Éducateur au PSG, artisan de l’élite parisienne

Le PSG est devenu, depuis l’arrivée de QSI, un club d’envergure mondiale. Et si les investisseurs qatariens ont massivement investi dans l’équipe première pour mettre le projet sur de bons rails, la formation et la préformation sont devenus une problématique majeure. Le PSG cherche le nouveau Messi et met les moyens pour le trouver. Mais les performances sportives des jeunes pousses parisiennes ne sont pas les seuls critères. Pour mettre les jeunes dans les meilleures conditions possibles, l’aspect psychologique et scolaire relève une importance toute particulière. Et pour cela, l’éducateur semble être la personne idoine.

Mais qu’est-ce qu’un éducateur ? Canal Supporters est donc parti à la découverte de ce métier encore trop confidentiel. Nous avons contacté Damien Thomas, éducateur au centre de préformation du PSG, pour mettre en lumière cette profession. A travers son point de vue de passionné, nous vous présentons ici ce métier tout en évoquant les moyens mis par le Paris Saint-Germain. Nous avons également pu nous questionner sur la mentalité des jeunes footballeurs français, souvent pointés du doigt par les différents acteurs du football étranger.

Jeunes footballeurs, les fleurs de la future génération

L’éducateur mène diverses actions selon ses connaissances, ses valeurs, son savoir-faire mais également son savoir-être. Cet ensemble de qualités permet à une personne d’agir sur elle-même et sur son environnement afin que sa condition (sportive, sociale, éducative, psychique, matérielle ou de santé) s’améliore dans un but à court, moyen et long terme. Damien Thomas nous aide à y voir plus clair : « Je suis éducateur à la préformation du PSG, je m’occupe donc de l’extra-sportif chez les U14 et U15 élite. J’accompagne le jeune tout au long de sa formation pour qu’il atteigne ses objectifs sportifs et scolaires. Si ces jeunes footballeurs en herbe sont recrutés pour leurs qualités, on cherche surtout des jeunes qui en ont dans la tête et dans les jambes. On recrute aussi en fonction des résultats scolaires afin qu’ils puissent rebondir après. Éducateur, c’est un vrai métier d’accompagnement. D’un point de vue collectif, on s’occupe de la gestion du groupe au quotidien, autant à l’école que dans la vie quotidienne (tâches ménagères et respect des règles). Mais il y a également une individualisation au cas par cas. Il y a des enfants qui ont d’autres projets que le football. Certains ont des goûts divers, donc on doit trouver pour eux des solutions afin qu’ils fassent aussi ce qui leur plait, comme par exemple de la musique ou du dessin. On les aide à mêler toutes leurs passions. On réalise également un suivi médical (IRM, radio, etc…). Il y a un énorme travail de notre part, constamment. » L’aspect extra-sportif apparaît donc primordial, l’éducateur spécialisé tend à faire de ces jeunes footballeurs des enfants mis dans de bonnes dispositions sociales : « C’est un vrai accompagnement. Il faut gérer leur bien-être quotidien physique et moral. On se doit de les aider à s’exprimer le mieux possible sur le terrain. Il faut les voir comme une fleur, il leur faut de l’eau ainsi qu’une température agréable afin qu’elle éclose le plus rapidement possible.«  Être éducateur spécialisé, c’est donc un peu être un membre de la famille des joueurs. Un constat partagé par Damien Thomas : « On a une vraie relation avec la famille. C’est une vraie relation de confiance, on remplace les parents la semaine. La famille vient nous voir pour les conseils individualisés. Nous, tout d’abord, on vise leur intérêt et leur bien-être. On se doit avoir une exemplarité au quotidien, montrer ce que doit être un adulte. Notre mission, c’est de leur donner un cadre et des repères. »

Le métier d’éducateur spécialisé, même s’il requiert de fortes valeurs morales et humaines, n’est toutefois pas à la portée du premier venu. Il faut pour cela suivre une formation universitaire afin d’accéder à ce métier encore assez inédit dans le domaine sportif : « Le cursus classique est de suivre un parcours universitaire, ce qui permet de nous offrir les capacités et les moyens de pouvoir accompagner tous les enfants, et ce malgré toutes les conditions. Certains peuvent être victimes de problèmes familiaux graves. Il faut savoir que je suis dans une espèce de laboratoire où l’on créé quelque chose de nouveau, qui n’existait pas avant. On essaie d’incorporer notre savoir-faire a la préformation parisienne. »

