Degorre

Degorre : « Emery a dit à un joueur du PSG : Arrêtez de penser que c’est Neymar qui fait l’équipe »

Durant la première partie de saison et malgré des résultats excellents, la gestion d’Unai Emery a souvent interrogé. Damien Degorre, journaliste pour le quotidien l’Équipe, est revenu sur le turn-over instauré par l’entraîneur parisien et surtout depuis la trêve hivernale.

« Depuis le début de l’année 2018, Emery donne le sentiment de rectifier le tir au niveau du turn-over. On voit bien qu’il n’aligne jamais la même équipe d’un match à l’autre, il faut dire qu’un match tous les trois jours suppose un aménagement de l’effectif particulier, explique Damien Degorre dans son blog vidéo sur le site de l’Équipe. Mais il donne quand même sa chance à certains joueurs. Dani Alves qui veut jouer tous les matches n’a pas joué à Amiens. Thomas Meunier était latéral droit. On voit bien que sur le côté gauche de la défense entre Berchiche et Kurzawa, il y a une vraie concurrence qui s’installe. Kimpembe joue autant que Thiago Silva depuis le début de l’année. Au milieu de terrain, c’est pareil. Même Nkunku retrouve du temps de jeu en fin de match. Sur les trois premiers matches, il était l’un des joueurs qu’Emery faisait rentrer. Emery tire les leçons de cette première partie de saison, en utilisant, en brassant un peu plus l’effectif dont il dispose. Malgré tout, certains joueurs restent mécontents de leur sort. C’est normal, c’est inévitable. Ils ne sont pas mécontents du sort qu’ils viennent de vivre mais plus du sort qu’ils s’apprêtent à vivre. La plupart ne sont pas dupes, juge-t-il. Un joueur comme Thomas Meunier, comme Presnel Kimpembe, pour ne citer qu’eux, savent que lors des grands rendez-vous la défense du PSG risque d’être composée de Dani Alves, Thiago Silva, Marquinhos et de Berchiche ou Kurzawa sur le côté. Pour eux, c’est un peu compliqué. Pourtant, ils ne déméritent pas, quand ils jouent, ils sont souvent très bons. Ils ne se plaignent pas, ils ne disent rien et c’est peut-être là que le bât blesse. Ils ont le sentiment que leur entraîneur ne les considère pas à leur juste valeur et qu’il y a une dimension politique qui se cache derrière ces choix. Peut-être à tort. Peut-être pas. Il n’y a pas si longtemps que cela, Unai Emery a dit à un joueur du PSG mécontent de son sort : ‘Arrêtez de penser que c’est Neymar qui fait l’équipe. Ce n’est pas lui qui fait l’équipe’, raconte le journaliste. Allusion faite à Thiago Silva et Dani Alves quand ils jouent. Pourtant, on a le sentiment après le match à Nantes (0-1), que Thomas Meunier sur le terrain est un cran au-dessus de Dani Alves, que Presnel Kimpembe sur le terrain est un ou deux crans au-dessus de Thiago Silva. Est-ce que ça changera la donne pour les grandes échéances à venir ? J’en doute. Et visiblement, je ne suis pas le seul. »

>> Retranscription Canal Supporters

À propos Redaction

x

Check Also

Jesé négocie son arrivée à Huesca (Aragón TV)

D’après la chaîne locale Aragón TV, le joueur parisien Jesé Rodríguez se trouve actuellement du ...