La revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse nationale ce dimanche 9 avril 2017.

« Le patron du PSG, l’émir Tamim Al-Thani, observera ses joueurs au Parc des Princes contre Guingamp, écrit L’Equipe. Comme si, un mois tout juste après la honte barcelonaise et à quelques heures de la réception de Guingamp, l’émir du Qatar, par sa simple présence, voulait acter le caractère brûlant de ce sprint final. Comme si, quelques jours après la sortie d’Al-Khelaïfi, au soir du succès en Coupe de la Ligue et son « La saison commence maintenant », il souhaitait lui aussi, à sa manière, marquer l’importance capitale des échéances à venir. […] La marge d’erreurs parisienne n’existe plus. Plus du tout. Jamais dans l’histoire du club version QSI, Paris n’a été troisième au soir de la 32e journée. »

« La progression de Kimpembe, couvé pendant ses premières années par le clan brésilien – David Luiz, Marquinhos, Thiago Silva -, s’accompagne d’une nouvelle place dans le vestiaire : « On le sent très investi dans la vie du groupe. Il n’hésite pas à prendre la parole », souffle-t-on au Camp des Loges. La digestion de son nouveau contrat était observée. Elle n’a, a priori, pas modifié son état d’esprit, lit-on par ailleurs dans le quotidien sportif. « Il a aujourd’hui potentiellement le niveau top 10 sans problème. Je le vois aussi bien coté que Marquinhos, détaille un scout. Marquinhos a plus d’expérience, il est brésilien, mais dans le jeu pur, a-t-il plus de cordes à son arc que Presnel ? J’en doute. » Face à Guingamp, ce soir, Kimpembe aura une nouvelle occasion de montrer qu’il est à la hauteur du compliment. »

« Puisque Monaco, tel un forcené de la victoire, se retranche dans ses certitudes et son avance de six points ce matin, sourd à la pression, Paris doit continuer à chasser. Et repasser devant Nice qui recevra le PSG à trois journées de la fin, constate Le Parisien. Et si, au passage, Paris peut prendre sa revanche sur l’un de ses quatre tombeurs de l’aller, il n’y a pas de raison de s’en priver. En championnat, l’équipe d’Emery n’a battu aucun de ses bourreaux, ni Monaco ni Toulouse. Avec Guingamp, il peut enfin se remettre de ses tourments passés. Pour coller à l’espérance d’une remontada, le PSG doit s’inspirer de ce finaliste impitoyable face à Monaco en Coupe de la Ligue. Le trophée du soir ? Le droit de rêver encore. »

« Pour cette rencontre, Unai Emery n’a pas de marge dans le secteur défensif. Thiago Silva et Marquinhos sont en phase de reprise après des blessures à un genou et à une cuisse. Grzegorz Krychowiak, touché aux côtes, est toujours à l’infirmerie. Thiago Motta est lui aussi préservé, en raison d’une douleur à un mollet, même s’il s’est entraîné hier matin, ajoute le journal régional. Du fait de cette cascade d’absences, Serge Aurier devrait enchaîner une deuxième apparition dans l’axe de la défense. Emery a aussi retenu Giovani Lo Celso dans le groupe, après son entrée convaincante à Avranches, aux dépens de Christopher Nkunku ».

« Le Paris SG, qui reçoit Guingamp ce soir, n’a plus droit à l’erreur s’il veut conserver sa couronne nationale et faire oublier son échec continental, observe l’AFP. On peut être invaincu sur la scène nationale depuis plus de trois mois, rester sur 32 points pris sur 36 possibles lors des 12 dernières journées, et être dans l’obligation de gagner, encore et toujours, pour sauver sa saison. C’est le lot du PSG d’Unai Emery, forcé de faire aussi bien que son prédécesseur Laurent Blanc – remporter le championnat, la Coupe de la Ligue et la Coupe de France – pour éviter à son équipe la fâcheuse impression d’une régression. L’humiliation mondiale infligée par Barcelone en huitièmes de finale de la Ligue des champions (4-0, 1-6) a en effet causé beaucoup de tort à l’image du quadruple champion de France en titre. Et s’il venait à être, en prime, dépossédé de sa couronne par une étincelante équipe de Monaco, le camouflet serait total. Signe que le moment est crucial, l’émir du Qatar, Tamim Al Thani, propriétaire du club via le fonds souverain QSI, est venu assister à l’entraînement samedi et échanger avec le staff. »

« La visite samedi à l’entraînement du discret émir du Qatar, propriétaire du club, met encore davantage la pression sur la formation parisienne, juge le JDD. La quête de la Coupe de la Ligue, face à l’ennemi monégasque, paraît déjà loin. Tamim Al Thani entend garder le titre de champion en même temps que la face. Unai Emery en est conscient, lui qui reste sur 32 points pris sur 36 possibles lors des 12 dernières journées. Face aux Bretons, dirigé par l’ex-entraîneur parisien Antoine Kombouaré, le PSG sera privé de sa charnière centrale Marquinhos et Thiago Silva, de même que de Thiago Motta. Le coach espagnol ne s’affole pas. »

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Neymar : « Je suis venu au PSG pour être le meilleur, pour faire du club le meilleur d’Europe »

Neymar Jr (25 ans) est venu au Paris Saint-Germain pour relever de nouveaux défis. Avant d’affronter ...