Comme dit précédemment, le métier d’éducateur spécialisé demande de fortes valeurs morales et humaines. Selon Damien Thomas, la plus grande de ces valeurs, c’est l’humilité. « C’est clairement la plus grosse qualité à avoir. Mais il faut aussi être patient, énormément. Notre métier nous oblige à être très disponible toute la semaine, week-end compris et nuit et jour. Ce n’est pas rare qu’un enfant ou qu’un membre de sa famille nous contacte en pleine nuit, pour que l’on apaise les doutes. Il faut donc être à l’écoute. Créer du lien, c’est vraiment le cœur du métier. Il faut de l’amour, mais pas que. Trouver la bonne distance est également l’une de nos problématiques. »

Être éducateur spécialisé, c’est être un membre de la famille du joueur

Être éducateur spécialisé est donc un métier de tous les instants. Peu de répit, jamais de repos. Les horaires ne sont pas limités à la présence aux divers centres de la formation parisienne. Une fois rentré à la maison, le travail peut toujours être présent : « D’un point de vue personnel, je forme un jeune couple sans enfant, je profite de toutes les vacances scolaires. J’ai des horaires en décalé aussi. » Mais l’avantage, c’est une pression qui s’avère être différente. Le résultat n’est pas quantifiable dans l’instant présent comme le précise Damien Thomas : « Je n’ai pas de pression dans mon métier, je n’ai pas le stress des chiffres car les résultats sont uniquement visibles à long terme. On dispose de temps pour faire les choses puisque les résultats ne sont quantifiables que dans quelques années. » Mais, si l’avantage d’un temps de travail différent peut attirer, être éducateur spécialisé c’est se donner corps et âme dans l’avenir d’autrui : « C’est un rythme très soutenu, on peut rentrer très tard et les journées de douze heures ne sont pas rares. Quand t’as une famille, ça peut être compliqué car les journées peuvent être à rallonge sans que cela ne soit prévu. Il faut prendre en compte qu’il y a peu de prévisionnel. Et puis, l’aspect humain est très fort, très présent. Des fois t’as du mal a couper avec le boulot. Dans ton lit tu cogites car tu traites de l’humain, et chacun est plus sensible à ces aléas. L’année dernière, j’avais du mal a prendre du recul. J’avais besoin de partager les difficultés auxquelles je faisais face, mais ça va mieux maintenant. Ce métier, c’est un métier de vocation. C’est compliqué de gérer l’humain car c’est aléatoire en fonction des personnes que l’on a en face. Tu subis les problèmes vécus par le jeune enfant. Émotionnellement, il y a une inconstance et une grande intensité. »

Éducateur au PSG, Damien Thomas voit donc au quotidien les efforts et les moyens mis en place par le club de la capitale. Souvent critiqué au début du projet, les médias estimant que le PSG délaisserait ses jeunes pousses, il en est finalement tout autre. Et si beaucoup ont tenu à le rappeler, Damien Thomas le confirme, lui qui est au cœur du sujet : « Les Qatariens misent énormément sur la préformation. Ils veulent sortir le nouveau Messi, cela leur tient à cœur. Ils mettent en place énormément de moyens pour trouver ce joueur et le faire éclore. Une fois trouvé, il faut le charmer par une institution et une compétence, un projet, mais il faut également charmer la famille. Le PSG est très professionnel, et en terme d’image ça fonctionne. Avant, on jouissait d’une image différente puisque, sur 20 enfants, seulement deux ou trois signaient pro. Donc 17 enfants frustrés étaient renvoyés chez eux et dans leurs précédents clubs. Ils pouvaient donner une mauvaise image du PSG autour d’eux, à cause de la frustration. C’est souvent un discours que l’on retrouve chez 80% des jeunes qui ne sont pas devenus professionnels. Le Qatar veut changer ça. Ils veulent créer un logo, une marque. Quand tu rentres, tu jouiras d’une marque à ta sortie. Quand ils sortent, même s’ils ne rejoignent pas l’effectif professionnel, ils seront fiers d’être passé par PSG. Et ce, qu’importe le métier qu’ils font, car le PSG les aura aidés. C’est le but des Qatariens : changer l’image autour de la préformation. Se soucier de tous, même ceux qui ne signent pas professionnels. On nous donne les moyens humains et financiers pour y arriver. Le PSG n’aura plus d’excuses. Former des joueurs qui sont soient en équipe de France, soit qui représenteront le savoir-faire français dans d’autres domaines. »

