PSG pouvoir

Revue de presse PSG : UEFA, fair-play financier, al-Thani, al-Khelaifi, Blanc, Henrique, Neymar, Meunier…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce dimanche 6 mai 2018.

“Paris est un casse-tête pour l’UEFA”, explique le JDD deux semaines après la dernière audition, même si “les positions des deux parties se sont rapprochées quant à l’évaluation des contrats qatariens. Après avoir planché sur le conflit de méthodologie, l’ICFC a, semble-t-il, une position bien plus nuancée qu’Octagon (mandatée par l’UEFA). De son côté, le PSG consentirait à dégonfler le montant de son contrat avec Qatar Tourism Authority. Le fossé rétrécit. Le PSG échappera t-il pour autant aux sanctions ? La situation parisienne est limite et extrêmement complexe à figer pour l’ICFC. Le PSG argue d’éléments comme le nation branding (marketing national) ou la monétisation sur les réseaux sociaux. Des concepts difficiles à estimer mais que l’instance doit prendre en compte. Et comme son jugement fera jurisprudence, elle veut une appréciation pointue. Depuis des mois, elle constate que le club travaille sérieusement, que la dynamique est bonne avec de nouveaux sponsors à l’horizon et le contexte économique porteur. Les recettes arrivent mais peut-être trop tard pour pallier le déficit. Paris a déjà un passif, l’UEFA aura donc du mal à tourner la page sans rien dire. Sans compter que les gros clubs européens font pression. Néanmoins, on imagine mal une sanction mettant en péril le projet ou laissant penser que le PSG est traité différemment des autres clubs. Le verdict est attendu début juin.”

Le Parisien se demande “qui dirige vraiment le PSG ? L’émir du Qatar est le chef suprême. Il dispose d’une vraie connaissance du ballon rond. Il appelle plusieurs fois par semaine Al-Khelaïfi pour connaître dans le moindre détail la vie du PSG. Il prend les décisions stratégiques qui engagent le carnet de chèques du club (donc le sien). On dit que certains joueurs ont la ligne directe du chef suprême. On prête ce privilège à Thiago Silva. C’est lui qui vient d’imposer Tuchel. Il aurait également demandé le recrutement de Krychowiak. Personne ne peut s’opposer à ses décisions. […] Al-Khelaïfi valide toutes les décisions, y compris celles qu’il ne prend pas. Il avait décidé de prolonger Laurent Blanc, une décision forte qui n’a pas résisté à la colère de Doha. En lien direct avec les joueurs, le président les cajole, quitte à court-circuiter la direction sportive, l’entraîneur en particulier. Chaque jour, il reçoit le compte rendu des dernières décisions qu’il appuie ou infirme. En son absence, le patron du PSG reste Jean-Claude Blanc, en première ligne sur le dossier brûlant du fair-play financier. Sophie Jordan possède un poids considérable également. Jean-Martial Ribes, autre très proche de Nasser, dirige la communication du club. Sa relation avec Antero Henrique n’est pas idyllique. […] Victoriano Melero est l’homme qui monte au sein de la hiérarchie. […] Le pouvoir de Henrique s’exerce essentiellement dans ce domaine des achats et ventes de joueurs. Ses décisions fortes interviendront dès la prochaine saison. C’est, en tout cas, la thèse que diffuse son entourage. Mais pourquoi avoir tant attendu ? Mystère. Reste l’impression tenace qu’il n’a pas encore complètement endossé le costume.”

Il est aussi question de Neymar dans le journal francilien. Il “est réapparu hier matin au camp des Loges. Après avoir salué ses partenaires, il a effectué du renforcement musculaire en salle avant de travailler ses appuis dans le sable. Neymar est de nouveau attendu aujourd’hui au centre d’entraînement.”

“Meunier est seul dans la tempête”, juge L’Equipe, après sa drôle de déclaration (lire ici), dans son style, sans filtre. Mais où l’on perçoit aussi une forme d’allégeance au CUP. Il s’est finalement rangé à l’avis de son entourage, qui lui a conseillé d’échanger avec les représentants du CUP pour dissiper définitivement le malaise. Vendredi, le Belge n’a d’ailleurs pas été sifflé par le parcage parisien. Une démarche de conciliation initiée sans l’entremise du PSG, qui brille par son silence depuis le début. Estimant que c’est un micro-événement. […] Cela pourrait-il jouer sur son avenir ? Pas impossible. Suivi en Angleterre et en Italie, Meunier (sous contrat jusqu’en 2020) et ses proches se sentent bien à Paris. Mais le latéral n’est pas pleinement satisfait de sa situation sportive, Daniel Alves lui ayant été préféré pour tous les grands rendez-vous. Or, le Brésilien (35 ans, 2019) a fait savoir qu’il entendait bien rester à Paris la saison prochaine. Et on lui a bien fait comprendre qu’on comptait sur lui.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée