Matuidi, Pastore, Draxler… Verratti les aime

Marco Verratti se sent bien dans le vestiaire du PSG. Dans le cadre de sa revue d’effectif, l’Italien dit tout le bien qu’il pense de Blaise Matuidi, Javier Pastore et Julian Draxler.

« Depuis que je suis arrivé, chaque année, les entraîneurs ne savent pas si Blaise va jouer. A la fin, c’est celui qui joue le plus. Il est différent des autres, moins technique mais très intelligent sur le terrain, surtout sans le ballon. Quand il n’est pas là, on le sent sur le terrain. Dans le vestiaire il est vraiment très important. Quand Unai Emery est arrivé, il ne le connaissait pas beaucoup. C’est pour ça qu’il aurait pu partir, mais dès que le coach a commencé à le connaître comme joueur et homme, il a compris qu’il devait rester. J’espère que ce sera encore le cas cet été, commente le milieu de terrain italien dans Goal. Javier Pastore ? Il est différent des autres. Unique. Il y a peu d’équipes qui ont la chance d’avoir un joueur comme ça. Il ne reste pas beaucoup de meneur de jeu comme ça, peut-être Özil à Arsenal. J’adore jouer avec lui parce qu’il est tout simplement magnifique. J’espère qu’il en a terminé avec ses blessures parce qu’on a besoin de lui. Peut-être même qu’on serait encore en Ligue des champions avec un Javier Pastore en pleine forme. Si un jour le destin fait qu’on ne joue plus ensemble, il restera mon ami. »

Marco Verratti est aussi élogieux quand il s’agît d’évoquer Julian Draxler. « C’est un des meilleurs recrutements du PSG sur les quatre dernières années. Il fait comme si tout était facile. Il a eu un impact sur l’équipe alors qu’il vient d’arriver. Il est très heureux ici, il adore la ville. Parfois, je suis chez moi et il m’envoie un texto avec la photo de la Tour Eiffel prise de sa terrasse. C’est aussi pour ça qu’il a signé à Paris alors qu’il avait des offres d’Angleterre. En même temps, il faut être fou pour ne pas aimer Paris non ? »

À propos Redaction

x

Check Also

PSG / Barcelone : Les Parisiennes à un pas de Cardiff, record d’affluence au Parc ?

A force de leur parler de la « remontada » vécue par les hommes, les joueuses du ...