Une mentalité française, une mentalité parisienne. Des contraintes soumises à la gestion humaine

Un respect, de l’amour, des choses à apporter à un jeune joueur au sein des différents centres de préformation. Est-ce donc ce qui a manqué dans le dossier Kingsley Coman, brutalement parti à la Juventus en 2014 ? « Il faut créer de l’amour, rendre les jeunes redevables du PSG ainsi que de tout ce qui l’entoure. D’ici 5 ans, ce sera terminé car la famille aura confiance envers le PSG. »

Les jeunes joueurs français sont souvent, et également intra-muros, catalogués comme étant imbus d’eux-mêmes, impatients, malpolis et peu professionnels. Des critiques d’ailleurs souvent entendues de la part des entraîneurs et joueurs étrangers. Carlo Ancelotti et Grégory Van der Wiel, à leur époque parisienne, en parlaient déjà. Et quand les médias mettent en exergue les déboires extra-sportifs des jeunes (Aurier, Edouard) et les caractères difficiles des autres (Ménez, pour ne citer que lui), peu relaient l’excellente mentalité de la majeure partie de ses jeunes. Kylian Mbappé, Youssouf Sabaly, Raphaël Varane, Vincent Koziello, autant de joueurs français absolument irréprochables. Y a-t-il donc réellement un problème de mentalité à la française ? Est-ce culturel ? Damien Thomas apporte des éléments de réponse : « C’est un problème surtout au sein des formations. Les gamins viennent de cités, ils ne sont pas tous mal élevés. Le problème c’est l’entourage, il faut des gens compétents à des postes importants. Il faut être logique, si tu demandes à un jeune d’être exemplaire, sois le également. Après, c’est vrai et il faut l’admettre, la région parisienne est différente de celle de Rouen ou ailleurs. Ce n’est pas la même banlieue, ce n’est pas pareil. Mais ce n’est pas le seul problème, le problème ce sont les personnes qui s’occupent d’eux. Prends n’importe quel jeune, si tu lui donnes de l’amour, de la reconnaissance et que tu crois en lui, tu obtiendras ce que tu veux de lui. Autant avec un enfant des cités parisiennes qu’avec un gamin de Province qui est premier de sa classe. La mentalité parisienne est ce qu’elle est, c’est la réalité, mais il faut montrer que l’on ne rentre pas dans les castes créées par les gens, il ne faut pas donner le bâton pour se faire battre. Mais même les français, en terme général, sont comme ça. Au Japon, ce sont des robots réglés, autonomes, et c’est pareil dans d’autres pays (en Pays-Bas par exemple), mais quand il faut passer professionnel, il n’y a plus personne. Les enfants sont des fleurs, il faut leur donner ce qu’il faut à dose modérée et contrôlée (pas trop d’eau, pas trop de soleil). A l’avenir, tout va changer. On va rehausser l’image du PSG et de la France dans le monde du football.« 

La formation à la française, et plus précisément la formation parisienne, semble avoir de beaux jours devant elle. Si la France est le pays qui offre à l’Europe le plus grand nombre de joueurs professionnels, la génération à venir semble dorée. Et si les qualités sportives sont clairement visibles et analysables, les qualités humaines primeront. Et pour cela, le lien principal semble être l’éducateur spécialisé. Plus qu’un façonneur de joueurs, le centre de formation du PSG s’apprête à être un créateur d’hommes. Et la direction parisienne sait désormais qui remercier, à savoir les éducateurs, les coaches de la formation ainsi que les adjoints, car tous tirent dans le même sens.

À propos Quentin Polin

  • Parisien jusqu’à la fin

    Quentin t’es un boss .Tu gères !

    • Quentin POLIN

      N’abusons pas non plus^^

      • Parisien jusqu’à la fin

        Il veut se la jouer modeste en mode  » Arrêtes tu va me faire rougir  » ^^
        Non mais sérieusement , un article de fonds sur la formation (Un sujet qui me passionne comme certains le savent ) par les temps qui courent ( Ou tout le monde crache sur tout le monde etc ) , ça me fait vraiment plaisir .Merci ! 🙂

        • Quentin Polin

          je te remercie! d’autres sont en cours d’écriture 🙂

  • Juampi My<3 danse la macarena

    HS: je deviens fou la pire « consultante » de l’histoire du foot mondiale j’ai nommée Francesca se permet sur twitter de nous narguer encore … on est plus à une humiliation prêt

    • Quentin POLIN

      Qu’elle se taise, physiquement.

