Mbappé : « Il y a un point noir, c’est la Ligue des champions »

Sacré champion de France pour la deuxième fois de sa jeune carrière, Kylian Mbappé va vivre sa première Coupe du Monde en juin prochain. Dans une longue interview accordée au Parisien, le natif de Bondy s’est confié sur l’équipe de France et sur ses objectifs pour le Mondial en Russie.

« Elle (l’équipe de France) a des joueurs de talent, le monde entier le sait et l’affirme. Maintenant, on doit parvenir à créer une équipe. Si on y arrive, nous aurons de belles opportunités pour aller le plus loin possible. C’est une équipe qui gagne les matchs et pas seulement une somme de talents. Mon poste ? J’ai commencé dans l’axe, j’ai joué à gauche puis à droite. Quand on est bridé à un poste fixe, ce n’est pas évident ; mais, chez les Bleus, le coach me laisse une liberté de mouvement. Je ne suis pas dans l’urgence à choisir un poste. Taulier ? Non. Je suis un jeune joueur qui pousse et qui essaie de gagner sa place. Je me suis retrouvé titulaire, car le sélectionneur m’a fait confiance et j’ai été performant. Seulement, le jour où je ne le serai plus, j’irai m’asseoir sur le banc. Alors qu’un taulier, lorsqu’il est moins performant, bénéficie, lui, d’autres chances. Je dois encore prouver. »

Dans cet entretien, l’attaquant parisien a également évoqué sa saison avec le PSG : « On a travaillé toute l’année pour atteindre ce genre d’objectif. Il y a un point noir, c’est la Ligue des champions. On ne pourra jamais l’oublier mais il ne faut pas faire notre bilan uniquement sur la Coupe d’Europe. Même si tout le monde nous donne gagnant avant chaque compétition nationale, il faut fournir du travail pour parvenir à ses fins. J’ai un contrat de cinq ans et je suis très content ici. Paris m’a donné cette opportunité de jouer et de progresser. L’année prochaine, je serai là mais, au bout de ces cinq années de contrat, je ne sais pas. On verra, c’est le foot.! Offensivement, il ne me reste pas beaucoup de choses à améliorer, même si je dois être plus tueur devant le but. En revanche, il y a du travail défensivement. J’ai beaucoup progressé, car je partais de très loin, mais ce n’est pas encore ça pour le très haut niveau. C’est indispensable de faire les efforts pour le collectif. »

À propos Antoine Grasland

x

Check Also

BlogCS – PSG / Strasbourg (2000)

Chaque jour d’août, Loïc vous propose de vous replonger dans l’Histoire du PSG. Cette semaine, ...