Dupraz

Pascal Dupraz : « Pourvu que Dieu m’aide et aide nos joueurs face au PSG »

Le Toulouse Football Club affronte le PSG dans trois jours au Parc des Princes. Vainqueur en terres parisiennes la saison dernière (2-0), le club toulousain espère réitérer l’exploit. Pascal Dupraz, entraîneur garonnais, était présent face aux médias pour évoquer cette rencontre qui s’annonce d’ores et déjà compliquée.

« On va à Paris pour défendre, c’est sûr. On va placer le bus devant notre but plutôt que derrière le but des Parisiens, cela me paraît logique. Une recette pour battre le PSG ? Il faut avoir beaucoup de chance. Pourvu que Dieu m’aide et aide nos joueurs. Apparemment l’équipe de Paris est incroyable. Dangereux de se focaliser sur Neymar ? C’est vous qui vous vous focalisez sur lui. Ce ne sera pas un match Neymar-TFC. Il y a d’autres joueurs au PSG qui sont taillés pour réaliser une grande saison en Ligue 1. Il n’y a pas d’égal même si Monaco et Lyon sont des grandes équipes. Nice va également contraindre Paris à être très bon. Beaucoup se moquaient du PSG après la remontada mais je faisais partie de ceux qui étaient tristes qu’ils ne se qualifient pas. Le PSG représente la capitale. Nous sommes des adversaires du PSG deux fois dans la saison. On va lutter avec nos armes, en défendant. Certaines équipes ne défendent pas et jouent bien contre le PSG, mais elles en prennent toujours un wagon. Pour gagner des matches et faire des résultats, il faut défendre mais aussi attaquer. Je demande à mes joueurs de sortir mais entre ce que je dis et le terrain, il y a 11 parisiens. Le budget du PSG est énorme mais on a d’autres vertus, on y va pour défendre nos couleurs. Le PSG est supérieur mais on va essayer de ne pas l’accepter pendant 90 minutes. L’année dernière, ils semblaient intouchables. On a réussi à battre le PSG sur un coup du sort. Je me suis fait insulter car nous avions osé défendre »

Comme beaucoup, Pascal Dupraz s’est exprimé sur la venue de Neymar. Une venue bénéfique pour la L1 : « Je suis un entraîneur besogneux, je n’ai pas d’idée. J’observe que Neymar coûte très cher, environ dix ans de budget du TFC. On ne joue pas dans la même cour. Pour autant, ce n’est pas gagné d’avance pour les Parisiens même s’ils ont logiquement la faveur des pronostics. C’est pour ça qu’on aime le football. Je crois qu’il est possible de faire un résultat sinon je fais autre chose que le métier que j’exerce. C’est un plaisir, c’est un bonheur, c’est un don du ciel de pouvoir compter sur un tel joueur dans notre championnat. Cela relève son intérêt et permet de se mesurer à ce qu’il y a de mieux au monde à ce poste-là. Jouer contre le PSG, ça équivaut à jouer une grande équipe d’Europe qui gagnera la Ligue des Champions comme les qataris l’ont promis quand ils ont acheté le club. Cela fait du bien au foot français, ça donne des idées aux clubs argentés. Cela permet aux autres clubs de montrer qu’ils tiennent la route aussi. Cela permet d’attirer Gradel peut-être, il revient ici en Ligue 1 d’autant plus en voyant que des joueurs comme Neymar sont venus nous rejoindre. »

Kelvin Amian, latéral droit du Toulouse Football Club, était également présent en conférence de presse à trois jours de la rencontre face au PSG au Parc des Princes. La première à domicile pour Neymar, un joueur qu’il faudra marquer de très près comme l’affirme le Toulousain.

« J’ai regardé son match face à Guingamp, c’est le meilleur joueur du monde. Mais je n’ai pas plus peur que cela. Je l’ai analysé face à Guingamp même si tout le monde sait comment il joue. C’est un plaisir de se frotter aux meilleurs joueurs du monde. Des consignes particulières ? Non. Je ne sais pas si je l’aurai toujours au marquage, il joue partout et souvent à l’intérieur. C’est difficile, il va vite, on ne sait pas s’il faut le suivre ou rester sur son côté… »

Une rencontre difficile pour l’actuel neuvième de L1. Si l’apport qualitatif semble évident avec les arrivées de Dani Alves et Neymar, Kelvin Amian estime toutefois qu le PSG reste la même équipe : « C’est le même PSG, l’équipe n’a pas trop changé à part la venue de Neymar. A chaque fois, face à Paris, on a trois ou quatre occasions car ils attaquent beaucoup. Il faudra les mettre au fond pour faire une résultat. On a réussi à les battre l’année dernière, on espère le faire cette année. Ils vont nous mettre beaucoup de pression, il faudra tenir. On a tout à gagner. Les gens vont plus venir pour Neymar que pour le match. On va essayer de faire un résultat là-bas. Il faudra aller les chercher et ne pas jouer trop bas, on va essayer d’ouvrir le score. On ne va pas là-bas pour en prendre quatre ou cinq, on y va pour la victoire. Guingamp a marqué au bout de la 67e minute contre son camp (52ème en réalité, ndlr). Ils ont aussi eu des occasions et ont bien tenu jusqu’au but. On va essayer de tenir et mettre un but, tout est possible. Il faudra bien bloquer Dani Alves sur son couloir, car il fait de bons centres. Il défend très bien aussi. Un modèle ? Oui, c’est l’un des meilleurs défenseurs du monde. »

Retranscription : AllezParis.fr

À propos Quentin Polin

x

Check Also

Messi : « C’est vrai qu’aujourd’hui, le PSG et City sont les meilleures équipes »

Quintuple ballon d’Or, Lionel Messi pense que la bataille sera rude pour aller décrocher la ...