La revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG ce lundi 3 avril 2017 dans la presse nationale.

« Samedi soir, au moment de commenter la belle victoire que ses joueurs venaient de signer en finale de la Coupe de la Ligue (4-1 contre Monaco), Nasser al-Khelaïfi a lâché : « Notre saison commence maintenant. » Des propos déplacés pour certains observateurs, de la part du président du PSG qui répète à l’envi son objectif no 1 de remporter la Ligue des champions. Après avoir fait le deuil de ses ambitions européennes, envolées lors d’une soirée cauchemardesque à Barcelone qui laissera des traces encore longtemps, Paris réapprend à vivre et à désirer. Rien ne pourra avoir le même goût, mais il y a encore pas mal de choses à sauver (…) Le PSG peut donc encore espérer sauver les apparences et boucler un nouveau quadruplé national. En cas de réussite, sera-ce suffisant pour éviter une nouvelle tempête estivale, dans les remous du fiasco catalan ? Aujourd’hui, nul ne peut le dire. Depuis le coup de balai qui a emporté Laurent Blanc, quelques semaines après avoir été confirmé par Al-Khelaïfi, on sait que l’organigramme parisien se dessine davantage à Doha que dans le bureau du président« , indique L’Equipe ce lundi.

Damien Ott, l’entraîneur d’Avranches, y avoue avoir été impressionné par la performances des Parisiens contre Monaco, à deux jours de leur réception en terres normandes : «C’est un peu effroyable, mais il faut faire avec. C’est un peu dur de trouver le sommeil après une telle démonstration. On se dit que la prochaine victime c’est nous, et ça ne rassure pas du tout. Ça remue. Là, entre eux et nous, ce n’est plus un décalage, on est dans un autre univers. Po, po, po ! Avec le président (Gilbert Guérin), on est tombés dans la dérision en suivant le match mais quand la réalité va arriver, que va-t-on faire ? On prend beaucoup de plaisir avant, c’est un événement délicieux. Mais pendant, il ne faut pas que ça devienne un cauchemar. Si c’est pour en prendre dix… On va tâcher de ne pas se faire secouer dans tous les sens une fois les fauves lâchés dans l’arène. »

Dans les colonnes du Parisien, même son de cloche, avec le titre « Operation reconquête« , dans lequel on peut lire : « Dès mercredi à Caen, en Coupe de France face à Avranches (National), le club de la capitale peut quand même poursuivre sa route vers un troisième quadruplé national consécutif : les deux coupes, le trophée des champions et la Ligue 1. Ce dernier défi est bien sûr le plus difficile et le plus palpitant. Paris devra sans doute gagner ses 8 derniers matchs pour espérer dépasser Monaco, qui compte trois points d’avance et une meilleure différence de buts (+61 contre + 39). La marge est infime, mais depuis samedi, l’espoir renaît. Une histoire de fierté Les déclarations d’après-finale illustrent l’état d’esprit revanchard de tout un club. (…) Le PSG sait aussi que s’il laisse filer le titre et/ou la Coupe de France, la superbe soirée de samedi n’empêchera pas de considérer cette saison comme une régression

Le journal francilien évoque par ailleurs le départ d’Olivier Létang, le directeur sportif du PSG : « Ce dernier ne s’en cache plus et le confiait à chacun des interlocuteurs qu’il croisait : il va prochainement quitter le PSG. Ce départ imminent d’un dirigeant important du PSG sous pavillon qatarien marque une sorte de fin de cycle. »

Enfin, on peut y lire les propos de Luis Fernandez sur Unai Emery : « C’est un homme de coupes qui suit sa carrière depuis ses débuts en Espagne. Je continue de penser qu’il aurait pu remporter la Ligue des champions s’il avait franchi Barcelone. Il prépare bien les matchs de coupes, c’est pour cela que le PSG est allé le chercher. En se renforçant avec trois très bons joueurs et en évitant de recommencer Barcelone, le PSG d’Emery sera candidat à la victoire en Ligue des champions la saison prochaine. Unai a sûrement insisté sur Monaco, la plus belle équipe de France, celle que tout le monde décrit comme ça en tout cas, pour demander à ses joueurs : Et vous alors, vous êtes quoi ? Prouvez à tout le monde que c’est vous les meilleurs ! » (…) « Il n’a fait que son devoir. Il se doit de tout remporter afin d’effacer un peu l’échec de Barcelone. Si le PSG perd samedi soir, il perd le championnat. Ce succès permet d’y croire à nouveau. »

 

À propos Redaction

x

Check Also

Unai

Emery : « On va demander à l’équipe de poursuivre cette progression à tous les matches »

Satisfait de la performance du Paris Saint-Germain face au Celtic (7-1), Unai Emery attend encore ...