BP

#BP : « Dorénavant nous serons également détestés hors de nos frontières… » par Frananc

Sur Canal Supporters s’expriment les « Blogueurs Parisiens » (#BP), les CSiens, comme François alias Frananc. Il nous propose un deuxième billet.

Rouge et Bleu

Le football, est un sport unique. Omniprésent et universel, il attise toute sorte de réactions des plus chaleureuses aux plus irrationnelles.
Parfois la haine s’invite même à table de ses acteurs plus ou moins proches mais aussi du peuple dans son sens le plus large.

Autant que je m’en souvienne, il n’y a pas une occasion, un mariage, une soirée ou lors de rencontres fortuites, au cours desquelles lorsque je déclarais que j’étais supporter du Paris Saint Germain, un intervenant prenait le soin de me dire tout le mal qu’il pensait de mon club de cœur.
Lorsque le porteur de bonnes paroles se trouvait être un supporter d’un club rival, le jeu des réponses aux objections, argumentaires voire même du chambrage pouvait encore avoir lieu selon le degré de tolérance et d’intelligence de la dite personne. En revanche lorsque ces pics de haine émanent d’individus clôturant leur démonstration par un « de toute manière je n’aime pas le foot » l’attitude que je m’efforce d’adopter est l’indifférence.

Le PSG a toujours été selon moi le mal aimé du football français, que ce soit au niveau des médias et de la masse. « No one like us, we don’t care », fameux chant du club de Millwall aurait tout aussi bien pu être notre devise. Me revient en mémoire la finale de la coupe de France 2006 où hormis dans le virage dédié aux parisiens, l’ensemble du Stade de France était rempli de supporters adverses. Ajoutez à cela une campagne de presse précédent le match prenant fait et cause pour l’équipe phocéenne, il n’en fallait pas moins pour qu’un tract circule dès les travées nous motivant à donner le meilleur de nous même au cours de cette rencontre afin de leur montrer à tous de quel bois nous nous chauffions.
Tout cela c’était le bon vieux temps, une équipe bancale, des rivaux nationaux de valeur égale ou supérieure et Paris qui ne garnissait son palmarès qu’à la faveur de coupes de France glanées ça et là.

Depuis le rachat du club par notre actionnaire actuel, le PSG s’est forgé une image plus consensuelle à force de messages lisses et d’une stratégie marketing efficace.

Seulement, le club plafonnant en quart de finale de Ligue des Champions, les dirigeants ont tout mis en œuvre pour rêver plus grand. Ce ne sont pas les belles paroles qui font venir les grands joueurs, ce sont les moyens financiers, cela a toujours été le cas. Dans ce contexte, nous avons eu droit récemment aux deux plus gros transferts jamais réalisés en faveur des rouge et bleu.
Magnifique à plus d’un titre puisque non seulement le rêve de décrocher enfin le Graal est de plus en plus plausible mais aussi parce que ce bon vieux sentiment de n’être aimé par personne d’autre que par nous même va re-poindre le boût de son nez.
Dorénavant nous serons également détestés hors de nos frontières. Je suis convaincu que nous nous en contenterons, nous avons été formés à bonne école. D’ailleurs la presse nationale a toujours été là pour nous rappeler cet état de fait.

Et puisqu’on ne peut évaluer notre propre puissance qu’à celle de nos ennemis, je suis ravis que nos plus fielleux contestataires défendent les intérêts des grands clubs historiques du continent.
Nous n’en sommes qu’au commencement, le point d’orgue de ce déferlement de haine n’interviendra que lorsque nous soulèverons enfin la Coupe aux grandes oreilles.

Frananc abonné 1133403

À propos Blogueur Parisien

x

Check Also

Messi : « C’est vrai qu’aujourd’hui, le PSG et City sont les meilleures équipes »

Quintuple ballon d’Or, Lionel Messi pense que la bataille sera rude pour aller décrocher la ...