mais son inconstance peut entre autres être liée avec les problèmes sportifs et extra-sportifs du club de la capitale. La transition post-Canal+ est difficile pour le club de la capitale et cela se ressent sur le terrain. Mais Jay-Jay Okocha verra ses prestations s’améliorer sous les ordres de Philippe Bergeroo. A son arrivée, le Nigérien est placé en meneur de jeu, mais sous les ordres du futur sélectionneur de l’équipe de France féminine, face à Nantes le 3 octobre 1999 plus précisément, Okocha évolue en milieu défensif. Un repositionnement qui révolutionnera le jeu du Nigérian. Plus efficace, plus impressionnant, Jay-Jay se redécouvre, et le Parc également. Ses arabesques, sa technique individuelle impeccable, son sens du dribble unique et son talent inné semble plus éloquents. Considéré comme l’un des meilleurs joueurs passés au PSG, Okocha n’aura toutefois, à l’instar de Ronaldinho, gagné aucun trophée excepté une Coupe Intertoto en 2001, pour la forme. En 2001, aux côtés du légendaire brésilien, il remportera ce trophée aux côtés d’Aston Villa et de… Troyes (où un certain Jérôme Rothen commençait à briller). L’association entre Ronaldinho et Okocha promettait énormément, mais n’a jamais réellement tenu les promesses espérées. Ils évolueront une saison ensemble avant que le Nigérian, en 2002, ne quitte le PSG, à cause de Luis Fernandez. C’est en tout cas ce qu’il affirmera à J+1 : « Malheureusement, j’ai dû quitter le PSG à cause de Luis Fernandez. C’est la première fois que je le dis, il est la raison de mon départ. Il avait beaucoup de mal à nous faire confiance (lui et Ronaldinho, ndlr). Il avait sa façon de voir les choses, il avait fait venir ses propres joueurs, il avait sa propre philosophie.« A Paris, ville où son fils est né, il aura participé à 103 matches en quatre saisons pour 15 buts, il laissera son numéro 10 à Ronnie et, après une Coupe du Monde ratée, il traversera la Manche pour rallier Bolton. Ainsi s’achève donc l’histoire entre le PSG et Augustine Azuka Jay-Jay Okocha.

A la conquête de l’Angleterre

C’est donc en Premier League que Jay-Jay Okocha tentera de convaincre les foules. A Bolton, il y retrouvera Bernard Mendy mais côtoiera également Youri Djorkaeff qui l’a précédé au PSG. Malgré l’âge qui commence à faire effet, le Nigérian étant à l’orée de ses trente ans lorsqu’il arrive, en 2002, à Bolton, sa technique et ses frappes puissantes font toujours fureur et, comme dans tous ses précédents clubs, les supporters succombent rapidement à la Okochamania. Il devient rapidement la star et le pilier des Wanderers dont il devient, la saison suivante, le capitaine. Brassard au biceps, Okocha amène les siens jusqu’en finale de la League Cup (perdue 2-1 face à Middlesbrough) et permet à son club de s’offrir le meilleur classement de son histoire en finissant 8ème de Premier League lors de la saison 2003-2004. L’Angleterre a donc fait la rencontre de celui, et du seul, qui sera élu deux fois joueur africain de l’année en Premier League (2003 et 2004). Il est également élu deuxième meilleur joueur de l’histoire de Bolton, derrière Nat Lofthouse qui a évolué chez les Wanderers de… 1946 à 1960. Okocha a donc marqué de son empreinte l’histoire moderne du club britannique mais aussi celle du championnat anglais et du football mondial. En 2004, il fait d’ailleurs partie des 100 meilleurs joueurs FIFA, est nommé par Pelé parmi les 125 meilleurs joueurs vivants et est élu meilleur joueur de la CAN la même année. En 2006, alors âgé de 33 ans, il décide donc de quitter son club et de rejoindre le Qatar SC où un juteux contrat l’attend. Et personne ne lui en voudra, après ses 14 buts en 124 matches et ses centaines de dribbles déroutants. Précédemment, suite à son statut de capitaine qui lui est enlevé et un changement d’attitude de la direction de Bolton, il refuse une proposition de prolongation.

Une fin de carrière digne de l’idole qu’il est

Son arrivée au Qatar signe la fin de carrière de Jay-Jay Okocha, lui qui a mis fin à son parcours international après 73 matches et 13 buts. Au sein de son nouveau club, où il devient le joueur le mieux payé du pays, il participe à 41 matches et inscrit six buts. Une saison, une seule, et son attachement pour l’Angleterre refait surface. Il revient donc gratuitement en Grande-Bretagne mais en seconde division, alors appelée Coca-Cola Championship, sous les conseils de Dieu selon les propos du joueur. Nous sommes en 2007, le Nigérian a alors 34 ans. Il participe à 19 matches sans inscrire un but mais aide le club, son dernier club, à remonter en Premier League pour la première fois depuis 104 ans. Une dernière mission, réussie, pour Okocha. Un dernier honneur pour un joueur admiré, adoré, voire idolâtré, qui, après sa carrière, est devenu membre du comité technique de la Fédération nigériane de football (NFF) puis élu président de la Delta State Football Association le 21 février 2015.

Jay-Jay Okocha. Des dribbles, une force de frappe, un charisme et un sourire. Voilà comment décrire le Nigérian dont l’aura aura fortement marqué le football mondial. Véritable icône dans son pays, son nom est donné à un stade de la ville de Ogwasi Uku. Partout il est passé, il fut admiré et adoré. Et tout ceux qui l’ont vu jouer ne l’oublierons jamais. Jay-Jay, un surnom, un joueur. Une légende.


