CUP

#BP « Dans ces matchs-là, les supporters sont vos frères » par Torofu

Sur Canal Supporters s’expriment des « Blogueurs Parisiens » (#BP), les CSiens, comme Sébastien alias Torofu. Son texte.

Ça y est… 344 jours que l’on l’attend cette soirée…

Cette soirée qui nous permettra de laver l’affront, celui du 8 mars 2017, cette soirée qui marquera une génération, cette 95eme minute, ce long ballon qui parait ne jamais redescendre, cette action que l’on a tous l’impression d’avoir vécue au ralenti, cette balle qui efface tous les espoirs du mois précédents, cette soirée… cette foutue soirée et ses 344 jours qui suivent…

On y est, 14 février 2018, match aller à Madrid, au Santiago-Bernabeu, un colosse se dresse face à nous, la Casa Blanca, la grande, l’institution qui vient de soulever l’Europe pendant 4 ans, celle qui affiche ses 12 Ligues des Champions depuis sa création quand nous nous désirons la première, l’équipe de Ronaldo et ses 5 Ballons d’Or tandis que Neymar caresse l’espoir d’avoir son premier, le groupe de Zidane et ses deux Ligues des Champions quand Emery brigue sa première. On devrait avoir peur, on devrait se lamenter, baisser la tête ? Jamais. Ensemble nous sommes invincibles. Je crois en eux, je crois en nous, plus que jamais il faut se relever peuple parisien, bomber le torse, regarder dans les yeux ses titans et ne pas avoir peur, ne plus jamais avoir peur.

On y vient, on y arrive, et on y croit, et on se doit d’y croire.

Parce que c’est face à l’adversité que ce club s’est construit, face a la haine et la moquerie qu’on a su se dresser depuis notre jeunesse, on se doit d’y croire, on se doit d’être fort de croire en nous, Motta disait que dans ces matchs-là ton coéquipier est ton frère, je lui dirais que dans ces matchs-là, vos supporters sont vos frères ne vous laissez pas convaincre que c’est impossible. Non ça ne l’est pas, les médias font état de nos faiblesses et de leurs forces mais nos forces sont immenses et on va le faire.

Soyons fiers d’envoyer dans cette bataille six gamins de Paname, nés chez nous, élevés comme nous, on n’a pas peur, on ne doit pas avoir peur, parce que notre histoire deviendra légende, et parce qu’en eux coule le sang Rouge et Bleu.

La devise de notre si belle ville doit briller ce soir comme jamais dans la nuit madrilène, elle rappelle les dangers que Paris a courues, les terribles révolutions qui l’ont agitée, les crises de toute nature qu’elle a subies et exprime la vitalité, la force, la perpétuité qui caractérise la longue et glorieuse existence de cette ville et de ce club.

PARCE QUE PLUS QUE JAMAIS EN CE 14 FÉVRIER FLUCTUAT NEC MERGITUR


À propos Blogueur Parisien

x

Check Also

L1

Monaco coince à Toulouse (3-3) et offre une opportunité à l’OM

En concédant en fin de match le nul 3-3 cet après-midi au Stadium de Toulouse, ...