      • LudGaúcho_95

        Ouch attention à ce que tu dis…^^

    • basto92- 100 czk ( BDF)

      Et ex star académicienne

  • basto92- 100 czk ( BDF)

    On a que 3 victoires en 16 matchs contre les équipes du podium en l1 sur les 4 dernières années

    • Flowerade78 #CsEstMagique

      On est guez !!!

    • antounedEE27

      Non c’est d’aujourd’hui et c’est de la faute d’emery

    • Expert CS #BDF

      C’est pas vrai ?

      • basto92- 100 czk ( BDF)

        Ba si

        • Expert CS #BDF

          Comme l’a dit RIolo hier, dès que l’équipe a de l’adversité elle disparait

          • basto92- 100 czk ( BDF)

            Des qu’elle est pressé
            Avec ce milieu la qui n’a jamais marché

          • Polo Kartell

            ce milieu est plus efficace quand il prend son temps quand il ne joue pas vite vers l’avant avec les pertes de ballon que ca sous entend, et ou l’adversaire peut vite revenir dans notre camp, c’est ce qu’avait mis en place blanc, ce qui rendait le jeu par moment un peu chiant a regarder, ou l’on jouait bcp sur un jeu laterals ou en arriere, ca permettait aussi de controler plus le jeu qu’on ne le fait mnt, on maitrisait plus le pressing adverse en l’usant

            pour pouvoir jouer vite vers l’avant il faut les joueurs pour cela, et avec un motta en sentinelle, ce jeu le met en grande difficulté, il n’a plus depuis longtemps les jambes pour couvrir le terrain,

          • basto92- 100 czk ( BDF)

            Même sous blanc ce milieu était à la rue quand il était pressé

          • Polo Kartell

            oui par moment mais il avait quand bcp plus de maitrise et souvent nos adversaires s’usaient a nous presser, ce qui faisait qu’il explosaient en 2eme mi temps

    • Toujours invité(e) Tome 3 & F

      Tu te fais massacrer mon Basto
      Courage LOL

      • basto92- 100 czk ( BDF)

        Ou ?
        J’ai pas vu perso
        À part le champion de France du trivial pursuit qui attend que les chars envahissent Prague

        • Expert CS #BDF

          what

          • basto92- 100 czk ( BDF)

            Koolseb
            Qui veut la guillotine pour les experts cs

          • Expert CS #BDF

            Screen ?

          • basto92- 100 czk ( BDF)

            Va lire sur l’éditio d’ambre
            C le gros pavé ou y’a que des bons mots pour faire passer un message qui n’est que du vent, du vide

        • Toujours invité(e) Tome 3 & F

          Hahaha
          Bah j’ai aimé son com

          • basto92- 100 czk ( BDF)

            M’étonne pas

  • Flowerade78 #CsEstMagique

    Ouaaaaaaaaaa comment​ j’ai la flemme de lire !!!!!!!

    • Quentin Polin

      c’est dommage j’y ai mis tout mon coeur 🙁

      • Flowerade78 #CsEstMagique

        T’inquiète j’ai regardé les images !!!

        • Quentin Polin

          t’as fait les coloriages? ^^

          • Flowerade78 #CsEstMagique

            Non j’ai oublié mes crayons de couleur chez mes parents 🙁

            plus sérieusement j’ai lu l’article et s’est très intéressant je pense que ta du y passer pas mal de temps !!!

            Merci

          • Quentin Polin

            environ 30 minutes (humour)

    • JPS Unailesbouteilles#Zeutiste

      Normal c’est un article de fond, vous n’avez pas l’habitude.

    • Pecho Frio

      Je ne regarde que les images perso

  • Larsson – L’incorrigible

    Fat 💪
    Je crois ce monsieur. Il fait le max !

    • Quentin Polin

      tu le connais bien faut dire

      • Larsson – L’incorrigible

        Très bon boulot.

        • Quentin Polin

          merci boss

  • JPS Unailesbouteilles#Zeutiste

    Bonjour Quentin, je t’encourages vraiment à poursuivre dans ce sens au niveau de tes articles. Cela apporte une vraie valeur ajoutée à la ligne éditoriale.