Les précédents « focus » sur les anciens Parisiens
Focus #12 : Jean-Marc Pilorget, le recordman rescapé
Focus #13 Carlos Bianchi, le grand buteur esthète du PSG
Focus #14 Mustapha Dahleb, le Fennec qui a conquis la capitale
Focus#15 Safet Susic, quand le Pape fait briller le PSG
Focus #16 Raí, le Cap’tain du siècle

À propos Quentin Polin

  • Xander

    Mon joueur parisien préféré 🙂

  • La part des anges

    mon joueur préféré au psg !

  • Fuoriclasse

    Jay-Jay <3 <3 <3

  • juju#PortolanoTituSousMaCouete

    Mon joueur préféré chez nous ❤️

  • clarkio777 Emeryte Fan

    A part son but à Bordeaux, il m’a pas laissé un souvenir impérissable.
    Encore plus inconstant que Pastore…

    • Quentin Polin

      Il n’y a qu’au Fener et a Bolton où il était régulier. Mais un magicien du foot.

    • Sandor Clegane

      Y’en a un autre où il marque de la ligne de touche ou presque ( contre bordeaux aussi je crois )

      inconstant en effet mais quand il arrive, voilà l’équipe qui l’entourait… ensuite quand on a eu les mecs autour, luis l’a fait partir

  • Charly Musonda Jr

    Jamais été emballé par cette idee de le faire jouer milieu défensif…

    • Quentin Polin

      c’est pourtant à ce poste qu’il a été le meilleur. Même si ses qualités tendent plutôt à le positionner en 10.

    • Sandor Clegane

      c’était pas vraiment milieu défensif, plus comme un 8.

      avec ducrocq c’était là sa meilleure saison

      • Quentin Polin

        Milieu def sur le papier mais Ducrocq solidifiait l’espace entre la defense et le milieu, Okocha dynamitait l’entre-jeu pour lancer les milieux offensifs.

        • Sandor Clegane

          c’est ça, il jouait un peu le rôle de verratti dans un milieu à 2

    • Marcelus Wallace

      Il était bien meilleur à ce poste-là !

    • Okocha83

      Sa meilleure saison chez nous

  • Trèsbref.DalvesHiguain9complet

    Susic Ronaldinho Raï Bianchi vs Iniesta Messi Neymar Suarez

  • Yann – Pastore

    « Le football est fait d’abord pour s’amuser et donner du plaisir » Jay-Jay Okocha

    Bizarrement pourquoi ses genre de parole tu le retrouve chez deux joueurs au PSG : Marco Verratti et Pastore ?

  • I’m back

    Celui qui m’a fait aimer le PSG 😍

  • Sandor Clegane

    quentin ? A CS, vous pourriez voir à participer à la cagnotte pour le mec de colombie ?

    • Quentin Polin

      je transmet ton message

      • Zeuta (PSG 90′)

        Merci pour ton article.
        C’est un magnifique article

        • Quentin Polin

          merci beaucoup Zeuta

  • Yann – Pastore

    Okocha, Ronaldinho, Nenê, Pastore, Verratti, Zlatan …. je suis sur que aucun club français n’a possède 6 joueurs techniquement de leur niveau !

    • I’m back

      Bof, Zlatan est un peu intrus, met susic

      • Yann – Pastore

        Zlatan pour sa taille, son physique … techniquement il était monstrueux ^^

    • Sandor Clegane

      t’en as tellement oublié…

      ginola, valdo, susic, rocheteau, weah, djorkaeff, dalheb, rai déjà ils étaient largement au dessus d’un nene ou okocha voire peut être pastore et verratti. Et ils étaient présents quand fallait aller au charbon

  • Parinho

    Encore bravo Luis pour tes compétences en tant qu’entraîneur.

  • costar

    pas toujours constant mais super technique et « beau » a voir jouer

    • Stéphane Kohler

      Tu parles de Pastore ? ^^

  • Augustinito #Poux triste

    « Un dernier honneur pour un joueur admiré, adoré, voire idolâtré » Je confirme. Youri et toi, les plus beaux, les meilleurs.

    • Zeuta (PSG 90′)

      Entièrement d’accord

  • furioXV2

    Super article , merci.

  • Ninho#Aulas est une pute

    Enculé de Luis….

  • Zeuta (PSG 90′)

    MAGNIFIQUE article.
    Merci pour l’un des joueurs que j’ai le plus kiffé chez nous

    • Titi Parisien

      Mon pêché mignon cet artiste inconstant qui a fait une carrière moisie eut égard à son talent

      • Zeuta (PSG 90′)

        Exactement.
        Et sa meilleure saison chez nous il l’a presque joué en tant que 6…

        • Titi Parisien

          8 n’exagère pas. Meneur de jeu depuis l’arrière c’était notre Ducrocq national le 6. Avec Robert en dynamiteur frappeur à gauche et Benarbia passeur à droite on avait un très beau et complémentaire milieu. C’est d’ailleurs pour ça qu’on termine dauphin d’un énorme ASM parce que La Défense et l’attaque c’était bien mois bon (Cesar, Talal, Okpara, Madar…) et on avait pas de banc : muratti, diawara…

  • Okocha83

    Merci beaucoup vraiment valdo okocha verratti mes 3 idoles

  • Okocha83

    J aurais aimé le voir dans cette equipe

x

Check Also

PSG

Meunier : « Je n’ai pas trouvé que c’était si dramatique que ça »

Thomas Meunier, titulaire lors du MHSC/PSG, mais remplacé à la 70e minute à cause d’une ...