La revue de presse PSG : Kluivert, Ricardo Rodriguez, Alexis Sanchez…

Vu et lu dans la presse hexagonale au sujet du PSG ce lundi 8 mai 2017.

« Le GYM dit adieu à son rêve de 2e place, constate l’AFP. Avec sa troisième défaite de la saison en 36 journées (2-1 à Marseille), il ne pourra plus rattraper le PSG, six longueurs devant et nanti d’une bien meilleure différence de buts (+51 contre +29 pour les Niçois). »

« Les dirigeants parisiens ne s’en cachent plus : le recrutement de Patrick Kluivert à ce poste aux responsabilités très larges fut une erreur. Ils sont donc entrés dans une vaste refondation de la direction sportive. Où, en fonction du profil recruté – les dossiers Andrea Berta (Atlético de Madrid) et Antero Henrique (ex-Porto) sont actuellement les plus étudiés -, Kluivert pourrait conserver un rôle, écrit L’EquipeSelon l’un de ses proches, il ne se voit pas ailleurs qu’au PSG l’an prochain et n’a pas entamé de quelconques démarches (déménagement, démarchage d’autres clubs…) qui valideraient un départ. Ses plus proches le décrivent même comme particulièrement combatif. Kluivert s’active. Il échange avec les agents de Ricardo Rodriguez et d’Alexis Sanchez. […] Bild annonçait jeudi un accord avec Pierre-Émerick Aubameyang. Très prématuré pour l’instant.Le Gabonais n’est pas une priorité pour le PSG. Mais Kluivert scrute le marché et active ses réseaux. »

Le Parisien se demande si la saison du PSG est ratée. Oui, estime Dominique Séverac : Avec « cette deuxième place frôle l’accident industriel. En Ligue des champions, le PSG a été quelconque. Le club de la capitale n’a pas progressé avec Unai Emery comme entraîneur et c’est encore avec lui qu’aucun joueur ne s’est vraiment bonifié. A son éventuel crédit : Kimpembe s’est révélé, Lucas a gagné un chouïa de maturité et Cavani a été exceptionnel. Finalement, la victoire du PSG face à Barcelone au match aller (4-0) reste un ovni dans sa saison. Il n’est fondateur de rien. Ce cru du PSG ne laissera aucun souvenir particulier, si ce n’est celui de sa déroute, mentale au Camp Nou. En 2017, le PSG est entré dans l’histoire mais du mauvais côté. » Le journaliste Frédéric Gouaillard tempère : « Si le PSG gagne ses deux derniers matchs de championnat, il terminera la saison avec 89 points, soit autant qu’en 2014, et bien mieux qu’en 2015 et 2013 (à chaque fois 83 points), trois années où le club de la capitale a été sacré champion de France. C’est dire l’incroyable saison de Monaco. Le staff a quand même dû gérer le départ d’Ibrahimovic. Dans cette entreprise, Emery  a su installer Cavani. La concurrence a aussi permis la progression de Lucas, l’émergence de Meunier et le réveil de Di Maria, pour ne citer que ceux-là. Le Basque a démontré sur certains gros matchs (Arsenal, Nice et Marseille au retour, Barcelone à l’aller, Monaco en finale de la Coupe de la Ligue) qu’il était l’entraîneur idoine même s’il faudra répéter ses performances sur une saison entière. Enfin, sa gestion des jeunes espoirs parisiens est aussi un succès. Kimpembe et Nkunku ont prouvé qu’ils sont armés pour le haut niveau, Rabiot a encore progressé ».

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Unai

Emery : « On va demander à l’équipe de poursuivre cette progression à tous les matches »

Satisfait de la performance du Paris Saint-Germain face au Celtic (7-1), Unai Emery attend encore ...