Revue de presse PSG : l’équipe version Neymar, le dossier Mbappé, l’avancée Fabinho…

Vu et lu le samedi 12 août 2017 au sujet du PSG dans la presse hexagonale.

Dans L’Equipe du jour, double page sur Neymar, ses débuts programmés contre Guingamp et les conséquences sportives de son arrivée au PSG.

« Après avoir déjà perdu assez de temps avec toutes les complications administratives, Emery n’entend pas retarder davantage l’intégration technique de sa pépite – son adaptation sociale dans le vestiaire ayant été une formalité grâce à ses potes brésiliens. Une manière aussi d’évacuer au plus vite les atermoiements barcelonais et de le plonger dans son environnement parisien. (…) À plusieurs reprises cette semaine, le technicien s’est entretenu avec son numéro 10. Histoire de le mettre à l’aise, de prendre le pouls et sentir ses envies. Tout le monde retient son souffle pour voir enfin à l’œuvre un phénomène inédit en France, qui allie le pouvoir de fascination d’un Zlatan Ibrahimovic et le glamour d’un David Beckham. Demain soir, sur la pelouse du Roudourou, un petit miracle va se produire : Neymar deviendra un joueur de Ligue 1″, décrypte le quotidien sportif.

On y apprend que Lucas est incertain pour le déplacement breton : « Victime selon Unai Emery d’une « petite blessure » mercredi à l’entraînement, Lucas ne s’est pas entraîné avec le groupe ces deux derniers jours et a travaillé à part avec un kiné. En cas de forfait, il faciliterait les choix de l’entraîneur parisien. Toujours absent de l’entraînement en raison d’un problème familial, Jesé, lui, ne sera pas du déplacement en Bretagne. Pour le reste, Emery peut compter sur un groupe au complet. Thiago Silva s’entraîne normalement et est opérationnel pour retrouver sa place demain. »

Quel joueur sera la victime collatérale de l’arrivée de Neymar dans le 11 de départ ? Dans les colonnes de L’Equipe toujours, Jérome Rothen à son avis : « Avec les forces en présence, Emery peut jouer avec un 10 en soutien de Cavani, qui serait plutôt Pastore, car Draxler n’est pas encore prêt. Et vous laissez Di Maria à droite. Avec Rabiot et Verratti à la récupération, vous avez une équipe joueuse, qui peut cependant avoir du mal à la perte de balle.Ce sera à Emery d’obtenir des sécurités d’un point de vue défensif, insiste Rothen. Mais aujourd’hui, je ne vois pas comment il peut se priver de Pastore ou de Di Maria. On va voir si l’entraîneur est frileux ou pas, et ce qu’il va réussir à imposer à son groupe, du moins si c’est lui qui décide… »

Garder Pastore, un avis qu’il partage avec Sylvain Armand «Bien sûr, Neymar va éliminer balle au pied mais il ne pourra pas faire ça tout le temps, face à des défenses basses, très regroupées. Dans les petits espaces, il va donc avoir besoin de redoublements de passes, avec des coéquipiers qui savent le faire, un peu dans l’esprit du Barça. Pour moi, des joueurs comme Pastore, Verratti ou Motta répondent le mieux à ces qualités. Du coup, vous pouvez rester en 4-3-3 mais davantage dans l’esprit d’un « sapin de Noël », avec les trois de devant, Neymar, Cavani et Pastore, qui bougent et permutent beaucoup. » 

Enfn, le quotidien évoque sans détours la rumeur Fabinho et sa possible arrivée dans la capitale avant même Kylian Mbappé : « Désireux de recruter en priorité un milieu défensif, Paris pourrait reformuler très vite une offre à Monaco pour son international brésilien. (…) Depuis quelques jours, Henrique bascule entre deux dossiers : celui de Danilo Pereira, l’international portugais du FC Porto, et celui de Fabinho. Depuis le mois de juin, le Monégasque de vingt-trois ans est le joueur que désire avant tout Unai Emery. Paris avait d’ailleurs formulé une première offre de 45 millions d’euros, le 1er juillet, repoussée par Vadim Vasilyev. Seulement, Fabinho, qui avait déjà envie de rejoindre Paris au début de l’été, en a encore plus envie maintenant que Neymar y a débarqué. Le joueur est d’accord, d’ailleurs, sur les bases d’un contrat de cinq ans. Depuis plusieurs jours, il traîne une forme de spleen, contrarié par la détermination de ses dirigeants de le conserver à tout prix alors qu’ils lui avaient promis un bon de sortie. Le club pourrait formuler dans les prochains jours une nouvelle offre, approchant les 60 millions d’euros. »

Du côté du Parisien, on évoque avec enthousiasme les débuts de Neymar en Ligue 1, au Roudourou, dans un bel édito de Dominique Séverac qui explique que « l’Espagne a mis fin à l’incroyable et pathétique attente liée au fameux certificat international de transfert de Neymar. Place à la lumière, au jour, à la vie avec Neymar ! C’est quand ? C’est demain soir, chez les Bretons et on a le droit de danser tous en rond. »

Sur le groupe qui se présentera face à l’EAG, les informations divergent, car Le Parisien n’évoque pas un forfait de Lucas, et ne privilégie visiblement pas une titularisation de Pastore : « Neymar va se glisser dans le onze de départ sur le côté gauche. Il sera facile d’évaluer son apport, puisque le système de jeu devrait rester le même que d’ordinaire, et cette arrivée se fera aux dépens de Pastore. Dans l’attaque parisienne, il y aura donc Neymar, Cavani et sans doute Di Maria, laissant rien de moins que Pastore, Lucas, Ben Arfa, Jesé (absent), Draxler et Guedes sur le banc ou hors du groupe. »

L’occasion aussi pour Le Parisien d’offrir une interview de Xavi, légende du FC Barcelone, qui revient sur ce transfert inattendu pour le PSG : « Surpris ? Enormément ! C’est bizarre qu’un joueur ne veuille pas rester au Barça. C’est même très rare. Cela faisait dix-sept ans que cela n’était pas arrivé, depuis le départ de Luis Figo au Real Madrid. Comme pour Ney, cela avait été son choix à l’époque. »

Enfin il faut aller lire les colonnes de Ouest France pour mesurer l’attente de Neymar et des Parisiens avant ce dimanche : « Ici, c’est Paris ! Ici, c’est le Roudourou. C’est autour de ce stade de 18 250 places que se concentreront toutes les attentions »  explique le quotidien avant de préciser : « 145 stadiers de 3 sociétés de sécurité différentes (contre 110 pour un match normal) son prévus, le PSG se déplacera avec 25 agents de sécurité pour encadrer les 840 supporters parisiens attendus dans l’espace visiteurs. Ils seront aussi une quinzaine d’agents détachés auprès de la sécurité de la délégation parisienne. Périmètre de sécurité, boulevard Charner sécurisé, les Parisiens vivront coupés du reste du monde durant 24 heures, aucune promenade n’étant programmée. Le syndic de presse du stade du Roudourou a dû refuser de nombreuses demandes, faute de places. Et après l’intérêt de télés chinoise et argentine, des chaînes brésiliennes, italiennes, allemandes, espagnoles et anglaises sont annoncées. On pourra désormais bientôt l’appeler Neymar da Silva Junior del Roudourou !« 

 

 

À propos Redaction

x

Check Also

Messi : « C’est vrai qu’aujourd’hui, le PSG et City sont les meilleures équipes »

Quintuple ballon d’Or, Lionel Messi pense que la bataille sera rude pour aller décrocher la ...