Nene

Nenê : « Les Parisiens aiment le spectacle et, nous, les Brésiliens, on est connus pour ça »

Ils sont 31 joueurs brésiliens à avoir porté le maillot du Paris Saint-Germain. Dont Nenê (36 ans) qui a régalé le Parc des Princes par ses gestes techniques et ses buts, à sa façon lui aussi a marqué son époque (2010-2013). Le milieu de terrain qui évolue aujourd’hui dans son pays natal, à Vasco de Gama, a accordé un entretien à l’Équipe dans lequel il revient sur son lien particulier avec le club de la capitale.

« Les Parisiens aiment le spectacle et, nous, les Brésiliens, on est connus pour ça. On aime les dribbles, les petits ponts… Ce club a noué une histoire particulière avec les Brésiliens et je suis heureux d’en avoir fait partie, que les gens aient été rendus heureux par mon jeu. Il y a aussi notre manière de voir les choses, joyeuse, de faire des blagues. C’est curieux, d’ailleurs, car les Parisiens ne sont pas du tout comme ça ! »

Nenê revient également sur la colonie de joueurs brésiliens qui garnit les rangs Rouge et Bleu cette année. Pour lui, le fait qu’ils restent entre eux est normal, c’est dans la culture de leur pays. Proche de Neymar, l’ancien numéro 10 parisien a évoqué aussi l’intégration de son compatriote.

« Ils sont ensemble en sélection, ils ont atteint leurs objectifs à leurs postes et ils sont vraiment proches. Quand j’étais chez Neymar au Brésil l’été dernier, il y avait Thiago Silva, il y avait Marquinhos… Ils prenaient du bon temps ensemble. Chacun habite pourtant dans une ville différente là-bas, mais ils se retrouvaient quand même. Ils ne font pas semblant parce qu’ils sont dans le même club. Et c’est ça qui est beau, parce que, dans le football, c’est rare. Il a sa famille autour de lui, ses amis… Mais il ressent un peu le manque de son fils, oui. Les enfants, c’est dur, j’ai connu ça… À Barcelone, il ne pouvait pas faire plus de choses qu’ici, il ne faut pas croire. Le climat joue aussi peut-être, mais ce n’est pas un souci majeur, juge-t-il. Il me dit qu’il aime bien Paris et ses amis me disent la même chose. Qu’il y a plein de belles choses à y faire. Il ne se plaint pas de Paris, ne vous inquiétez pas ! »

À propos Antoine Grasland