Lo Celso, le chaînon manquant au milieu ?

La saison du Paris Saint-Germain avance avec son lot de victoires et de polémiques. Mais pendant ce temps, il y en a un qui, sans faire de bruit, est en train de faire son trou dans cette équipe. Contre Dijon, mercredi (21e journée de L1, 8-0), Giovani Lo Celso (21 ans) a disputé son dix-septième match de Championnat et a enchaîné une quatrième titularisation en cinq rencontres. Avec les blessures récurrentes de Thiago Motta, l’Argentin devient plus qu’une solution de rechange. Et ce n’est pas sa dernière prestation contre le DFCO qui dira le contraire. L’ancien de Rosario a été dans tous les bons coups, multipliant les prises de balles, les une-deux avec ses partenaires et défensivement il est en train de monter en puissance apportant sa grinta sud-américaine.

Et Unai Emery a bien compris que son joueur était en pleine confiance et qu’il était en train de saisir sa chance. Alors que le recrutement d’un numéro 6 de métier est dans les tuyaux depuis quelques semaines (Lassana Diarra), Lo Celso peut-il s’imposer comme le chaînon manquant au milieu cette saison ? En tous cas, le milieu de terrain est de plus en plus à l’aise à ce poste : « Peu à peu, je me sens plus à l’aise à ce poste, a-t-il expliqué après la victoire contre Dijon. Je dois rendre au staff la confiance qui m’est faite, ainsi qu’à mes coéquipiers. Je me sens à l’aise. Jouer avec de tels joueurs autour de moi rend tout plus facile. »

Alors qu’Adrien Rabiot a souvent dépanné au poste de sentinelle, c’est désormais Lo Celso qui s’y colle et avec une facilité déconcertante. Grâce à sa qualité de passe, sa lecture du jeu et son bagage technique, il se sort de toutes les difficultés sans le moindre problème. Il affiche une belle complémentarité avec Marco Verratti, la relation entre les deux saute aux yeux. Surtout, il apporte du liant entre la défense et l’attaque. Dans ce registre de meneur de jeu devant la défense, il apporte une verticalité qui manquait à ce PSG.

Le seul bémol est peut-être d’un point de vue physique. En effet, il manque encore de « coffre », les fins de match sont parfois compliquées mais avec l’enchaînement, il est de mieux en mieux. Avant la réception des Bourguignons au Parc des Princes, Unai Emery louait la progression de son joueur : « Il travaille avec humilité pour avoir des opportunités. Il gagne des minutes. C’est une progression qu’il a obtenu avec le travail, c’est un bon exemple pour tous, expliquait le coach parisien en conférence de presse, mardi. Il a travaillé pour être sentinelle à l’entraînement, et quand il l’a fait en match, c’était bien. Pour l’esprit de l’équipe, c’est un bon exemple Giovani. Je ne sais pas s’il jouera contre le Real» Alors même s’il n’est pas titulaire en 8e de finale de Ligue des champions, Lo Celso sait que son heure viendra et avec ce que l’on voit depuis quelques matches nul doute qu’il sera de plus en plus difficile de s’en passer. 

📈 Soirée record pour le @PSG_inside ! 🏆

En s’imposant largement face au @DFCO_Officiel ce soir, le @PSG_inside signe sa plus large victoire à domicile de son histoire ! 👏#PSGDFCO pic.twitter.com/DHCCEptPd2

— Ligue 1 Conforama (@Ligue1Conforama) 17 janvier 2018

À propos Antoine Grasland

x

Check Also

Mbappé sixième meilleur joueur européen de la saison

Ce lundi, l’UEFA a dévoilé le nom des trois finalistes pour le prix du meilleur  ...