Tebas

Salomon et le « sale gosse qui chaque semaine balance des boules puantes contre le PSG »

Qui connaissait en France Javier Tebas jusqu’à cet été ? Pas grand monde. Président depuis 2013 de la Liga de Fútbol Profesional (LFP), le dirigeant se fait remarquer par des sorties médiatiques spectaculaires. Cet avocat de 55 ans, né au Costa Rica, fut un militant de « Fuerza Nueva », mouvement d’ultra-droite. Il aime donner la leçon même s’il connait quelques soucis avec le Fisc espagnol. Ainsi, Tebas a demandé (et obtenu) en avance la totalité de sa future année de salaire (750.000 euros) pour payer les 4.7M€ qu’il doit. Paradoxal pour quelqu’un qui parle de « dopage financier ».

C’est sur ce ténébreux personnage que Bruno Salomon, journaliste de France Bleu Paris, s’est penché ce mercredi.

« L’Espagne a un chenapan, pour ne pas dire un sale gosse qui chaque semaine balance des boules puantes contre le PSG. Le genre de sale gosse qui ne sait jamais s’arrêter, qui ne comprend que le rapport de force. Javier Tebas, président de la Ligue de football professionnelle espagnole, passe son temps à hurler contre le PSG, encore plus que Jean-Michel Aulas, c’est dire à quel point il aboie ! Pas une semaine depuis le départ de Neymar sans que le triste sire ne tire à boulet rouge contre le PSG. Hier, une odeur d’œuf pourrie est encore arrivée aux narines du club [Lire ici]. Il faut dire que la presse ibérique adore le lancer sur le sujet PSG, et un peu Manchester City. Il est comme ça Javier, il dénonce mais ne balaie jamais trop devant sa porte avec ses clubs surendettés. Il est toujours dans l’extrême dans ses propos. Un peu comme ses idées politiques… Tout ce qu’il ne veut pas, c’est que les nouveaux riches viennent manger dans la gamelle du football espagnol, qui a peur de perdre du terrain au niveau financier. Bref, vivement qu’il se taise ».

À propos Marc Alvarez

x

Check Also

Neymar : « Être le joueur le plus cher du monde ne va pas changer mon quotidien ni mon football »

Son étiquette de joueur le plus cher du monde, Neymar n’en prend pas compte lorsqu’il ...