    • Quentin Polin

      merci beaucoup!

  • Juampi My<3 danse la macarena

    Bravo Quentin comme le dit ci dessous Ryan c’est un très beau travail de fond. On a besoin de ca aujourd’hui . Ça change des articles assassins des pseudos consultants qu’on nous relaie depuis hier et Ca fait du bien. Bravo

    • basto92- 100 czk ( BDF)

      Genre tu l’as lu
      Faux cul

      • Quentin Polin

        moi je crois <3

      • Juampi My<3 danse la macarena

        Je l’ai lu !

    • Quentin Polin

      merci beaucoup!

  • La part des anges

    c’est dur à lire mais c’est profond bravo amb heuuuu quentin

  • zepek935

    biensur il recrute en fonction des notes scolaire…….. il on reussi a me faire croire sa jeune mais avec 10 de moyenne je suis rentrer ,il faut 13 de moyenne mais c faux si ta le talent d’un nasri tkt pas il te prenne si ta 7 de moyenne…….

    • Parisien jusqu’à la fin

      Oui enfin si c’était il y a 10 ans , la formation parisienne a énormement évolué depuis .De plus , c’est un peu logique non ??C’est comme ça partout .Si jamais on voit un jeune né en région parisienne qui éclot ailleurs avec un talent ENORME mais qui n’a pas une superbe attitude hors terrain , et qu’on apprend qu’il ss’est fait recaler pour ses notes, vous (la plupart des supps parisiens) allez gueuler pendant des journées entière sur notre formation qui prend pas les meilleurs , on peut pas tout faire parfaitement …

      • zepek935

        ta raison 😂😂😂😂😂 (la mauvais fois )

  • PSG13100

    Encore un exemple de la mauvaise gestion de notre Nasser!!! He he…

    • Polo Kartell

      ce n’est parce que tu peux faire du bon travail d’en un domaine que ca enleve tes lacunes dans d’autres

  • clarkio777 Emeryte Fan

    Je n’ai même pas envie de lire tout ce pavé, je vois les résultats aujourd’hui dans les comportements, ca me suffit à me faire ma propre opinion.
    Les intentions sont certainement là mais pas les résultats en tout cas.

    • Larsson – L’incorrigible

      Des résultats sur des gamins de 14 ans c’est compliqué.

      L’article n’a rien a voir avec l’équipe pro.

      C’est par ce travail de fond qu’on construit une institution solide.

      • Quentin Polin

        exact, les résultats se verront d’ici 5-10 ans. Mais si on le fait pas maintenant, on le regrettera vite.

    • Polo Kartell

      c’est un travail de longue alene, ca met du temps pour obtenir des resultats, on l’a vu avec la generation post 98, ou on c’etait planté dans la preformation, ou bcp de clubs fr ont voulu s’appuyer sur leur centre de formation pour en faire un modele economique, ou on ne sortait presque que des joueurs stereotypés, grand costaud avec une technique au dessus de la moyenne mais qui avaient de grosse lacune humaine et QI footballistique, il y a eu une prise de conscience au debut des années 2010, et avec la nouvelle generation on voit que les profils changent un peu, meme si il y a encore certaine lacune,

      • Quentin Polin

        je n’aurai pas mieux dit

      • clarkio777 Emeryte Fan

        tu as raison mais je suis en colère contre le PSG, je suis très négatif aujourd’hui !!!

        • Polo Kartell

          je suis aussi en colere contre nasser avant tout, mnt c’est pas parce qu’il fait n’imp dans certaine secteur du club, qu’il fait de la merde partout, au niveau economique, il y a eu un tres gros travail, en temre d’image aussi meme si cette année un mis un coup a celle ci, mnt en temre de management du groupe pro, il sait planté, mais l’exercice est compexe arriver a mettre suffisamment d’humain sans en mettre trop,

  • Ethan

    Voilà quelque chose de très agréable à lire, bravo ! La formation a de beaux jours devant elle et c’est un des axes les plus intéressants à suivre mais sans doute le moins mis en avant depuis la reprise de QSI.

  • Suprasdebuch

    Merci pr l’article Quentin

x

Check Also

Matuidi : « Ma plus grande émotion avec le PSG, le premier titre de champion »

Arrivé en 2011 au PSG, Blaise Matuidi a remporté quatre titre de champion de France ...