Cavani : « Je rêve de gagner la Ligue des champions avec le PSG »

C’est la saison des records pour Edinson Cavani (31 ans). Auteur d’un doublé, dimanche, contre Guingamp (35e journée, 2-2), l’Uruguayen est devenu le meilleur buteur du PSG en Ligue 1, quelques mois après avoir battu le record d’Ibrahimovic en tant que meilleur buteur du club. Même si comme ses coéquipiers il n’a pas réussi à battre le Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le numéro 9 parisien est un grand artisan de la bonne saison de son équipe au niveau national. Invité de TeamDuga sur RMC, l’ancien napolitain a évoqué l’actualité parisienne, le penaltygate, la Coupe d’Europe et son futur. 

Son rapport à la presse

« Je ne parle pas beaucoup à la presse, je préfère agir sur le terrain mais c’est normal parfois de montrer son vrai visage. Je n’ai rien contre la presse, je suis comme ça, un peu timide, je préfère parler moins, ça ne sert à rien de parler tout au long de la saison. Je préfère ma vie intime avec mes amis et ma famille, c’est pour ça. »

Son jeu 

« Quand je fais quelque chose, je le fait toujours à fond. Parfois, j’arrive en fin de journée, je suis cuit que ce soit physiquement ou mentalement. Si je suis sur le terrain c’est pour être à fond. À chaque entrainements, j’essaye de m’exprimer au maximum, même avec la fatigue comme ça en match tu es habitué. »

Sa relation avec les supporters

« Je pense que c’est une histoire d’amour qui n’a pas été facile à créer. J’ai passé deux, trois premières années compliquées, je voulais jouer à un certain poste mais ce n’était pas possible. Sur le côté, le coach avait confiance en moi et pensait que je pouvais apporter à ce poste. J’ai fait beaucoup de matches, j’ai marqué des buts. C’est comme le travail, à la fin ça paye. Maintenant c’est une histoire d’amour avec les supporters, ils reconnaissent le travail et les sacrifices c’est très importants, ça te rend plus fier. J’espère continuer de gagner des choses avec mon équipe, le club et le supporters. »

La saison et la Ligue des champions

« C’est une saison durant laquelle nous avons maintenu une régularité mais pas en Champions League. Nous n’avons pas fait les choses pour continuer, c’est pourquoi ça s’est arrêté là. En France, on a fait une bonne saison, il reste la Coupe de France. La Ligue des champions est un objectif important, c’est quelque chose de spécial et difficile. J’essaie de faire passer mon message au sein du club, de l’équipe. Pour moi, le football, c’est comme la vie. Il faut donner le maximum et être ensemble. Il faudrait être plus uni, plus ensemble. Il faut qu’on s’exprime plus comme un groupe et pas seulement une équipe. Il faut qu’on soit des frères, une famille. »

Ce qu’il faut changer

« Le club comprend ces choses là et doit mettre la ligne pour avancer ensemble. Je suis très tranquille, je ne joue pas pour être un leader, si des coéquipiers pensent ça, ça me fait plaisir. C’est clair que nous devons changer des choses mais il faut du temps pour mieux se connaître dans le vestiaire et avancer. Il faut savoir qui a vraiment envie, qui est vraiment avec le groupe. Je suis sûr que si les joueurs donnent le maximum, on aura plus de possibilités. »

L’élimination face au Real 

« Dans le match, tu as beaucoup de sensations. Il y a des choses qui t’énervent. Sur des matches importants, je ne touche pas beaucoup de ballons mais avoir cette analyse, ce n’est pas mon travail. Je suis conscient de ne pas être extraordinaire techniquement. Une équipe ne se résume pas à ça, il faut d’autres caractéristiques. Je suis déçu de ce match, nous avons bien commencé mais au fil du match nous avons baissé. Le football est un sport d’équipe, chacun à son rôle. C’est ce qui compte. La Juve, l’Atlético s’ils sont allés en finale de la Ligue des champions, c’est qu’ils ont joué ensemble, ce n’est pas que la qualité, il faut l’envie de toute l’équipe. »

La relation avec ses partenaires et le penaltygate

« C’est normal de parler avec tes coéquipiers. C’est un responsable qui doit donner la direction, sinon ça peut créer une mauvaise ambiance dans le vestiaire. Je n’aime pas ça, c’est négatif. J‘essaye d’être à ma place, de montrer le maximum sur le terrain et laisser aux responsables montrer le chemin. Il y a beaucoup de responsables à l’intérieur du club, nous sommes tous responsables si nous sommes une famille. C’est vrai qu’il y a eu un problème à ce moment-là avec Neymar (le penaltygate). On a parlé ensemble. Je lui ai dit que j’étais le premier à vouloir qu’il gagne des distinctions personnelles. Mais à condition qu’il mette d’abord les objectifs du groupe. Je suis un travailleur du foot, je ne suis pas une star. Si j’ai des coéquipiers qui peuvent gagner des récompenses personnelles, je vais faire le maximum mais il faut toujours mettre les objectifs de l’équipe avant. Doucement, on s’est compris. Les responsables de l’équipe ont pris une décision et j’ai respecté cette décision. Les sifflets du public, ce n’est pas bon pour lui. Je me suis mis à sa place. Cela ne m’a pas fait plaisir, sincèrement. »

Son avenir

« J’ai un contrat jusqu’en 2020. L’histoire d’amour avec ce club a grandi depuis quelques temps, je suis très heureux au PSG. J’ai très envie d’atteindre les objectifs fixés par le club, je rêve de gagner la Ligue des champions ici. Je respecte mes contrats, je suis très content ici. Sincèrement, j’ai mon contrat jusqu’en 2020, j’ai 31 ans. Je pense que je peux jouer deux-trois saisons encore au top niveau et je veux me concentrer là-dessus. Pourquoi penser à une prolongation, je ne sais pas comment je serai en 2020. Je suis heureux d’être au PSG. Le match contre Montpellier, quand je bats le record (du meilleur buteur de l’histoire du PSG), le public c’était fantastique… J’ai senti que les joueurs étaient contents pour moi, ce sont des choses qui vont me rester dans la vie. Pour ces joueurs, je suis heureux de défendre le maillot du PSG. »

Emery 

« Je le félicite pour tout ce qu’il a donné au PSG. Je suis sûr qu’il fait chaque jour le maximum pour ce club. Je suis sûr de ça. J’ai vu chez lui l’envie de gagner. Parfois, des choses marchent, parfois tu n’arrives pas à gagner tout ce que tu veux gagner. Le football, c’est comme ça. Mais je sais qu’il a fait le maximum. Je le félicite car il a gagné ici, avec le PSG. Il a gagné le championnat, des Coupes de la Ligue, la Coupe de France, le Trophée des Champions… il a encore un trophée à jouer (la finale de la Coupe de France le 8 mai face aux Herbiers). C’est beaucoup. Il ne faut pas seulement regarder les choses négatives. »

Mbappé 

« Un joueur ne pas gagner seul. Un grand joueur fonctionne en équipe pour gagner des grandes choses. Il a beaucoup de choses a apporter à la France, il ne faut pas top lui mettre la pression, il va grandir et prendre ses responsabilités. S’il reste humble et tranquille il va s’améliorer, il a beaucoup de qualités. J’ai joué avec des grands joueurs comme Verratti, Thiago Motta mais Mbappé m’impressionne sur les accélérations qu’il peut avoir. Il a encore beaucoup de choses à apprendre et s’il reste comme ça, il ira loin. »

 

À propos Antoine Grasland

x

Check Also

Lucas Hernandez : « Rabiot ? C’est quand même l’équipe de France… C’est ton pays ! »

Les soutiens se font rares pour Adrien Rabiot. Alors qu’il a refusé d’être suppléant dans ...